jeudi 29 juin 2017

Région parisienne, le sens des priorités.

Valérie Pécresse va demander un "état des lieux" du manspreading dans les transports franciliens.
Source

Des commissions de "réflexion" riches de sociologues et psychologues à 300.000 ou 600.000€, des locations de salles pour réunions interdépartementales , des batteries de "sondeurs" en emploi aidé... pour ? Demander à quelques types de croiser les jambes !

Ben ? Quoi ? Normal ! Nous, en Europe nous n'avons pas (encore) ce fabuleux débat passionné sur les toilettes genrées mais nous avons trouvé un autre moyen pour dépenser l'argent public !


La hauteur du débat actuel ? L'entre jambe. 


C'est un cauchemar, cette époque !

D'autant plus que j'aurais pour ma part un autre "état des lieux" à commander à la (im)puissance publique :

"Pourquoi les gens ne prennent plus les transports en commun ?" Source

- la majorité des trajets domicile-travail se fait en voiture pour 74% des Français. 11% se déplacent aujourd'hui en transports en commun, 7% à pied, 4% en moto ou scooter et 3% en vélo. 
- l'usage des transports en commun a baissé au cours de ces douze dernières années : en 1998, 15% des Français se rendaient au travail en voiture.


7 commentaires:

  1. Formidable, à force on va en arriver à virer la mixité entre les sexes, entre les races, etc. Le rêve, tout ça au nom de la sacro-sainte tolérance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On jettera aux orties les transports "en commun".

      Zut ! Déjà fait !

      Mais que reste-t-il alors ? .... les Impots et les amendes... ! ?

      Misère...

      Supprimer
  2. La repression du 'manspreading' est une opération d'humiliation des hommes par une sexualisation de la réglementation. Comme si suel les hommes s'étalaient dans le métro et comme s'ils n'avaient pas :
    1) des testicules
    2) des hanches plus étroite que les femmes.
    3) un buste plus large et plus musclé -> un centre de gravité plus haut.

    Pour toutes ces raisons es hommes sont obligés d'ecarter d'avantages les jambes dans le métro, pour des raisons d'équilible et pour des raisons de bien-être. Ah mais, je suis con, moi, le bien-être des hommes, on s'en fout. Ils sont pas oppressés.

    Géocédille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et puis pour l'équilibre, c'est pas grave, les gars, on se vautrera sur le gris ou la grosse sur le siège voisin au premier coup de frein. Ca fera airbag. :-)

      Le fat-spreading lui n'est pas interdit. Les gros sont des victimes (de qui? Sherlock Holms enquête toujours). Par contre le fat-shaming, c'est pas bien. Ou là là.

      Géocédille

      Supprimer
    2. Je suis en accord avec toi Geo, j'ai essayer sur les réseaux sociaux d'expliquer que cela est un problème d'anatomie et de morphologie mais les feminazie s'en battent les couilles

      Hieroz

      Supprimer
  3. http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20170628.OBS1354/lio-parle-de-ses-cheveux-blancs-ce-qui-est-fort-c-est-que-ca-rend-aussi-les-gens-tristes.html

    "En fait, les gens se sont positionnés. Et moi avec. A la base j’avais fait ça sans réfléchir, ce n’était pas pour partir dans un discours idéologique sur l’âge, le regard sur la femme. Mais ça l’est devenu.

    C'est une manière de montrer cette pression continue sur les femmes. Je les ai gardés blancs pendant plus de deux ans."

    Vas-y Lio, parle des choses importantes ! Brise les tabous de notre époque ! La France n'en peut plus de tous ces carcans ! C'est de cela qu'elle crève !

    Les bourgeois devraient se taire et pourtant, ils ne l'ont jamais autant ouvert...

    RépondreSupprimer
  4. Mon beau père de 71 ans qui me dit hier :

    Une bonne femme avec son ami noir ( lol à force on devient raciste peut être !! ) M'a bousculé , l'a marché sur le pied.
    Je lui dis " et on dit pas pardon?" . La meuf : "non".

    Alors si faut dire aux gens serrez les jambes pour pas gêner les autres, parlez pas comme des sauvages au téléphone dans les transport, vous faites chier le monde etc....

    Mais on va ou ? Ou sont passés les français courtois où les hommes portaient chapeaux et saluaient les dames et ou ces mêmes dames portaient jupe, voilettes et gants ?

    C'est pas si loin !
    Dans 10 ans on sera ou ?

    Un os dans le nez ?

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.