samedi 4 février 2017

Fukushima : les saumons reconnaissants

Des traces de radiation provenant de la catastrophe nucléaire de Fukushima ont été détectées pour la première fois dans des saumons en Colombie-Britannique, annonce l'Université de Victoria (UVic).

Le cesium-134 est précisément l’empreinte isotope de Fukushima, une sorte de carte d’identité permettant d’affirmer que la minuscule quantité de radiation trouvée dans des saumons sockeye britanno-colombiens provient bel et bien de la catastrophe nucléaire nipponne survenue en 2011.

aucune inquiétude selon les essperts !!!!

lac Okanagan, Colombie Britannique, Canada :


Baignade et grillades ! \0/

13 commentaires:

  1. OUI, il semble pas, mais j'en parlais il y a peu quand je disais la difficulté d'obtenir des hectares de marais en littoral.

    Il existe plusieurs plans pour sauver les especes, aumoins certaines, un plan dynamique , disais je.
    Oppposè en principe, pas dans les faits, au plan du stock de graines du svalbard, graines des gens les plus riches, qui nous seraient revendues au prrix de l abandon definitif de toute libertè.

    Mais je vous assure, si vous voulez sauver quelque chose de vivant, commencez à en faire la culture ou l'élevage, suivant les modes anciens, sans les produits avec du chlore, du benzene, etc...

    ORTHO

    RépondreSupprimer

  2. Signé par le gouvernement Fillon. Voilà pourquoi il préfère prendre l'avion pour se déplacer. Les autoroutes sont irradiées. Ils nous font payer pour tomber malade.

    Certains sèment la biodiversité, d’autres préfèrent semer la radioactivité. Les ministères de l’Ecologie, de la Santé et de l’Economie ont ouvert la porte au « recyclage » des déchets radioactifs issus de l’industrie nucléaire dans les biens de grande consommation. Du ciment radioactif pourra ainsi servir demain à bâtir des logements ou des écoles. Au grand dam des associations de consommateurs.
    Faudra-t-il bientôt se munir d’un compteur Geiger pour vérifier le taux de radioactivité que dégageront les murs de votre logement, vos équipements contenant du métal ou les matériaux présents sur votre lieu de travail ? Scénario de science-fiction ? Malheureusement non. Depuis 2002, le Code de la santé publique interdisait l’ajout ou l’utilisation de substances radioactives pour la fabrication de biens de consommation et de matériaux de construction. Toute acquisition et cession de sources radioactives étaient sévèrement encadrées. Ce n’est désormais plus le cas. Le 5 mai 2009, sur ordre de NICOLAS SARKOZY (agent du CRIF), quatre ministères – celui de l’Ecologie, de la Santé, de l’Economie et du Logement – ont signé un arrêté interministériel qui permet de déroger à cette interdiction. Le texte est entré en vigueur malgré l’avis défavorable de l’Autorité de sûreté nucléaire.
    Cela signifie que demain, si EDF veut se débarrasser de ses gravats radioactifs générés par le démantèlement de la centrale de Brennilis, en Bretagne (la première centrale nucléaire française à être démantelée), elle aura la possibilité de les céder ou les vendre à une cimenterie. Celle-ci transformera les gravats en matériaux de construction, qui serviront ensuite à bâtir des bureaux, des logements, des écoles ou des hôpitaux... Idem pour Areva. Si la multinationale ne sait que faire de fûts en métaux contaminés suite à un transport d’uranium, elle pourra les livrer à une fonderie qui le recyclera dans des produits de grande consommation : outils, véhicules, machines agricoles ou tuyaux (ce qu’avait déjà tenté de faire Areva en 2004 [1]). Seuls cinq catégories de produits restent exclues de toute dérogation : les aliments, les cosmétiques, les parures (bijoux), les jouets et les matériaux en contact avec les aliments et les eaux (les emballages par exemple).
    Radioactivité lâchée dans la nature
    Jusqu’à présent, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) entrepose ces déchets dans un centre de stockage situé dans l’Aube (Champagne-Ardenne). Les déchets sont enterrés « à quelques mètres de profondeur dans une roche argileuse », puis le lieu de stockage est ensuite recouvert « d’une couche d’argile compactée pour lui redonner son imperméabilité d’origine ». En cas de recyclage, seuls les acteurs de la filière nucléaire sont habilités à réutiliser du béton ou les gravats contaminés pour leurs installations. Ces précautions disparaissent avec le système de dérogation. Une fois lâchés dans la nature, ces matériaux ne seront plus tracés ni contrôlés.
    « Même si ces déchets seront dilués dans d’autres matériaux, cela va augmenter le bruit de fond de la radioactivité. Contrôler les rayonnements radioactifs coûte très cher. Les entreprises qui recycleront ces matériaux auront donc tendance à ne procéder qu’à des vérifications partielles sur des échantillons de ciment ou de ferraille « dilués ». Ce qui augmentera la possibilité de laisser passer un parpaing ou une tôle trop radioactive.

    RépondreSupprimer
  3. Multiplicateurs de cancers
    Corinne Castanier ne comprend pas pourquoi le gouvernement a pris une décision si lourde de conséquences pour la santé, à l’heure où les pouvoirs publics cherchent, dans le cadre du « plan cancer », à diminuer l’exposition des populations à la radioactivité naturelle (notamment le radon, qui favorise les cancers pulmonaires selon l’Organisation mondiale de la santé). En rendant possible l’ajout de substances radioactives dans des biens et des matériaux destinés au grand public, le système de dérogation risque bien d’augmenter la radioactivité artificielle, et les risques de cancer. « Seuls les industriels y trouvent un intérêt. Au lieu de stocker ces déchets, ce qui coûte cher, ils pourront s’en débarrasser tout en récupérant de l’argent. » Avec le démantèlement progressif des centrales nucléaires vieillissantes, le volume des déchets radioactifs sera multiplié par trois d’ici 2020, selon les prévisions de l’Andra.
    Ce retour en arrière est d’autant plus incompréhensible que l’on cherche à réparer les erreurs commises depuis un demi-siècle. Jusqu’en 1986, 50 000 paratonnerres radioactifs [2] ont été disséminés dans toute la France, plus sept millions de détecteurs de fumée contenant de l’américium 241 [3], radioactif pendant 433 ans ! « Nous sommes en train de courir pour retrouver les objets radioactifs disséminés sur tout le territoire et le gouvernement rouvre la porte à des dérogations. Il faut tirer les leçons de ces années-là ! », assène la directrice de la Criirad. L’interdiction, en 2002, d’ajouter ou d’utiliser des substances radioactives dans des matériaux ou des biens de grande consommation avait été obtenue après un long travail de la Criirad et des associations de consommateurs, comme l’UFC Que choisir.
    Avant cette réglementation, presque tout était permis. Ainsi Saint-Gobain avait introduit des déchets radioactifs dans la fabrication de sa laine de verre (Isover) multipliant par vingt les rayonnements. Ou la Cogema (devenue Areva) qui avait ajouté de l’uranium appauvri dans la poudre d’émail jaune destinée à la fabrication de bijoux. « Si demain la législation autorise l’addition de substances radioactives, il s’agira de modes de fabrication standard. Ce ne sont plus seulement la laine de verre et les émaux qui seront radioactifs, mais le ciment, le béton, l’acier, les pièces métalliques, le carrelage, les appareils ménagers, les ustensiles quotidiens... On peut légitimement s’inquiéter car le risque est bien réel. Le démantèlement des installations nucléaires va générer 15 millions de tonnes de déchets », s’inquiétait alors l’UFC Que choisir. Tout est désormais à refaire.
    Recours juridique et responsabilité politique
    La Criirad a d’abord adressé un recours au Conseil d’Etat pour faire annuler l’arrêté sur la base de ses « anomalies juridiques ». En cause : les modalités d’information des consommateurs. Celles-ci restent à la discrétion des industriels qui se garderont bien de mettre le logo spécifique aux matériaux radioactifs sur les emballages ! On ne peut faire plus laxiste. Or, c’est aux ministères concernés de définir ces modalités d’information. Ensuite, une telle décision concernant le Code de la santé publique ne peut être prise que par décret, signé directement par les ministres. Mais seuls les chefs de service des administrations concernées ont apposé leur signature au bas de l’arrêté. La vérité tenue secrète est que l'Europe, toute l'Europe est une sorte de poubelle radioactive. En Europe s'est passé quelque chose de très préoccupant. C'est que chaque pays cherchant à faire le malin a en toute confidentialité enfoui ses déchets radioactifs chez le voisin. Et ce voisin, ignare de ce que l'autre était venu enterré chez lui, est aussi allé enterrer ses propres déchets chez un autre voisin encore. Des années ont passé. Et la facture se présente très lourde à supporter et se traduit en prolifération des cancers dans toute l'Europe.

    RépondreSupprimer
  4. Nous sommes en 1949, le Royaume-Uni, va débuter une activité nocturne légèrement suspecte aux larges des côtes françaises : immerger ses déchets radioactifs dans la mer, à 15 km seulement des côtes françaises du Cap de La Hague. Cette activité va durer 17 longues années avant que la France ne le découvre et y mette fin.
    Au même moment, dans les années 60, la France allait aux larges des côtes espagnoles enfouir ses propres déchets dans l'Océan Atlantique. Elle reconnait avoir ainsi enterré 14 000 tonnes de déchets radioactifs en mer.
    En 1967, accompagnée de 4 complices : l'Allemagne, la Belgique, le Royaume-Uni et les Pays-Bas, la France va immerger 36 000 fûts contenant 11 000 tonnes de déchets radioactifs aux larges des côtes espagnoles de la Galice.
    Elle va récidiver en 1969, cette fois-ci avec une nouvelle bande de complices : l'Italie, la Suède et la Suisse vont venir s'ajouter à l'ancienne bande de la Belgique et du Royaume-Uni pour l'immersion de 9 000 tonnes de déchets radioactifs en mer. Cette fois-ci, on le fait aux larges des côtes françaises de la Bretagne. De toutes façons, les Bretons sont un peuple à part, un peu rebelle qui ne se sent pas très français ; il peut donc être sacrifié. Encore aujourd'hui en 2014, il n'existe aucune station de péage sur les autoroutes bretonnes, parce qu'ils n'en veulent pas et donc, chez eux toutes les autoroutes sont gratuites. Et en 1969, ce peuple breton n'est pas au courant et ne peut donc pas réagir et se rebeller.
    Tout cela a été interdit en 1983, avec la Convention de Londres. Conséquence, tous les pays européens ne savent plus quoi faire de leurs déchets qu'ils continuent à produire. C'est un peu le sauve-qui-peut avec pour conséquence naturelle l'augmentation exponentielle du nombre de décès dus à des cancers.
    Mais en 1996, l'association écologique italienne Legambiente a tenu une conférence pour dire qu'une entreprise britannique dénomméeODM (Oceanic Disposal Managemnt) proposait ses services pour contourner l'interdiction de la Convention de Londres. Elle justifiait ses services en disant que la convention de Londres interdisait de ne pas enfouir les déchets radioactifs dans les mers et les océans alors qu'elle les enfouissait plutôt sous la mer. Et pendant 20 ans tous les États européens se sont cachés derrière cette nuance pour continuer à enterrer des bateaux entiers pleins de déchets. C'est ce qui explique que la plupart des poissons pêchés aux larges des côtes européennes sont radioactifs.

    RépondreSupprimer
  5. C'était en tout cas la technique la plus utilisée par tous les Européens pendant plusieurs décennies, une vraie politique de l'autruche : enfouir la tête dans le sable pour ne pas affronter le problème en face. Et cela consistait tout simplement à prendre un vieux bateau destiné à la casse, le remplir de déchets radioactifs ou toxiques et aller le faire couler aux larges des côtes européennes. Ainsi, pratiquement toutes les cotes européennes de la Méditerranée et de l'océan Atlantique, mais aussi de la Manche sont pleins d'épaves de bateaux contenant des déchets toxiques. De temps en temps, quelques déchets remontent à la surface ou sont tout simplement découverts par les pécheurs. Dans toute l'Europe c'est une véritable catastrophe nucléaire avec une montée vertigineuse des cas de cancer de tout genre.
    Comment Nicolas Sarkozy (CRIF) en appliquant les lois racistes du Talmud contre les non-juifs à donné l'ordre d'empoisonner les français... Pour Nicolas Sarkozy, Israël est un miracle... Pour les français, Nicolas Sarkozy est un empoisonneur. Pour ses haute-trahisons, il mérite les assises...
    La France croule sous le poids de ses déchets radioactifs. Son sous-sol est une véritable bombe radioactive. L'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), dans son rapport 2012, donne un chiffre qui fait froid dans le dos : la France a 1,32 million de m3 de déchets radioactifs, et elle ne sait vraiment comment s'en débarrasser. Il faut préciser que ces chiffres, certainement minorés, nous viennent des déclarations des 3 principaux producteurs français de déchets radioactifs (EDF, Areva, CEA) pour l'année 2010.
    Alors au président Sarkozy est peut-être venue une brillante idée : pourquoi ne pas se débarrasser des déchets radioactifs en les enfouissant dans les constructions, dans les sous-sols d'autoroute durant la construction ? Aussitôt dit, aussitôt fait. Aujourd'hui, plusieurs tronçons d'autoroutes françaises sont certainement en cours de construction avec un mélange de ciment, d'aciers et de déchets radioactifs.

    RépondreSupprimer
  6. Dans ce merveilleux pays démocratique qu'est la France, une entreprise nous intéresse dans notre analyse. Elle ne comporte que 3 syllabes : Socatrie. Vous ne la connaissez pas, c'est normal. Même 99% des français ne la connaissent pas. C'est une entreprise en apparence insignifiante avec un seul actionnaire, et un capital de seulement 200.000€, crée et immatriculée au Registre de Commerce et des Sociétés de Nanterre dans la région parisienne (92) le 18 décembre 1974 avec le n° B 302 639 927, sous la forme juridique de EURL précisément, son siège social se trouve au 1, place Jean Millier à Courbevoie, en région parisienne.
    Cette entreprise en apparence seulement très insignifiante va pourtant réussir ce que la mafia italienne qui malgré son exploit de créer des partis politiques, élire les députés au parlement italien et avoir des ministres, n'a jamais réussi à faire : rendre parfaitement légal ses activités détestables d'empoisonnement des populations. Mais avant de développer le sujet, cherchons à savoir plus de ce Socatri qui veut dire : Société Auxiliaire du Tricastin. C'est quoi ses activités ? elle est enregistrée sous le code 3822Z, qui en France signifie : « Traitement et élimination des déchets dangereux » et dans la catégorie : « Eau et gestion des déchets ». Qui est son unique actionnaire ? Areva. Oui, vous avez tout compris : Areva produit les déchets nucléaires et sa filiale Socatri et chargée de les faire disparaître. Comment ? Nous allons le voir maintenant.
    Nous sommes en septembre 2004, Socatri demande au préfet du département français de la Loire, l'autorisation pour faire l'impensable : violer les lois françaises et surtout le code de santé publique. Il lui demande ni plus ni moins que l'autorisation d'aller dans une aciérie de la place dénommée Feurmetal et de faire fondre 550 tonnes de ferrailles radioactives, pour ensuite la dissimuler à hauteur de 20% dans l'acier normal et le destiner à la fabrication des objets pour le grand public, notamment l'acier pour la construction des bâtiments, des ponts, des autoroutes. Selon vous, ce préfet va l'autoriser ou refuser en lui demandant de respecter la loi ? Eh bien, vous avez vu faux. Le préfet l'autorise.

    RépondreSupprimer
  7. Mais là, le pire n'est pas encore arrivé, puisque cela ne reste qu'au niveau d'un petit département. 5 ans plus tard, c'est-à-dire en 2009, 2 ans après l'arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy, c'est l'État central qui va lui-même autoriser d'empoisonner les français à grande échelle avec cette pratique. En d'autres termes, c'est sous le gouvernement de François Fillon avec Nicolas Sarkozy, le maitre du jeu que les entreprises françaises peuvent désormais en toute tranquillité, recycler les déchets nucléaires dans les biens de consommation, mais surtout, les produits de construction. Nous sommes le 5 mai 2009, un arrêté ministériel, introduit une procédure de dérogation, au code de la Santé, contre l'avis même de la Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD). En d'autres termes, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, 4 Ministres ont émis un décret pour permettre de déroger ou plus prosaïquement, d'annuler deux articles du code de la santé publique en France et qui datait depuis Lionel Jospin en 2002. Notamment les articles R.1333-2 et R.1333-3. Et que disaient ces 2 articles ?
    - Article R.1333-2 : il est formellement interdit d'ajouter délibérément des substances radioactives dans les aliments, les biens de consommations et les produits de construction
    - Article R.1333-3 : il est formellement interdit d'utiliser des matériaux et des déchets provenant d'une activité nucléaire - et qui sont contaminés ou susceptibles de l'être - pour la fabrication de biens de consommation et de produits de construction
    Et quels sont les 4 Ministres impliqués ?
    Dans le décret de 2 pages et de 3 articles publié au Journal officiel du 14 Mai 2009, il y a 4 ministres pour ce seul petit document, à savoir :
    Le ministre d'État, ministre de l'écologie, de l'énergie, du développement durable et de l'aménagement du territoire, la ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi, la ministre de la santé et des sports et la ministre du logement. 4 Ministres, ça sent du lourd et c'est du lourd.
    Selon la CRIIRAD qui est désormais lancée dans une course contre la montre pour stopper cette folie et qui pour l'instant n'est écoutée par personne, ni de droite, ni de gauche, encore moins par le Conseil d'État, les substances radioactives qu'on autorise dans les produits destinés au grand public, ont la capacité d'induire des cancers chez les personnes exposées et des maladies génétiques chez leurs descendants. En d'autres termes, l'État français empoisonne ses propres populations en sachant très bien que des cas de cancers toujours plus nombreux vont faire leur apparition, même en Afrique, notamment à ceux qui sont friands des produits Made in France ou tout simplement Made in Europe.
    Plusieurs associations écologiques françaises sont mobilisées contre ce décret, mais rien n'y fait, on est en démocratie, on peut tuer son propre peuple, mais à partir du moment où c'est ce peuple qui a élu ces mêmes dirigeants, alors, rien n'est bien grave. On peut même se permettre le luxe de donner aux autres nations les leçons de démocratie et même de bonne gouvernance.

    RépondreSupprimer
  8. Depuis qu'on a interdit en 1983, de déverser la poubelle radioactive à la mer, les producteurs d'électricité à travers le nucléaire ne savent plus vraiment quoi faire pour les déchets. Alors, presque tous à commencer par l'Allemagne ont joué sur le chauvinisme français. Tous ont chanté en chœur que la France était le pays le plus intelligent au monde pour s'occuper des déchets radioactifs, que la France était la seule nation de la planète à comprendre et maîtriser le traitement des déchets nucléaires. Et les français sont tombés dans le piège des autres. Leur pays est ainsi devenu la poubelle radioactive de l'humanité. Tous lui ont envoyé des wagons, des conteneurs, des bateaux entiers de déchets toxiques ou nucléaires. Cette supercherie va durer jusqu'à l'arrivée d'une dame au Ministère français de l'écologie, Madame Ségolène Royal. Elle a refusé l'importation en France de 9.000 tonnes de déchets toxiques venant d'Australie. Nous sommes le 18 Juillet 2014.
    En pleine vacance d'été, un communiqué d'une vingtaine de ligne est envoyée à la presse pour annoncer cette nouvelle. Ce qui va nous intéresser dans ce communiqué, c'est sa conclusion, et c'est là où la Ministre montre qu'elle a finalement compris que pendant des années, la France a tout simplement été roulée dans la farine par ses amis autoproclamés « pays démocratiques », comme elle, en la submergeant de ses déchets les plus dangereux. Elle dit en effet : si la technologie française pour traiter les déchets est si au point pour résoudre ce problème, pourquoi ne pas l'acheter en France et traiter vous-mêmes vos déchets ? Il était peut-être temps pour que quelqu'un se réveille dans ce pays-là. Voici le communiqué dans son intégralité :
    « MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE
    Ségolène Royal s'oppose à l'arrivée des déchets toxiques en provenance d'Australie
    18 juillet 2014 - PRÉVENTION DES RISQUES
    Une société australienne, ORICA, a déposé auprès de la Préfecture de l'Isère une demande d'autorisation d'importation depuis l'Australie de 9000 tonnes de déchets très toxiques (sous-produits d'hexachlorobenzène) afin qu'ils soient incinérés sur le site exploité par TREDI à Salaise-sur-Sanne (38).

    RépondreSupprimer
  9. Ségolène ROYAL a donné instruction au Préfet de l'Isère de s'opposer à cette importation au nom du principe de précaution, compte tenu du risque de pollution marine en cas d'avarie du navire pendant le transport, et du principe de proximité, qui exige que les déchets soient traités à proximité de leur source de production.
    Le transport de déchets dangereux en provenance des antipodes constitue une aberration écologique. Si les technologies de traitement françaises sont performantes, elles peuvent tout à fait être exportées pour permettre la réalisation d'unité de traitement adaptées, proches des activités productrices de déchets, et respectueuses des règles de protection de l'environnement.
    Pour toute information complémentaire, contact presse : 01 40 81 78 31 »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effrayant et intéressant !!!

      Merci !

      Supprimer
    2. Je savais que ça t’intéresserai. De rien Wendy et si tu n'aime pas facebook, jette un œil ici https://vk.com/timebuster
      Bonne soirée

      Supprimer
  10. Wendy, toujours aussi ignare que d'habitude...le lac Okanagan est un lac fermé à l'intérieur du Canada, rien à voir avec la côte Pacifique.
    La prochaine fois, prend un atlas çà vaudra mieux.

    RépondreSupprimer

Modération en place !

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.