mardi 23 mai 2017

"Post capitalisme".

Mouarffff !

Quand rien ne va plus, invente un mot !

"Socialisme ou barbarie". Ça sera barbarie.

Le post capitalisme serait un monde sans complexe militaro-industriel, sans Monsanto, sans nucléaire.

"Le retour aux sources" sans le commerce international c'est simplement l'âge de pierre.

Le post capitalisme c'est 1 milliard d'humains, c'est la dépopulation avec le tri génétique avant.

Avant de penser au "post", il faudrait penser aux moyens sanglants d'y parvenir.

Jdcjdr.



Le post capitalisme c'est "post les guerres du manque" qui sont en cours.

Le temps que cela va prendre ? Ça dépend... si la nécessité est impérieuse ça peut aller très vite.
À l'échelle de l'histoire de l'humanité que sont une ou deux générations ?

Dans cette économie globalisée nous n'avons pas les chiffres globaux.

Que reste-t-il comme eau douce et potable ?
Quelle est la qualité nutritive des aliments ?
Quelles sont les conséquences réelles de Fukushima, du Corexit, des nano-particules ?
Quelle est l'énergie disponible pour 9 milliards d'humains ?

Le post-capitalisme, ce peut être aussi l'ère "post-humanité".

La planète des singes.

Source : sur l'importance du langage et capitalisme.

9 commentaires:

  1. Une génération ou deux ???

    Les glaciologues disent que la dernière période glaciaire a prit fin en moins de 5 ans.... Hausse du niveau des mers... Climats chamboulés....

    Maintenant, certains annoncent une période glaciaire, pour les années qui viennent.... Les récoltes vont déjà être catastrophiques, cette année...

    RépondreSupprimer
  2. Arme pour le ciblage ethnique et racial.

    Des chercheurs en biologie du domaine militaire ont eu l’idée de créer des bactéries qui n’affecteraient qu’une certaine catégorie ou plus exactement une race d’individu. L’avantage de ces nouvelles armes consiste à préparer une sélection raciale ou une guerre sans destruction matérielle. Pour cela il faut identifier impérativement la clef, le gène par exemple, qui donne la couleur de la peau spécifique au pays visé. Mais cela peut aller plus loin, jusqu’à l’identification (éventuelle) de gènes spécifiques chez des individus homosexuels, ou obèses, ou encore à l’intelligence déficiente.

    Une fois les gènes identifiés, il ne reste plus qu’à mettre au point la bactérie capable de détruire les individus porteurs. Toutes les dérives deviennent possibles, telles que la détection des gènes capables de "fournir" des individus superintelligents ou très forts pour en faire des soldats. On peut aussi imaginer que suite à des manipulations génétiques ils soient capables de voir la nuit sans équipement de vision ou que lorsqu’ils ont été blessés, leurs cellules se régénèrent et qu’ils cicatrisent rapidement afin de reprendre le combat.

    RépondreSupprimer
  3. Utopique ? Pas tant que cela. On sait déjà que l’électrothérapie favorise une cicatrisation plus rapide. Dans le cas d’une salamandre dont une patte a été coupée, il se produit une inversion de polarité permettant à ce membre de repousser. Une bactérie très particulière sait réaliser cet exploit. Elle est étudiée actuellement dans divers laboratoires. Le radioduran dispose d’une copie de son code génétique qui lui permet de se reproduire quand elle a subi une lésion. Les scientifiques ont constaté qu’elle résistait à la radioactivité, d’où un intérêt évident pour les militaires.

    Ce type de réalisation nécessite le décodage complet du génome humain. Ensuite on identifie les gènes propres à chaque race. Pour ce faire les scientifiques militaires ont imaginé de prendre comme point de bas, ceux en rapport avec la pigmentation de la peau. Ces recherches ne sont pas une nouveauté. Déjà à partir de 1937 les Japonais avaient construit un laboratoire dans le camp 731 installé en Mandchourie, où ont transité et travaillé pendant plusieurs années plusieurs milliers de scientifiques. Son directeur était Ishii Shiro, un chirurgien militaire. Les tests ont été réalisés sur des animaux mais aussi des milliers de prisonniers, chinois, russes et même américains. Ils ont inoculé des virus, des bactéries de maladies infectieuses, même par le biais d’insectes, afin de vérifier la diversité des réponses propres à chaque race. Des animaux ont été utilisés pour ces expériences, mais aussi 3000 cobayes humains, ensuite abattus pour être autopsiés. Ce camp et toutes les installations ont été détruits par les Japonais en août 1945 lorsque les Russes sont entrés en Mandchourie. Une partie des savants japonais de ce camp et les résultats de leurs travaux ont été récupérés par les Américains après la guerre. Ces derniers ont été accusés en 1950 par les Chinois d’avoir largué sur la Corée du Nord des insectes, capables de provoquer des épidémies. Or des documents secrets - publiés depuis - garantissaient l’impunité à des chercheurs japonais pour service rendu.

    RépondreSupprimer

  4. Des révélations récentes nous apprennent qu’Israël s’est livré à des recherches génétiques permettant le ciblage ethnique. Israël réaliserait une arme biologique génétique capable d’anéantir les individus appartenant aux populations arabes. Les chercheurs israéliens ont participé et se sont basés sur les études génétiques réalisées en Afrique du Sud. Ce pays faisait aussi des recherches du temps de l’apartheid et a été obligé de les révéler lors d’une commission Vérité et conciliation. Ces soupçons qui sont devenus des affirmations, ont été renforcés par une publication du Foreign Report qui trait des problèmes de défense et de sécurité. Daan Goosen, directeur d’un laboratoire de guerre bactériologique et chimique, avait reçu l’ordre à partir de 1980 de mettre au point une arme pigmentaire, capable de tuer uniquement les individus ayant une peau noire. Il révèle aussi qu’ils avaient reçu la visite de chercheurs israéliens. Ces derniers font leurs recherches dans le laboratoire ultra-secret de Nes Tziyona situé à proximité de Tel Aviv. Ils cherchent à détecter le gène spécifique aux populations arabes, afin de réaliser le chaînon d’ADN, qui serait capable de les infecter et de les tuer. A la suite de toutes ces révélations les Anglais ont ouvert une enquête sur ces recherches dont le rapport a été remis en janvier 1999.

    Sources :
    Nexus N°2 du 05-06/99
    The Australian du 16/11/98
    The Sunday Times du 15/11/98
    Ultime Terreur de Pierre Kohler, Ed. Critérion.

    RépondreSupprimer
  5. La guerre bactériologique

    La prise de conscience par les États européens a pris naissance avec l’arsenal important que l’Irak s’est constitué. Cette arme est particulièrement discrète et facile à fabriquer. Le tout repose sur des bactéries ou virus provenant de vaccins, réactivés pour générer des épidémies virulentes et mortelles.

    Il faut distinguer les virus des bactéries. Rappelons qu’un virus est 100 fois moins gros qu’une bactérie. Le problème, c’est que toutes ces substances sont incontrôlables en raison de leur taille. Elles peuvent être dissimulées dans une éprouvette ou même une recharge de stylo alors qu’elles sont particulièrement nocives.

    Tous les pays ont participé pour des raisons économiques à la dispersion d’un matériel bactériologique très important à travers toute la planète. Si les Américains ont voulu faire continuer les recherches en Irak, après que les inspecteurs de l’O.N.U. aient pourtant inspecté tous les sites, c’est parce qu’ils savaient ce qu’ils avaient vendu à ce pays, et qui n’avait pas été retrouvé. Voilà la vraie raison qu’ils n’ont jamais dévoilé. Les pays en Europe qui ont participé à l’équipement de l’Irak, n’étaient pas les seuls...

    L’inconvénient des substances destinées à réaliser ces armes bactériologiques, c’est qu’elles peuvent se retourner contre leurs créateurs, utilisateurs ou fournisseurs. Chaque année en Europe, à l’approche de l’hiver, on est confronté à un nouveau type de grippe. Une année elle est espagnole, anglaise, italienne, chinoise, etc. On peut se poser la question si des laboratoires pharmaceutiques n’ont pas créé des virus mutants à partir des souches initiales avant de les disperser dans la nature ? Dans quel but ? L’argent bien sûr ; en fabriquant et vendant des centaines de milliers de vaccins le trésor de guerre se chiffre en milliards de francs. Les services secrets comme la DST ne se sont-ils pas déjà posés cette question, et n’en sont ils pas arrivés à la conclusion que certains virus retrouvés dans le métro étaient des fabrications de laboratoire ?

    RépondreSupprimer


  6. Utilisés par une nation étrangère à des fins de guerre économique, cette armée aurait des conséquences désastreuses. Que devient un pays si tous ses travailleurs sont malades, si son industrie est stoppée, sans parler du gouffre de la sécurité sociale ?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouahou !!!!!!

      Merci Timebuster !

      On a tendance à oublier l'Afrique du Sud et son apport à la science ...
      ;)

      Supprimer
  7. La planètes des singes selon le Hadith du jour :

    https://sunnah.com/urn/1291200

    Il a été naré par Abou Malik A'Chari que le messager d'Allah, (bla bla bla) a dit :

    "Des gens parmi ma nation boiront du vin, tout en le nommant d'un autre nom, et des instruments de musique joueront pour eux, et des chanteuses (chanteront pour eux). Allah fera en sorte que la terre les engloutisse et ils seront transformés en singes et en porcs."

    Spéciale dédicace aux fans d'Ariana Grande de confession musulmane. Mahomet à pensé à vous. Faites un choix avant que d'autres le fassent pour vous.

    Géocédille

    RépondreSupprimer
  8. ne t'inquiète pas, l'élite va remplacer l'ONU inefficace par une nouvelle organisation mondiale un gouvernement mondiale de type néo communiste dont le siège sera a Jérusalem la bas ils réuniront également les 3 fils d'Abram (judaïsme , christianisme, islam) et toute les autres religions en même lieu sous leurs contrôle .

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.