mercredi 29 mars 2017

Paris : détruire puis bétonner.

Le phare breton de Paris a été démoli

Une nouvelle destruction.
Les bulldozers de madame Hidalgo ont bien fait leur travail, détruisant ce symbole auquel les habitants du XV° étaient si attachés.
Mais rassurez-vous, on va couler du béton à la place: 251 studios accueilleront des étudiants, des jeunes travailleurs et des travailleurs migrants. Ils dormiront bien le long des voies ferrées...



Le phare avait fait le bonheur des photographes, qui publiaient régulièrement sur les réseaux sociaux. Une démolition emblématique du recul de la culture bretonne à Paris.
A Paris on démolit puis on bétonne pour que davantage de gens occupent toujours moins d'espace.

C'est ça le "social". Du bétail humain dans des niches à l'architecture sans esthétique. 

Où va le pognon ?????? Un type c'est combien de mètres carrés ? 12 ? 

Il ne faut pas oublier que chaque être humain est une ligne comptable. 
(Un européen c'est moins cher qu'un américain mais plus cher qu'un...)

C'est la mise en chantier de la "destruction créatrice" Schumpeterienne.

C'est exactement la doctrine de Schumpeter appliquée à l'occupation de l'espace et à l'architecture. 

Là où ça devient scabreux c'est qu'assez rapidement un européen ne vaudra pas autant que les 12 m2 qui lui sont alloués.

Je vous le dis car j'en suis persuadée. 

(C'est quand les élections municipales, régionales, cantonales ?)

2 commentaires:

  1. Mille millions de mille sabords! Les vieux loups de mer du quartier vont avoir du mal à se guider pour rentrer chez leur Castafiore après quelques bouteilles de rhum! Tonnerre de Brest.

    Géocédille

    RépondreSupprimer
  2. Ils sont bien cons tout de même, ça aurait pu faire un beau minaret à peu de frais...

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.