mercredi 31 mai 2017

migrants : gentils quand nourris.

Source



"A minuit et demi, je me retrouve avec 1.042 personnes à bord, dont une cinquantaine de femmes, 15 enfants, et sept cadavres qui me sont arrivés déjà dans des sacs hermétiques", raconte le commandant.
Il ne sait pas qui sont ces morts mais beaucoup de migrants succombent au fond des canots, morts de froid, de déshydratation, asphyxiés par les émanations de carburant ou étouffés tant ils sont nombreux dans ces embarcations surchargées.
Un navire militaire italien est en route pour récupérer les migrants, mais le temps d'arriver, il affiche déjà complet: lundi, il a débarqué 929 migrants à Catane, ainsi que 10 cadavres, dont celui de la mère de deux enfants de 5 et 3 ans, qui n'ont plus ouvert la bouche.
Au total, plus de 10.000 migrants ont été secourus au large de la Libye la semaine dernière, dont 3.400 pour la seule journée de vendredi.
Les conditions à bord sont infernales. Sans eau, sans vivres, sans couvertures, les migrants sont nerveux et beaucoup deviennent menaçants, voire agressifs. En face, l'équipage ne compte que 14 hommes.
"Nous nous sommes barricadés à l'intérieur", raconte le capitaine. L'équipage laisse seulement les femmes et les enfants entrer pour utiliser les toilettes du bord.
Samedi à la mi-journée, un navire des gardes-côtes, déjà lui-même chargé de migrants, vient fournir des bouteilles d'eau et de la nourriture, mais si ce ravitaillement calme un peu les esprits, les distributions sont périlleuses.
"Quand ils voyaient la nourriture, ils se jetaient sur nous. On leur disait d'organiser des queues mais ils ne comprenaient pas", explique le commandant Cuzzolino.
----

Normal.