mercredi 8 février 2017

Production alimentaire, prix et migrations.

Selon un rapport alarmant, la production agricole devrait fortement diminuer dans le monde à cause du réchauffement climatique et de la pénurie d'eau.

Un rapport s'alarme de la chute à venir de la production agricole dans le Monde. 
Avec bien sûr, des risques pour la sécurité alimentaire.
Les rendements agricoles ont été multipliés par trois ou quatre depuis 1950 ans, c'est à dire que l'on produit trois à quatre fois plus de blé et de maïs. 
Une production qui a permis de nourrir toujours plus d'être humain et d'éradiquer la famine. 



[NB : ne pas perdre de vue que quand certains crèvent la dalle ont faim, 
d'autres ramassent font des profits.]



Une étude, reprise ce matin dans les Échos, est assez alarmiste. Source 
Elle fait état d'une chute de 22% des rendements de blé , de la production, d'ici la fin du siècle. 
Moins 40% pour le soja, moins 49% pour le maïs donc la production devrait être divisée par deux.
Les causes de ces réductions de productions sont les périodes de forte chaleur et la pénurie d’eau. La question de l’accès à l’eau va donc devenir cruciale.
2016 ayant été l’année la plus chaude, après 2015 et 2014.
Une baisse de la production engendre forcément une hausse des prix. Il y a donc un problème de sécurité alimentaire des pays pauvres qui importent.
Les États-Unis sont le premier exportateur mondiale de maïs et de soja et il est également second exportateur mondial de blé. 
Or, la population mondiale va continuer à croitre (+ 33% à 9,6 en 2050)
Il y a donc un risque d’assister, comme en 2008, à des émeutes de la faim, dans certains pays d'Asie ou d'Afrique.
Le réchauffement climatique va être la source de tensions à venir. 
Des tensions liées à l'accès à l'eau.
---





Moins de tout et plus de rien. Un rien très onéreux. 
Quels sont les risques à anticiper sur 2017 ? Ils viendraient principalement du côté de l'offre, au niveau du prix de l'énergie (prévu en moyenne à $ 55 le baril sur 2017 contre $ 49 au dernier trimestre 2016) et prix des engrais (hausse de 2% des prix attendue en 2017), la météo (le facteur La Niña devrait disparaitre dès février), les politiques nationales et commerciales de soutien à l'agriculture, selon la Banque mondiale. Source
Source 3, et la  La maladie du blé....

Pénurie de poissons : 

La boîte de sardine, de thon ou de maquereau va-t-elle devenir un luxe ? Les conserveries françaises ont en tout cas des difficultés à se fournir, ces trois poissons sont rares et chers la même année. Le prix mondial du maquereau a grimpé de 35% par rapport à l'an dernier, le thon albacore et le thon blanc valent 40% de plus, le prix de la sardine s'est envolé de 50% ! Source

Pénurie de bacon

"Ce qui est rare est cher", dit-on. Manger va devenir rare. La zone côtière de l'Afrique de l'ouest subit déjà une pénurie de poissons qui représentaient sa première source de protéines.

Migrations de la faim toujours plus importantes, présentées comme "migrations politiques ou économiques".

Ce sont les migrations du manque.

 (d'eau, de céréales et de protéines).  Il faut ajouter le peu de qualité nutritive de la nourriture disponible dans certaines régions du monde, l'accaparement des ressources par certains et on aboutit rapidement à la submersion de l'occident, l'empoisonnement de populations locales, une hausse des prix de l'alimentaire mondiale, un manque d'accès à l'eau potable par son utilisation agricole et à des émeutes de la faim réduites dans le sang.

La dépopulation a commencé. Donc le souci n'est plus vraiment là.

En politiquement correct on dit "la transition énergétique".
Une calorie c'est de l'énergie.



5 commentaires:

  1. En région parisienne, nous subissons depuis près de 8 mois de forts épandages aériens de produits hautement toxiques et radioactifs alors qu'il s'agit d'une région agricole à proximité d'un parc naturel régional. Hier nous avons eu droit à des chemtrails noirs, soit des cendres de charbon volantes (contenu :aluminium, baryum, arsenic, mercure, béryllium, thorium et uranium). Il est certain que les cultures, l'eau, l'air, la faune, la flore, la santé humaine en sont affectés.Il ne restera plus qu'à se nourrir des cultures OGM puisque Monsanto qui a aussi investi un billiard dans la géoingéniérie a mis au point des OGM résistants aux métaux lourds...

    RépondreSupprimer
  2. on est trop gros de toutes façon maigrir nous fera le plus grand bien d autre part je voudrais savoir si quelqu un peu me le dire ?y a t il dans le monde un pays peuple de gens normaux des dirigeants normaux des religions ayants un dieu normal repond sti pli les fous vont tout detruire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :))

      Non, je ne pense pas. C'est un gros foutoir partout...où que je regarde.... Peut être que dans les systèmes tribaux c'est mieux car l'équilibre est plus facile à trouver et que le chef reste à portée de mains de tous....

      Supprimer
    2. Le Christ + les communes + Francis Cousin. :)

      Supprimer
  3. Ya une quantité d'eau fixe sur Terre.
    Si il y a pénurie, où passe-t-elle ?

    Un animal c'est 75% d'eau.
    Une plante c'est 95%.

    Hi hi

    RépondreSupprimer

Modération en place !

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.