dimanche 2 avril 2017

Propriétaire et locataire.

Essonne: Son logement est squatté depuis des mois, elle se retrouve «démunie».


Depuis le mois de décembre, à Viry-Châtillon (Essonne), une famille a investi le logement d’un locataire actuellement en prison. La propriétaire sous le coup de « menaces » et de « loyers impayés » ne sait plus quoi faire.
En avril 2013, cette mère de deux enfants, mandataire fiscal, achète un pavillon des années 1930, dans cette commune. Pour rembourser son prêt immobilier et « avec les documents nécessaires », rappelle-t-on en mairie, elle décide de diviser le logement en deux. Elle s’installe alors dans une partie du pavillon et loue la seconde – d’une surface de 25 m2 - pour un montant de 500 euros par mois. Les locataires se succèdent et en mai 2015, elle signe un bail avec un homme avec qui « la cohabitation se passe globalement bien », affirme celle qui déménage un an et quelques mois plus tard chez son ami situé juste derrière. Mais en décembre 2016, ce locataire est incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis.
« Un soir, après avoir reçu une facture EDF colossale, je suis allée dans le logement pour comprendre et je suis tombée sur un couple avec deux enfants », raconte-t-elle. Que s’est-il passé ? « Le locataire les a fait venir avant de partir en prison. Ils sont donc entrés sans effraction et commele prévoit la loi, après 48h de squat, plus personne ne peut intervenir. Ils ont changé les serrures et sont désormais comme chez eux sans payer de loyer. Je suis bloquée et démunie. Si maintenant je tente de rentrer, je risquerais des sanctions car il y aurait violation de domicile », s’insurge-t-elle, la voix tremblante. Dans ce contexte, les tensions ne font que s’accentuer dans cette rue pavillonnaire.
Le locatif qui enrichit les petits propriétaires ? Non. Le locatif n'enrichit que les "institutionnels".
Les contribuables à l'ISF qui peuvent bénéficier d'un "déficit foncier", les banques qui récupèrent les biens vendus aux enchères, etc...
Bonne chance Madame ! 
Une spoliation à grande échelle.




3 commentaires:

  1. Je loue par century 21 et n'ai pas de problème majeur, mais je paie toujours cash...

    RépondreSupprimer
  2. je loue en tant que propriétaire, le terme français étant maladroit...

    RépondreSupprimer
  3. Manu militari. Quelques jeunes baraques , de la thunes en echange ,une nuit noire et hop dehors.

    Sinon dans 10 ans même situation .

    RépondreSupprimer

Modération en place !

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.