mercredi 29 mars 2017

Les guerre sales de l'énergie propre.

Transition énergétique : une nouvelle dépendance aux métaux.

les énergies renouvelables c'est formidable ....Mais.....ramené au kilowattheure produit, celles-ci sont nettement plus consommatrices de métaux que les énergies conventionnelles. Solaire, éolien, géothermie ou encore hydroélectricité nécessitent plus de métaux que le charbon et plus encore que le nucléaire. Même si ce dernier reste très consommateur de métaux rares.

« Les batteries incorporent à la fois des métaux rares comme le lithium et d'autres plus classiques, comme le cuivre et le cobalt, souligne Florian Fizaine. Ces derniers sont récupérés, mais pas le lithium, présent en trop faible quantité et de surcroît en association avec d'autres éléments, ce qui rendrait prohibitif le coût de son recyclage. » 

la montée en puissance des véhicules électriques risque d'être plus rapide que la capacité d'adaptation des mines. À elle seule, la « gigafactory » de Tesla, l'usine de batteries géante en construction dans le Nevada, pourrait faire doubler le volume du marché.

[NB : Elon Musk est un escroc et nous en avons une preuve ! Lui et ses déclarations hallucilan-optimistes ne sont là que pour masquer la dure réalité d'un avenir sans pétrole et donc sans croissance et donc sans emploi et donc, au final, un futur de guerre... ]

Cette pénurie de métaux présenterait sur les plans économique et géopolitique, des risques similaires à  ceux de la dépendance actuelle aux énergies fossiles.
 Les pays détenteurs de ces terres rares capteraient cette nouvelle rente qui remplacerait celle aujourd'hui captée par les producteurs d'hydrocarbures, géographiquement moins concentrés.

la Chine occupe une place dominante. C'est en effet, sur son territoire que sont aujourd'hui produites une majorité des terres rares, une situation dont elle se montre très jalouse, refusant l'entrée d'entreprises étrangères sur ce marché. Et comme le volume de ses réserves pourrait lui faire perdre demain cette situation hégémonique, elle se prépare en rachetant des mines dans d'autres pays.
L'Europe, en revanche, a choisi de laisser jouer la libre concurrence, au risque de se retrouver bientôt démunie et dépendante.




-----

La solution qu'ils ont trouvé à court terme ? limiter la demande. (Comprendre : tout isoler et ne rien consommer).

C'est marrant tout de même "TOD" dès avant 2005 et jusqu'à ce qu'il ferme son site disait exactement la même chose : non, les énergies renouvelables ne sont pas une solution économique et géologique viable et non, elles ne remplaceront jamais les énergies fossiles.

The Oil Drum une source inépuisable d'apprentissages

(Jancovici a détruit "Manicore", cet outil pédagogique en français si magnifique....un acte politique.)

Bref, quelqu'un ré-invente le fil à couper le fromage mou ! 2005-2017, 12 ans de n'importe quoi pour en arriver à quoi ? À la même conclusion. Perte nette : 12 ans !  C'est long 12 ans sur une planète fatiguée...

Alors, les gars ? On attaque la Chine ? 

Trump doit avoir 5 ans de pétrole de schistes devant lui pour créer des emplois et suffisamment de $ pour se fournir en Arabie. Et ensuite ? Il guerroie en Chine et en Afrique ? 

Les guerres du manque. Juste maintenant. L'uranium est en déplétion ce qui va accélérer la fin du nucléaire. Ce ne sont pas les "écolos" qui mettront un frein au nucléaire civil mais bien le prix et l'extraction de plus et plus difficile de l'uranium. 

Les guerres pour les restes sont derrière nous. 



Twin peaks 


Soit il n'y a plus assez de ressources soit il y a trop d'humains. :)

La bonne nouvelle ? Grâce à toutes ces radiations et empoisonnements chimiques cumulés nous allons muter, peut-être nous nourrirons-nous de "prana" ?

L'on se nourrit bien des billevesées de Mr Musk, alors ?!