mercredi 19 juillet 2017

"La guerre en dentelles". *

C'est un cauchemar ! 

C'est "Chucky" revival.


En pleine crise d'autorité avec le chef d'état major des armées, Emmanuel Macron a assisté, mardi soir à l'Elysée, de La Bataille de Mossoul, un documentaire signé Bernard-Henri Lévy.
Étaient présents autour du chef de l'Etat l'auteur, ainsi qu'une délégation de combattants kurdes emmenés par Sirwan Barzani, général de brigade peshmerga et neveu de Massoud Barzani, le président du Kurdistan irakien. 
D'autres membres du cabinet d'Emmanuel Macron avaient également fait le déplacement, aux côtés de personnalités comme les écrivaines Christine Angot et Fred Vargas ou l'architecte Jean Nouvel.  
Angot, BHL, Vargas et Nouvel : La fine fleur de l'intelligentsia ..... ? 
BHL veut entraîner M dans une guerre pro-kurdes afin de diviser la Syrie et l'Irak  encore davantage et, soyons fous, de déchaîner les turcs.... ? 
Mais.... que reste-il dans ces malheureux pays ... ? BHL en conseiller militaire ? 
Encore ? Et toujours. Les mêmes causes, les mêmes effets...
(Image de son film. Un guerrier normal.)
----------
 * La guerre en dentelles, une guerre de convenance entre chefs bien élevés, échangeant des politesses avant les premières salves....la guerre ne concerne pas alors la nation, car la notion de soldat-citoyen n'existe pas. C'est une guerre sans idéologie menée par des troupes dont le combat est le métier et qui coûtent cher, donc qui doivent être ménagées. Et parce que les objectifs de guerre sont plus dynastiques que nationaux, ils sont plus limités. (Fin XVIII°. Source Universalis).