lundi 12 juin 2017

Terre et terreau.




Alors que l’agriculture paysanne familiale en Afrique subsaharienne représente 70% de l’emploi, 40% des exportations de marchandises, 33% du PIB et qu’elle nourrit 80% de la population, la multiplication des pôles de croissance agricoles met en danger l’autonomie alimentaire des populations locales.

Icile rapport "L’impasse des politiques de croissance agricole".

Pour mettre de larges surfaces de terres à disposition des grands investisseurs, le développement des pôles de croissance agricoles pousse les petits producteurs à partir. « De nombreuses personnes déplacées ne sont pas bien indemnisées et ne retrouvent pas de nouveaux espaces à cultiver ou d’aires de pâturage. Ils se retrouvent alors privés de leurs moyens de subsistance, et sombrent dans l’extrême pauvreté  », ajoute Peggy Pascal.
Les Etats espèrent que les entreprises forment les paysans pour les employer sur les terres d’exploitation, mais dans les faits, cela ne leur permet pas de répondre à leurs besoins.
Par exemple au Burkina Faso, où le développement du Pôle de croissance de Bagré avait pour objectif la création de 30 000 emplois, il est plutôt constaté que les jeunes de la zone continuent à quitter les lieux pour chercher du travail dans les villes.
Et quand des emplois sont créés, la qualité n’est pas garantie : des travailleurs sur la ferme de Kilombero Plantations Ltd en Tanzanie ont ainsi rapporté être payés en-dessous du salaire minimum tanzanien et ne pas pouvoir subvenir à leurs besoins fondamentaux.

(Enfant de quel continent ?).
Pire, les pôles de croissance agricoles aggravent l’insécurité alimentaire et nutritionnelle des populations car, en plus de déplacer les populations, leurs productions sont déconnectées des systèmes alimentaires locaux (production, commercialisation et de distribution alimentaire locaux, notamment).
«  Au Burkina Faso, on observe une baisse de la disponibilité des aliments dans la majorité des pôles de croissance. 56,7% des ménages présents et interrogés connaissent des problèmes d’autosuffisance alimentaire. » Source
----- quand va-t-on se pencher sur l'Asie aussi ?



La mer de Chine n'a plus de poissons, sur-pêche et  pollution terrible...

Rien à manger...

.....À Marawi, Philippines, les forçes spéciales américaines sont venues prêter main forte à l'armée contre l'EI...Source
Quand va-t-on parler de l'Europe et des paysans du "terroir". Laisser la terre aux financiers c'est la certitude de manger du papier. Ici aussi.
C'est exactement le même principe. Avec les mêmes conséquences à terme.
Mais nous, on vote "pour". 
Pas la peine de regarder si loin, au final....

1 commentaire:

  1. Pas la peine de regarder si loin, en effet. Sauf que pour nous ça risque même d'être pire du fait du multiculturalisme.

    RépondreSupprimer

Sans modération.....
------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.