samedi 17 décembre 2016

Tu ne diras plus "encore" !

Paroles de féministe.
Tu ne diras plus "prends moi" ! Tu n'aimeras plus les "penis conquérants" :))
Tu diras quoi ? Tu aimeras quoi ? 


Le minou, la nenette, la foufoune… Autant de mots employés, tant par les hommes que par les femmes, pour désigner le sexe féminin. Mais ces expressions que l’on entend partout, par qui ont elles été introduites ? Et surtout, que révèlent-elles de notre vision du sexe féminin et, plus globalement, de la sexualité ? Dans l’imaginaire collectif, le sexe féminin est avant tout un trou : il est un vide, un néant à combler par le coït. Pour preuve, ne parle-t-on pas dans tous les manuels d’anatomie d’ »entrée du vagin’’, ou de « vestibule » pour en désigner la partie basse ? Ne serait-il pas plus judicieux de parler de « sortie du vagin » puisque le sang des règles, les pertes blanches et même les nouveaux-nés en sortent ? Cette dénomination est clairement issue d’une perspective de pénétration, masculine et coïtale. Le mot vagin lui-même vient du latin vagina, qui n’est autre que le fourreau de l’épée. Il est donc défini uniquement comme le complément, le logement du pénis.
Perspective de pénétration, oui, en fait. :) masculine, oui, j'espère ! "Fourreau de l'épée" c'est pas mal, de mon point de vue.
Je pense que ces femmes, peut-être, n'apprécient pas la pénétration comme acte et preuve d'amour. Je ne comprends pas ce qu'elles veulent. Sachant que changer les mots ne changera pas le fait. Le fait que les femmes sont pénétrées et qu'elles ne pénètrent pas. Et c'est très bien comme ça. :) 
En même temps, je pense qu'il y a d'autres sujets de préoccupations mais, bon, il y a des obsédés. Pour moi, c'est exactement de la même veine que de se préoccuper de "toilettes genrées" dans un monde de souffrances et d'injustices. Un truc de pauvres petites filles riches. 

Ou un remède à la surpopulation. ... :) 
 La “fente” autre terme pour désigner le sexe féminin renvoie à l’idée de déchirure par la pénétration. Un point de vue encore masculin d’un phallus conquérant. Quant aux expressions souvent employées comme synonymes de ”faire l’amour”, elles renvoient souvent à un vocabulaire de colonisateur, réifiant violemment les femmes (“lui bourrer le sac”…) Les mots comptent : pour poser les bases une sexualité égalitaire, non-violente et épanouissante, la transformation de notre langage est nécessaire
.
Lucile Source


Venus and Adonis, 1554-70, Titian, Metropolitan Museum of Art.

2 commentaires:

  1. Cette féministe n'a jamais du écouter cela

    https://www.youtube.com/watch?v=gvqKCun3yVU

    RépondreSupprimer
  2. Les féministes sont en général des mal baisées, elles ne connaissent pas le bonheur de la pénétration...

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.