jeudi 27 juillet 2017

Image du passé.

Children for sale in Chicago, 1948. Some parents sold their children due to poverty.

(Là, les parents vendent quatre enfants...)



(Une photo empreinte de modernité).

5 commentaires:

  1. QUAND JE PENSE AU PAUVRE ABBE PIERRE QUI A POUSSE SON CRI EN 1954 POUR QU'ON SE RETROUVE EXACTEMENT DANS LA MEME SITUATION SINON PIRE, QUAND JE PENSE AU PAUVRE COLUCHE QUI AVAIT CREE LES RESTOS DU COEUR CONVAINCU QUE CELA SUFFIRAIT A CREER UN SURSAUT. C ETAIT SANS COMPTER AVEC LE CYNISME DE CEUX QUI SE REPAISSENT DE LA DETRESSE DES GENS, APPELES D 'AILLEURS PAR UN DE CEUX QUI ETAIT CENSE PROTEGER LE PEUPLE DE FRANCE : "LES SANS-DENTS". RETOUR VERS L EPOQUE "DES MISERABLES" D EMILE ZOLA ? MAIS TOUS MISERABLES SEMBLE ETRE LE DESIR ULTIME DE CES ELITES QUI N ONT ABSOLUMENT RIEN D ELITE. CE NE SONT QUE DES PETITES GENS QUI COMPTENT LE POGNON QU ELLES PIQUENT AUX AUTRES ET QUI VONT DEVOIR ET RENDRE DES COMPTES ET RENDRE LE POGNON

    RépondreSupprimer
  2. Comme Aristote l'expliquait dans la Poétique, ne faudrait pas prendre l'image pour le sujet, Wendy.

    Ici nous avons une photo dans laquelle on voit une pancarte disant qu'il y a des enfants à vendre, quatres enfants et une femme.

    Rien de plus.

    Le rapport de cause à effets est le fruit de notre imagination.

    En 1948, il n'y a pas encore d'instantanés. Photographe = pro = pose et mise en scène.

    Ce cliché ne dêcrit pas plus une vente d'enfants que le baiser de l'hotel de ville ne décrit une réelle romance. C'est de la comm' dirait on aujourd'hui.

    Une simple réflexion permet de se remettre en cause le 'réalisme' de la situation. Les USA sont, en 1942, un état de droit avec une législation familliale et sociale assez poussée (en fait eugéniste même).

    L'adoption n'échappe évidemment pas à cette volonté de réguler la reproduction humaine. Dans ces circonstances, 'vendre' ses enfants est au plus unmythe de conte populaire.

    Qui a rédigé cette annonce, dans quel but, pourquoi le photographe a-t'il pris cette photo et quels sont les rapports entre les personnes sur l'image, entre elles et le photographe et ce panneau, rien n'est sûr.

    Perso, je penche pour un journal sensationaliste achetant des photos à fort impact émotionnel.

    Le choc des photos, ça fait vendre.

    D'autres font le kéké avec un sac de riz sur l'épaule en Somalie devant les objectifs complices des médias qui sont un des pilier de la democratie.

    Parait-il.

    Géocédille


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de grandes chances que tu aies raison...

      Un genre de photo "Aylan"... tant mieux.

      Je ne connais pas suffisamment Chicago à cette epoque mais les mères désespérées ne vendent pas 4 enfants en même temps...

      C'est grossier en fait.

      Supprimer
    2. J'ai personnellement un arguments infiniment plus terre à terre :

      La vente d'être humain est interdite aux US depuis 1865.
      CQFD

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.