lundi 23 janvier 2017

Emplois, inégalités, migrations et explosions sociales

Nous sommes confrontés au double défi de réparer les dommages causés par la crise économique et sociale mondiale et de créer des emplois de qualité pour les dizaines de millions de nouveaux entrants sur le marché du travail chaque année".

 Selon le rapport (source) , la croissance globale du produit intérieur (PIB) a atteint son niveau le plus bas en six ans l'année dernière, bien en deçà du taux prévu en 2015. 

 l'économie sera incapable d'employer un nombre suffisant de personnes et la croissance ne mènera pas à des avantages inclusifs et partagés. 

 Tout au long de 2017, le chômage mondial devrait augmenter de 3,4 millions. L'augmentation, alors qu'elle est de 5,7 à 5,8%, est due à la détérioration des conditions du marché du travail dans les pays émergents, en particulier ceux d'Amérique latine et des Caraïbes. 

En outre, le chiffre de 1,4 milliard de personnes qui travaillent dans des conditions de travail vulnérables ne devrait pas diminuer. 



Ce nombre représente 42 p. 100 de l'ensemble de l'emploi pour 2017. «Près d'un travailleur sur deux dans les pays émergents se retrouve dans des emplois vulnérables, atteignant plus de quatre travailleurs sur cinq dans les pays en développement».

Depuis 2009, le pourcentage de la population en âge de travailler désireux de migrer à l'étranger pour travailler a augmenté dans presque toutes les régions du monde. 




 Le rapport souligne également un certain nombre d'inégalités sociales qui créent des obstacles à la croissance et à la prospérité. Les disparités entre les sexes affectent en particulier le marché du travail. 

En Afrique du Nord, les femmes sur le marché du travail sont deux fois plus susceptibles que les hommes d'être au chômage. Cet écart est encore plus grand pour les femmes des États arabes. 

En raison de ces inégalités sociales le BIT estime que le risque d'agitation sociale ou de mécontentement augmente dans presque toutes les régions. Cela dépeint une image inquiétante pour l'économie mondiale et sa capacité à générer suffisamment d'emplois » «Les niveaux élevés persistants de formes d'emploi vulnérables conjugués à un manque évident de progrès dans la qualité de l'emploi - même dans les pays où les chiffres globaux s'améliorent - sont alarmants. 

 «Pour stimuler la croissance économique de manière équitable et inclusive, il faut adopter une approche politique à plusieurs facettes qui aborde les causes sous-jacentes de la stagnation laïque, comme l'inégalité des revenus, tout en tenant compte des spécificités nationales». 

Source

Conclusion : on comprend mieux le "revenu universel", gage de paix sociale.

La fabrique des esclaves. Dépendants totalement du système les bénéficiaires ne mordront pas la main qui les nourrit.

Y compris, si individuellement on peut comprendre le bienfondé de ce revenu, il est difficile de l'admettre. Il contient en lui-même les germes de la formation de la caste mondiale des nouveaux intouchables. 

S'il y a bien une fin de civilisation, elle est là. La fin de la croissance. Les limites.

Ci-dessous, l'augmentation de l'obésité en Amérique du Sud, chez les enfants, ce qui revient à prédire la dépopulation par la misère.








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.