samedi 7 janvier 2017

Italie et emplois en "bons de travail".

[Le "voucher" (bon de travail) définition et cadre :

La forme du contrat est libre. Le rapport de travail occasionnel, même avec plusieurs employeurs, ne peut pas dépasser une durée de trente jours au cours de l’année et cinq mille € annuel pour chaque travailleur. Une procédure particulière est prévue pour le payement du revenu. Les travailleurs sont rémunérés à travers des bons de travail dont la valeur est fixée par le décret du Ministère du Travail. Ces bons sont acquis par les employeurs auprès des points de vente autorisés. Une fois que l’activité est effectuée et que les bons sont perçus, le travailleur devra les présenter aux centres autorisés. Ceux-ci payeront les personnes et enregistreront leurs états civils et leurs codes fiscaux et effectueront le versement des impôts à l’INPS, égal à 13% de la valeur nominale du bon et l’assurance à l’INAIL, égal à 7% de la valeur nominale du bon. Source et plus. Contrats de travail italiens ]



Qu’est-ce que c’est un « voucher travail »? Source, et plus. 
Il s’agit d’un bon qu’on achète chez le buraliste (oui, oui! comme les tickets du loto…) et qui affiche un montant fixe – 10 euros- qui correspond au salaire horaire minimum versé au travailleur. Ce montant est brut, une fois enlevés les charges, le travailleur touchera 7,5 euros de l’heure.
....Cela a eu pour résultat qu’aujourd’hui, dans pratiquement tous les secteurs d’activités, au lieu de proposer de contrats de travail ordinaires, les employeurs privilégient de plus en plus cette forme de paiement, en portant le précarisation du travail à son paroxysme. 

Des ouvriers sont appelés du jour au lendemain, ils sont payés quelques heures et puis renvoyés, de même pour certains employés municipaux. Récemment, la maire de Turin Chiara Appendino a proposé un travail de 500 heures auprès des bureaux immigration de la ville, payé par voucher.

les vouchers explosent dans tous les secteurs. Pour le seul mois d’octobre 2016, en Italie ont été vendus 121,5 millions de vouchers de dix euros pour une valeur total de 1,2 milliards d’euros

Les vouchers sont donc utilisés de plus en plus pour masquer  des emplois qui n’ont absolument rien d’ « occasionnel » et incitent les employeurs à l’exploitation. L’Etat a ainsi accéléré le développement néfaste de cette nouvelle classe sociale que l’on surnomme les « working poors ». Il sont jeunes, ils travaillent, mais ils (sur)vivent en dessous du seuil de pauvreté. Le « travailleur-voucheriste » n’a droit ni au repos, ni aux congés payés, ni à la maternité, ni de tomber malade. En continuant ainsi, nul besoin pour les entreprises de délocaliser leurs usines dans des pays sous-développés, les ouvriers-esclaves sont bel et bien disponibles ici.

Une troisième source car ce système permet aux travailleurs étrangers d'être rémunérés plus facilement , tout en appauvrissant les autres et notamment les jeunes italiens qui quittent le pays, faute d'emplois.



Au final, noir, blanc, italien, soudanais ou moldave tu finiras esclave. 



2 commentaires:

  1. pendant ce temps la jc junker s est augmente de7000euros par mois mafieurope est ne e.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai bossé des années en tant qu'intermittent du soectacle, avec des contrats ultra courts, en genéral une semaine, mais parfois 1/2 journée.

    Socialement, ça veux dire que tu ne peux rien construire dans ta vie. Même louer un appart est un rêve quazi impossible : soit tu crèches chez papa-maman soit tu te trouves une copine qui est en CDI (plutôt difficile. c'est pas sexy le statut d'intermittent) soit tu te bricole un faux contrat comme la pluspart de mes collègues, avec le risque de te trouver à la rue du jour au lendemain si le pot aux roses est découvert.
    Crêdit immobilier? Même pas en rêve.
    Mariage? Faire un gosse? Heu... T'as interêt à ressembler à un croisement d'Hercules et d'Apollon plutôt qu'à de Funès (ouf, de ce côté ça assurait, merci papa, merci maman).

    Les voutchers ils devraient en faire direct des bons alimentaires, ce serait plus simple et plus honnête.

    Géocédille

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.