dimanche 12 février 2017

Les robots ne mangent pas, eux !

C'est une année électorale, ce n'est donc pas le moment de dire la vérité ! ;)

180 % d'augmentation des prix sur les matières agricoles et 12 % sur la seule année 2016, ce n'est pas le moment de l'ébruiter. 

Les pénuries ? "C'est la faute au climat"! Ben quoi ? C'est logique ! Non, en fait non. L'occident a mis 2000 ans pour prévenir les disettes puis, fier de lui, a financiarisé l'accès à l'alimentation, faisant fortune sur nos implacables estomacs.

La misère en France, en Europe, en occident en général est bien réelle. Depuis la nuit des temps les pauvres ne mangent pas à leur faim. Construire des HLM c'est bétonner des sols. La faim des peuples est un moyen de coercition politique comme un autre.  Les bons alimentaires sont une forme élaborée d'esclavage. Ni plus, ni moins ! Avec, à la clef, prévarications d'un côté et veuleries de l'autre. 



Le prix des matières première agricoles c'est : Jusqu’à 80% du coût de production

Dans le secteur agroalimentaire, la part des achats agricoles représente près de 55% du chiffre d’affaires total de l’industrie alimentaire contre 40% dans le reste de l’industrie manufacturière. Sur certaines catégories de produits, le prix de la matière première peut peser jusqu’à 80% du coût de production. « L’industrie alimentaire est donc particulièrement affectée par la hausse significative des prix de ses matières premières. Pour rappel, depuis 2004, leur prix a augmenté de près de 180% » explique l’Ania.
Extrêmement volatile, le prix des matières premières alimentaires a augmenté de 12% en 2016. Quelques exemples marquants de hausse en 2016 : 
le prix du blé tendre a progressé de 16%, le prix du lait s’est envolé progressant de plus de 30%, le prix du beurre décolle de +56 %Le prix du saumon fumé a explosé à +60%Le prix du porc a augmenté de 22%, Le prix de l’huile de colza a augmenté de 16%, Le prix de l’huile d’olive a augmenté de 16% également.

« La situation est intenable ».



(Votons puisque nous pouvons encore...ça ne durera pas toujours...) 



À un mois de la clôture des négociations commerciales annuelles entre la grande distribution et ses fournisseurs, l’Association nationale de l’industrie alimentaire (Ania) alerte dans un communiqué diffusé le 31 janvier sur la prise en tenaille de l’agroalimentaire entre une montée « significative » des prix des matières premières agricoles et la poursuite de la guerre des prix de la grande distribution. 
Le prix des matières premières alimentaires « a augmenté de 12% en 2016 ». 
Sur la même année 2016, la déflation alimentaire a atteint -1,1% en moyenne. Dans le secteur alimentaire, la déflation « perdure depuis 38 mois consécutifs (octobre 2013), pour atteindre près de 4% au total ». Source
Le prix du lait reste sous-évalué. Ici

2 commentaires:

  1. je vous recommande le sandwich de la gauche caviar saumon foie gras mettez des feuilles d or entre chaque c est plus gouteux bon appetit les sans dents.

    RépondreSupprimer
  2. Voitsberg ne repond plus.

    sur le site uradmonitor.com j'avais reperé une hausse croissante des mesures de radioactivité mesurée par ce réseau contributif à Voitsberg en Autriche, où une centrale nucléaire est en cours de démantèlement.

    Le point de mesure est offline depuis ke 12 fêvrier.

    Pas de nouvelles, bonne nouvelle, dit le dicton. Pas sûr,

    Géocédille

    RépondreSupprimer

Sans modération.....
------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.