mardi 23 mai 2017

La question à mille roupies des "quartiers interdits" aux femmes.




Je réponds à un anonyme qui me dit Ici :

Je connais parfaitement bien le quartier et l'Islam n'a strictement rien à avoir dans tout ça ! Les harceleurs des trottoirs sont Des trafiquants et c'est bien eux qui foutent la merde !!! Wendy, t'es vraiment pathétique.

Ma réponse :

Tu ne dois pas connaître si bien que ça ce quartier, cher voisin.

Un quartier où la police ne passe jamais. Quand arrive la police les vendeurs à la sauvette sont prévenus par les guetteurs, par exemple, et la police passe tranquillement pendant qu'ils attendent de se réinstaller deux ou trois immeubles plus loin.

Les dealers sont installés confortablement aux coins des rues et l'été ils sortent parfois des chaises pour discuter gentiment.

Effectivement, dans ce quartier il y a des dealers de drogue, des prostituées, parfois mineures au jugé, des prostitués, des migrants qui remontaient en nombre de la Porte de La Chapelle il y a encore quelques jours car ils étaient 5000 environ sous les échangeurs de l'autoroute A1.

Il y a des vendeurs à la sauvette de sacs de contrefaçons aussi bien que de maïs grillé ou bouilli dont personne ne sait d'où il vient. Des vendeurs de cacahouètes grillées, le tout disposé dans des caddies volés de supermarché ou sur des cartons.

Beaucoup d'argent au noir circule. Il y a pas mal de "mini marchés des pauvres" : un torchon sur lequel trônent un verre ébréché, une fourchette édentée ou une brosse à dents usagée...

Tous ces gens s'adonnent à des occupations illégales bien tranquillement.

Toute proche encore, la salle de shoot et ses bagarres de toxicomanes devant l'entrée de la Gare du Nord. 

Chaque jour à la station "Marcadet" on dit qu'il passe 5000 toxicomanes qui viennent se fournir.
Et je te promets, ils ne marchent pas à la petite fumette qui fait rire.

Donc je te pose la question à mille roupies que personne ne pose jamais parce que personne ne veut en assumer la réponse :

"Comment se fait-il qu'il n'y aie jamais d'agression violente sur les passantes ou passants ?"

"Comment se fait-il qu'on puisse, dans ce quartier et pas vraiment ailleurs, rentrer à pied de Barbès à Marx Dormoy à 2h du matin, sans qu'il ne se passe rien ?".

Il se passera peut-être quelques agressions verbales, des doigts d'honneur, des crachats...mais pas des attaques au couteau.

Alors pourquoi ? Pourquoi, au final, ce quartier déshérité et surpeuplé, sans police visible, est un quartier non-violent pour le passant ?

Pourtant, tous ont besoin d'argent, de drogue, de sexe, de sommeil, de douche, de soins, de tout...
et ce quartier ne dort jamais...

Quelqu'un veille...

Qui ? Qui relève les compteurs ? 

----- pour ceux qui voudraient tenter le "super banco" après avoir gagné 1000 roupies :

"Sauras-tu trouver l'oxymore caché dans l'affiche ci-dessous ?"