vendredi 3 février 2017

"Les chinois à Paris", c'est fini !

L'attaque du Louvre dans tous les médias chinois.

Ils ne venaient déjà plus, ainsi que les japonais. Ils viendront encore moins, ou alors... Les pauvres.
Ce sont les riches asiatiques qui faisaient tourner les Galeries Lafayettes, le Printemps, l'Avenue Montaigne et ses boutiques de luxe...

Appauvrissement de la capitale française, d'année en année...par contre pour Londres, tout va bien...

Paris était le premier pourvoyeur de devises étrangères via le tourisme. Était.

Nice, Paris.....









33 commentaires:

  1. Vous aviez voulu la gauche ? Vous l'avez.

    Maintenant il faut assumer.

    Vous aviez l'occasion de voter pour votre Orban, votre Poutine, votre Trump en 2002, vous avez préféré les banques et l'immigration. Ben bien fait pour vous.

    http://mobile.lemonde.fr/enquetes/article/2017/02/02/identite-a-l-est-l-eden_5073379_1653553.html?xtref=

    « Un jour de 2014, Romain, un Lillois de 25 ans, a décidé de quitter la France. Quelque chose ne lui convenait plus dans ce pays où il avait grandi. Une envie d’aller voir ailleurs, aussi. Alors il a pris sa moto et ses instruments de musique. L’ancien mécanicien a roulé sans but vers l’est, avant de ­s’arrêter sur un coup de tête à Budapest. Aujourd’hui, il dit ne pas regretter ce choix du hasard. Il a découvert rétrospectivement ce qui l’incommodait de plus en plus en France : sa diversité culturelle, ethnique. ­Romain (qui n’a pas souhaité donner son nom de famille)n’avait pas a priori la fibre communautaire. Il le dit sans tabou : « Ici, il y a une homogénéité et je me sens chez moi. » Il est heureux de vivre « avec des hommes de souche européenne, des catholiques ».

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'importe quel européen de l'ouest subit un choc en allant dans les pays de l'est tout autant que quand il va à Paris. Mais ce n'est pas le même choc.

      Alors la solution est toute trouvée : ne pas aller à l'est et partir en vacances en Afrique. Comme ça on ne se pose pas question et on évite de sombrer dans le racisme, l'identité ou je ne sais quoi.

      Supprimer
  2. Oui, ça fait mauvais genre. Et je ne vois pas comment cela va s'améliorer.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_de_Paris

    Même en temps qu'indigène français, j'évite Paris autant que possible. Finalement la France a choisi un autre enrichissement que celui des touristes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'enrichissement ...

      Ce lien est interressant. Merci !

      Supprimer
    2. Je donne juste un petit témoignage sur Paris : quand on est là-bas on a le sentiment d'être une proie.

      Je me mets à la place de chinois qui claquent leurs économies pour vivre le rêve d'Amélie Poulain.

      Au minimum la police devrait être autorisée à faire son travail.

      Supprimer
    3. Paris a un grand avenir touristique, à l'image de Palmyre.

      Géocédille.

      Supprimer
    4. MDR ! C'est clair. Souvent j'y pense et je me demande par quel miracle nos statues sont encore entières !!!!!!

      Supprimer
  3. Suite :

    « Combien sont-ils ces jeunes qui, comme Romain, ont décidé de rompre avec un pays dans lequel ils ne se reconnaissaient plus ? Au sein de la communauté française qui s’est installée dans les pays de l’Est – elle ne cesse de croître ces dernières années –, ce discours s’entend de plus en plus fréquemment et ouvertement, au point de ne plus pouvoir être considéré comme un épiphénomène. Plusieurs milliers de Français sont partis vivre dans ces pays depuis quelques années. Et, parmi eux, il n’est pas difficile, par le simple bouche-à-oreille, d’entrer en contact avec des expatriés qui expliquent, sans détour, sans gêne, sans haine apparente non plus, comment cette question culturelle a germé dans leur esprit comme une évidence. Jusqu’à se revendiquer, pour certains, comme des « émigrants identitaires ».

    Grégory Leroy, 31 ans, a ainsi décidé de vivre en Pologne. Il y a trouvé un monde plus uniforme, plus conforme à ses aspirations. « J’ai beaucoup voyagé, et j’en ai retiré que je ne suis pas fan des pays multiculturels, explique-t-il. Je pense qu’il est important de croiser dans la rue plus de gens qui nous ressemblent, et c’est le cas ici. » Après avoir grandi à Courbevoie (Hauts-de-Seine), il a émigré en 2012, à la suite d’un « tuyau » glissé par un ami de son frère qui lui conseillait d’investir à Varsovie. Il y a créé Hussard, une entreprise de « formation antiterroriste » qui propose « une initiation de trois jours à l’art de la guerre ouverte » et revendique sur son site Internet un discours martial, résolument en phase avec celui de la droite polonaise au pouvoir :

    « La législation française coercitive en matière de légitime défense et de possession d’arme favorise l’émergence d’une délinquance ultra-récidiviste et ultra-violente dont le djihadisme est le prolongement. »

    (…)

    Le multiculturalisme n’est manifestement pas la tasse de thé de ces « expats » atypiques. Ainsi de Gabriel (qui préfère ne pas donner son nom). Originaire de Haute-Savoie, carrière prometteuse dans la finance, ce jeune homme de 35 ans a quitté la France dès 2005 et s’est installé pendant dix ans à Budapest. Sans détour, il associe la qualité de vie qu’il y a trouvée à « l’homogénéité ­culturelle, voire ethnique » de son pays d’adoption. « Si vous mélangez trop les gens, cela ne fonctionne pas », tranche-t-il.

    Justement, qu’est-ce qui ne fonctionne pas en France, selon lui ? Cela ne lui a sauté aux yeux, dit-il, que par le contraste avec sa nouvelle vie, lorsqu’il est revenu faire un séjour dans son pays natal : « Je me suis rendu compte que l’insécurité du quotidien nous paraissait normale. » Il dit éprouver la même impression à chaque fois : « Il suffit d’une heure ou deux de présence en France pour que ce sentiment d’insécurité s’installe de nouveau. Ici, les gens sont plus civilisés, ils ne hurlent pas dans le métro. Ils savent se tenir. »

    Grégory Leroy ressent la même chose à chacune de ses navettes. En 2014, il était dans un hôtel Ibis à Courbevoie quand une femme s’est fait agresser juste en bas dans la rue. « Personne n’est intervenu », regrette-t-il. Il a été surpris de cette scène, selon lui impossible en Pologne. Des anecdotes de ce genre, il dit en avoir d’autres. Elles lui inspirent une conclusion sans fard : « L’insécurité est un problème étroitement lié au multi­culturalisme. Je pense qu’on se vole moins quand on se ressemble. » Romain, le Lillois de 25 ans, ne justifie pas autrement son exil hongrois. « Il y a ici un respect mutuel, assure-t-il. Il y a moins d’incivilités ; il peut y en avoir, mais rien de comparable avec la France. »

    (…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. insécurité en France...faut quand meme pas déconner....

      Supprimer
    2. Je suis d'accord. Il faut préciser : insécurité des blancs et des jaunes en France, du moins dans les grandes agglomérations, les transports, etc.

      Certaines campagnes et petites villes sont encore tranquilles et pour une seule raison que chacun sait.

      Supprimer
    3. oui bien sur, on se fait agresser 24h sur 24 en France par les médias et les politiques de goche comme de droate soumis au GQG Israel centre de la terre et dispensateur de chaleur et de vie aux 4 coins de l'univers....

      Supprimer
    4. Bla-bla-bla. L'un n'empêche pas l'autre au pire.

      C'est toujours la même question. Lors d'un incendie doit-on d'abord éteindre l'incendie ou courir après le pyromane dont il faudra s'assurer qu'il est bien coupable ?

      Supprimer
  4. Dernière partie :

    # question identitaire, elle, s’est imposée par la suite. Dans le discours, et parfois dans les actes. Romain, qui a voyagé en Afrique, en Angleterre ou en Allemagne, reproche à son pays de renier l’attachement au sol, au terroir. « On a détaché le peuple de sa terre, estime-t-il. En Hongrie, la taxe foncière n’existe pas, par exemple. En France, le coût de l’immobilier, la désertification des cam­pagnes, la vie en ville et la nécessité de mobilité sur le marché du travail ont créé et renforcé l’individualisme. Ici, j’ai l’impression d’être dans la France d’antan, celle dont me parlent mes grands-parents. » Mais le jeune homme, dont le rêve est d’acquérir un bout de terrain cultivable dans la campagne ­hongroise, refuse qu’on le traite de passéiste. Il s’en défend, se référant plutôt à des idées écologistes.

    Bruno Guillot regrette également un « manque d’enracinement des Français ». Un constat qu’il étend au domaine culturel. D’après lui, ce sont les grands mouvements migratoires qui posent problème. Même en Pologne : « Ici, il y a beaucoup d’immigrés ukrainiens ou biélorusses. On pourrait croire que cela fonctionne car ce sont des Slaves, mais ça ne colle pas ! » Si sa foi chrétienne lui enjoint d’accueillir des réfugiés, il craint surtout le danger du trop grand nombre, s’inquiète de l’afflux de tous ces migrants qui, « contrairement aux Français, ont une conscience tribale ». Il redoute que, dorénavant, l’identité française, qui manque à ses yeux d’affirmation, ne soit grignotée par d’autres identités, plus affirmées. »

    Il n'y a que la droite qui marche, et plus c'est à droite, mieux c'est.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En 2017 démographiquement c'est le dernier vote identitaire FDS.

      En 2022 les FDS seront minoritaires.

      .......!!!!!.....

      Supprimer
    2. C'est vrai ce que tu dis Wendy. 2022 serait presque impossible pour un parti identitaire.

      Mais imaginons que le FN soit élu en 2017, ce qui est tout sauf gagné, ça changera quoi par rapport à 2022 et l'arrivée d'un parti politique musulman tant annoncé et ensuite 2027 où ce sera définitivement plié.

      Vois-tu le gouffre qui dans tous les cas s'ouvre devant nous ?

      Supprimer
    3. ah oui, la droite marche très bien, merci pour eux...

      Supprimer
    4. Qui veut gagner des millions3 février 2017 à 08:21

      Sarko et Fion vous remercient, bande de taches.....

      Supprimer
    5. À 8:02

      Le gouffre ? Lequel ? Celui dans lequel nous sommes ?

      Je ne vois pas d'autre gouffre puisque j'ai la tête en sous sol :))

      Les identitaires musulmans en 2022 aidés par les frères musulmans prendront le pouvoir en France.

      Mais.... D'ici là et quoi qu'il advienne de telles tensions géopolitiques et alimentaires auront lieu et cela changera pas mal de choses.

      La chaîne alimentaire est brisée quoiqu'il arrive... Encore 4 ans et tu ne penses pas que ça changera les choses.

      Moi, si ! En pire,bien sur....:)

      Supprimer
    6. Moi ce qui est sur, c'est que je vais me gaver de chocolat....

      Supprimer
  5. merci sarkozy merci hollande.

    RépondreSupprimer
  6. Moins de délinquance a Budapest c'est la meilleur blague de l'année. Oui il y a des soucis avec le multi-culturalisme mais osez dire que Budapest est un paradis sans violence, y a que la mauvaise foi pour dire ça
    https://www.eda.admin.ch/eda/fr/dfae/representations-et-conseils-aux-voyageurs/hongrie/conseils-voyageurs-hongrie.html

    RépondreSupprimer
  7. encore un coup de la triplette Hollande/Valls/Cazeneuve....

    RépondreSupprimer
  8. Il est vrai que le 28, jour du nouvel an chinois dans le 13è, c'était d'une tristesse...que dalle par rapport aux années passées...on n'est meme plus chez nous meme dans le 13è!....

    RépondreSupprimer
  9. La pyramide de verre aussi est chinoise...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahhh... Donc ce ne serait que de la légitime défense ?!? :D

      Supprimer
  10. Je suis allée il y a peu en Hongrie. Je conseille aux français de moins de 40 ans d'y aller s'ils en ont l'occasion ! Ils verront ce qu'était la France des années 70, la liberté d'aller où l'on veut, de sortir sans peur à n'importe quelle heure, d'être libre, de vivre !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est ce que je fais à Paris sans problème...je me tape meme des hongroises...

      Supprimer
    2. C'est mal de dire ça. Tu te rabaisses toi-même en le disant.

      Supprimer
  11. Merci aux commentateurs relatants leurs expériences dans d'autres pays , d'autres cultures car étants en mesure d'établir un distinguo avec leurs antécédents français.
    Bienheureux les pauvres en expérience qui sauront remédier tout tôt tard a leurs manques.
    Je peux vous parler de l'Italie ou je vis, tranquillement.
    M.S.BLUEBERRY.

    RépondreSupprimer
  12. Je suis contente que les chinois dégagent. Ils sont méprisant, racistes et prennent les Français pour de la merde. Ils vous regardent comme des lépreux. Ils sont impatients à mort. Le monde entier reluque mon pays !!!! Les asiat achètent nos vignes, nos châteaux, nos usines de dentelles. Mais CASSEZ VOUS VAMPIRES !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ils sont tous comme ça !!! Mais partez !!!! Partez de mon pays bâti par mes ancêtres !!!

      https://m.youtube.com/watch?v=TSQN8lrdB3A

      Regardez cette femme à rouler dans des étrons...

      Supprimer
    2. Son "problème", c'est que sa richesse et son rang lui permettent d'être une femme à 100% sans contrainte sociale.

      Mais si tu condamnes cette femme, tu accepteras toi-même d'être condamnée à retourner dans une cuisine et à me faire un sandwich. (et à te taire)

      Au jambon le sandwich. Merci.

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.