jeudi 5 janvier 2017

L'Education Nationale choisit Kev Adams !

Plutôt que Raymond Queneau !

Un professeur de français de collège affiche sa perplexité face à l’introduction de modifications dans l’enseignement de la langue française, comme la notion de « prédicat », censée simplifier les cours de grammaire en remplaçant les compléments d’objet et compléments circonstanciels. (??????)
Elle relate cet épisode : Source

"Au stage, on nous a fait travailler sur un extrait d’interview de Kev Adams, idole des jeunes dont les textes peuvent être considérés comme humoristiques, mais sûrement pas littéraires".
« Nous étions affligés. est-ce vraiment notre rôle de leur donner à lire du Kev Adams ? Ne pouvons-nous pas faire ce même exercice avec un extrait de Zazie dans le métro ?
J’ai hâte que nous arrêtions d’étudier le théâtre de ce casse-pieds de Molière, et qu’enfin nous puissions nous gausser en classe devant les facéties de Cyril Hanouna ! »

La fin de l'orthographe aussi :
 « Si l’élève a fait une faute, mais qu’il est capable de justifier son choix, même de façon totalement erronée, alors nous devons considérer qu’il a raison. » 
un exemple :

« S’il écrit “Les cadeaux que Lucie a reçue lui ont plue”, nous sommes en droit (ô généreuse inspection) de lui demander des comptes sur ses accords défaillants des participes passés. Mais si l’élève répond “Ben on parle de Lucie, or Lucie est une fille, donc j’ai mis des E”, eh bien cet élève, qui a fait preuve d’une capacité à justifier ses erreurs… a finalement raison ! »

En résumé : fin de l'orthographe, de la grammaire et de l'étude de textes littéraires.

Autant se passer d'apprendre la langue française ainsi que des professeurs qui tentent d'en transmettre les subtilités et la richesse. 

C'est en cours. (Si je peux me permettre.)

Certains méritent une grosse fessée. Quand, dans une nation, on ne partage pas une même langue, la nation se délite. Il y a formation d'une élite dirigeante avec ses esclaves soumis si non dévoués....

L'exercice :


13 commentaires:

  1. ce que tu detruit tu le possede. on voit bien que ce principe est applique partout dans le monde .comme ils ne chouinent que sur eux meme nous autre ils n en ont rien a foutre sauf si c est leurs interets.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu ! Ce que tu détruis tu le possèdes.

      En même temps tu l'effaces

      Supprimer
  2. Surtout ce texte est truffé de fautes d'accord : "c'est quelque chose qui vont rester..."

    La Révolution Culturelle est en marche depuis un bon moment. Il fo du passé fér tabl raz pour créhé un Nom noovo!

    GOÇ

    RépondreSupprimer
  3. Petit rappel :

    difficile à apprivoiser. Pour cette raison, nous devons frapper profondément dans leurs racines culturelles : peut-être alors arriverons-nous à les forcer à se conformer. Je veux dire, bien sûr, frapper à la base de leur langue, de leur religion, de leurs réserves culturelles et historiques, de manière à neutraliser leur capacité à se développer, à se distinguer, ou à triompher; les éliminant ainsi comme obstacle à nos projets stratégiquement vitaux dans les Balkans, la Méditerranée et au Moyen-Orient.

    Henry Kissinger en 1974.

    Le peuple Français aussi est un peuple à firte identité culturelle, linguistique, philosophique et historique.

    GOÇ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement que personne ne les écoute quand ils parlent ! :))

      Ça me fait peur quand je lis ça.... Je me dis que nous sommes vraiment des imbéciles...

      Sinon, GOÇ, tu te mets au nouveau français ?

      En même temps c'est pas mal comme contraction !

      Supprimer
    2. C'était le pseudo de Georges Brassens.

      Geocédille

      Supprimer
    3. Je ne savais pas !!!! Merci !
      Écrit ainsi en contracté ?

      Supprimer
    4. Je pense qu'il écrivait ça GO avec une cédille sous le O, mais les journalistes ont transcrit en Géocédille.

      Concernant la fabrique à crétins, mon fils a étonné ses camarades de classe en leur révélant que nous n'avions pas la télé (et que non on n'est pas pauvres...) Ce qui les a interloqué c'était "mais alors? comment vous faites pour manger?" car manifestement pour manger il faut avoir la télé allumée. Sinon, heu... je ne sais pas... on ne peut pas avaler? Ou pire : sinon, il faudrait se parler! Quelle horreur! Discuter.

      Géocédille

      Supprimer
    5. Cette "mode" typiquement us est entrée dans tous les foyers. Ou presque.

      Ça en dit long aussi sur les échanges en famille !

      Les gens n'ont plus rien à se dire ? "Partager un repas" ce qui est de l'ordre du sacré car le sacré se retrouve souvent dans le social et les us et coutumes , partager un repas, donc, n'existe plus.

      Je me demande ce que les gens partagent.... Pas grand chose peut être...

      Supprimer
    6. Écouté à j'ai pensé à toi :

      https://youtu.be/4Q8i0CYs-CM

      Supprimer
  4. Nivellement par le bas ; le système marchand a besoin de con-sommateurs, pas de gens instruits qui se renseigneraient avant d'acheter la dernière m°°°° en vogue, quand même !

    RépondreSupprimer
  5. L'interview aussi n'est pas innocents à base de shoah et du vivre ensemble sinon y a aussi eu des français, des allemands, des russes, des ukrainiens des polonais etc... de déportés mais chuuuut faut pas trop le dire

    RépondreSupprimer

Modération en place !

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.