jeudi 16 février 2017

L'inflation sous contrôle, pas les estomacs.

On ne calcule pas l'inflation exactement pareil entre l'Europe et les USA (Lire ici, quelques éléments de compréhension).

Par contre en Europe, notamment en France, comme aux USA, les "pouvoirs" ont le même discours :

"Il n'y a pas d'inflation". Source "le Monde" parmi bien d'autres.


Il y a simplement une "inflation sous-jacente" aux USA, comme en Europe.. :)



En France les prix de l'énergie connaissent une forte inflation pendant que les prix alimentaires sont sous contrôle (plus exactement : étaient sous contrôle en 2016). La grande distribution fait le job pour garantir la paix sociale.

Aux USA ce sont les prix alimentaires qui augmentent pour permettre aux américains de survivre dans une topologie urbanistique du "tout voiture".

Le monde est bien fait ! Non ? Ci-dessous une petite liste de quelques augmentations sur des produits alimentaires en 10 ans aux USA. Source

L'augmentation des prix de l'alimentation a été de 30 % en 10 ans. (2006-2016/USA.)

En France, on attend les élections pour en arriver aux mêmes augmentations. Faites des stocks !
Une source pour convaincre 

....La question de fond étant la déconnexion de cette pression sur les prix (grande distribution) avec la réalité économique rencontrée par les entreprises, en particulier la forte hausse des matières premières agricoles. Dans la lignée du second semestre 2016, l'année 2017 promet de fortes tensions sur le poste « achats ». «Le prix des matières premières alimentaires a augmenté de 12 % sur un an en décembre 2016», pointe Stéphane Dahmani, directeur du service économie de l'Ania. C'est la première fois depuis quatre ans qu'un tel redressement est observé. Or les achats amont représentent plus de la moitié du chiffre d'affaires de l'industrie alimentaire. On comprend dès lors l'enjeu sur la rentabilité des entreprises.
Aucun secteur n'est épargné. Ainsi, les industriels de la charcuterie alertent sur l'envolée des prix des pièces de viande de porc. A titre d'exemple, le prix de la pièce de découpe jambon sans mouille a augmenté de près de 30% sur un an. Sa cotation à Rungis est actuellement de 2,5 €/kg contre 2,25 €/kg il y a un an, et moins de 2€/kg il y a deux ans. En moyenne, le prix des pièces de viande de porc qui représente plus de 54 % du chiffre d'affaires des entreprises de charcuterie. Sur ce marché, les industriels ne peuvent que subir l'influence de la forte demande chinoise sur certaines pièces, qui bouleverse les équilibres.
La production laitière a baissé de 7 % en France et de 4 % en Europe et dans le monde. Résultat, un retournement rapide des cours et désormais l'envolée des prix du lait et par conséquent des prix des produits qui en sont issus. Exemple: le beurre vrac industriel spot (équivalent beurre cube 82 % matières grasses et beurre concentré) est coté à 4464 €/t en décembre 2016, contre 2885 €/t en décembre 2015, soit une hausse de 54 %. Or la FNIL indique que les distributeurs refusent de prendre en compte la hausse des prix sur le marché laitier et exigent même de leurs fournisseurs des baisses supplémentaires. Ils continuent d'appliquer les tarifs et promotions décidés en 2016, sans prise en compte du fait que l'équilibre des marchés laitiers a diamétralement changé.
De leur côté, les industriels des jus de fruits s'alarment d'une hausse de 50 % des prix d'achat du jus d'orange. En cause : une récolte brésilienne en baisse de 19 % en 2016, du fait de la sécheresse. Or le Brésil pèse 80 % de la production mondiale. Sachant que la récolte en Floride est aussi à la baisse, poussant les États-Unis à accroître leurs importations brésiliennes. Malgré une légère baisse de la demande mondiale en jus d'orange, les industriels craignent des risques de rupture d'approvisionnements en jus d'orange du Brésil entre mai et juillet 2017. Sachant que ce marché pâtit de la dépréciation de l'euro face au dollar.
D'autres secteurs connaissent d'importantes difficultés. C''est le cas du secteur des produits de la mer, avec une tension persistante sur le saumon (+50%) ou sur le thon. Tout comme les huiles végétales (+16 % pour le colza et l'olive). Enfin, les mauvaises récoltes céréalières ont provoqué une hausse du cours du blé de 16 %.

--------

Je ne vous parle même pas du Nigeria.....!!!! Koike.... La mondialisation des pénuries est en cours. Soit par la pression sur l'offre, soit par la pression sur la demande....

-------
USA :

1. Tobacco and smoking products

> Price increase: 90.4%

2. Margarine

> Price increase: 63.6%

3. Uncooked ground beef

> Price increase: 46.3%

4. Shelf stable fish and seafood
> Price increase: 45.0%

5. Prescription drugs
> Price increase: 43.5%

6. Rice, pasta, cornmeal
> Price increase: 40.3%

7. Bread
> Price increase: 38.9%

8. Snacks
> Price increase: 38.4%

9. Miscellaneous poultry including turkey
> Price increase: 37.0%

10. Apples
> Price increase: 36.6%

11. Frankfurters
> Price increase: 35.8%

12. Canned vegetables
> Price increase: 35.3%

13. Salt and other seasonings and spices
> Price increase: 34.0%

14. Miscellaneous fats and oils including peanut butter
> Price increase: 34.0%

15. Miscellaneous processed fruits and vegetables including dried
> Price increase: 33.7%

16. Bacon and related products
> Price increase: 33.2%

17. Fresh whole chicken
> Price increase: 32.5%

18. Cakes, cupcakes, and cookies
> Price increase: 32.1%

19. Flour and prepared flour mixes
> Price increase: 32.1%

20. Canned fruits
> Price increase: 32.0%

3 commentaires:

  1. Chômage et inflation. Un lien ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Taux_de_ch%C3%B4mage_n%27acc%C3%A9l%C3%A9rant_pas_l%27inflation

    Ahhh l'euromark, monnaie forte teutonique...

    Ahhh les années 70, inflation mais plein de boulot...

    Ahhh BFM qui nous parle d'une catastrophe si on sort de l'euro, avez-vous pensé aux éconocrocs de M'me Michu ? Bah, elle en a encore ? Qui en a encore ? Oui, bonne question... qui ?

    Oui, je sais, ce n'est pas si simple...

    RépondreSupprimer
  2. Ce qui sépare la civilisation du chaos : 9 repas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouep. ;)

      Même le gouvernement dit de prévoir un peu maintenant.

      https://www.crashdebug.fr/actualites-france/12698-la-france-lance-son-kit-d-urgence-contre-des-risques-majeurs

      Ou même :
      http://lachute.over-blog.com/2017/02/quand-les-camions.ou-la-semaine-de-l-apres.html

      On se sent protégé n'empêche. :)

      Supprimer

Sans modération.....
------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.