mardi 30 mai 2017

Une belle histoire d'hommes et d'éléphants.



Pour des bergers comme les Samburu, davantage d'herbe équivaut à davantage de nourriture pour leur bétail : c'est la raison pour laquelle les populations autochtones ont modifié leur rapport aux éléphants, animaux longtemps redoutés. « Nous prenons soin des éléphants et les éléphants prennent soin de nous », « Des liens se sont désormais tissés entre nous. »
Les 6 000 éléphants qui peuplent cette région du Kenya représentent la deuxième plus importante population du pays. Les rhinocéros noirs d'Afrique font eux aussi leur retour : une petite population suivie attentivement et issue de parcs et de réserves kényans a été réintroduite au sanctuaire de Sera, près de Namunyak. Les populations d'animaux tels que le phacochère, l'impala, le petit koudou, le buffle, le léopard, le guépard et la girafe réticulée augmentent également.

La majorité du personnel est issue de communautés voisines et tous sont Samburu : « quand j'étais enfant, je prenais soin de chevreaux, puis je suis passé au niveau supérieur et me suis occupé des vaches. Par la suite, je suis allé à l'école. Je suis vraiment heureux car c'est ici que j'ai élevé les vaches de ma famille ; désormais, j'y élève des éléphanteaux. C'est incroyable. » 
« quand je rentre chez moi, les membres de ma communauté me demandent des nouvelles de chaque éléphant, en les appelant par leur prénom. »

3 commentaires:

  1. Si seulement chaque être humain se comportait NATURELLEMENT avec ses frères animaux, la vie serait beaucoup plus agréable pour TOUS !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai teouvée belle cette histoire...

      Je sais bien que c'est une toute petite histoire.... mais, bon, c'est possible. Et c'est ça qui compte....

      Supprimer
    2. "Heureux les doux, car ils posséderont la Terre."

      Supprimer

Modération en place !

En attente de clandestinité ! Loolilol !
------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.