vendredi 30 décembre 2016

Apocalyps-eau


"le changement aquatique" 


(note de wendy : en français on dit "il n'y a pas assez d'eau pour tout le monde" !) 



Danby Irish 1793-1861 (révélation 12-17)


le changement climatique, c’est le changement aquatique. Sécheresse ici, déluge là, ce ne sont plus les mêmes pluies, ce n’est plus le même cycle. Absente ou torrentielle, L’eau devient violente. Les peuples devront s’y faire, ou migrer.


C’est déjà préoccupant sans le changement climatique. La population mondiale augmente, pas la quantité d’eau disponible à la surface de la Terre. L’eau potable n’en représente qu’une minuscule fraction, d’accès limité pour une grande partie de la population mondiale, plus limité encore pour le bétail et les animaux. La soif moderne s’appelle le «stress hydrique». Dans les pays arides les tensions s’avivent, entre cultivateurs et éleveurs, entre banlieusards et citadins, entre usagers de la même nappe, entre l’amont et l’aval ou les riverains du même cours d’eau. Les frontières des nations n’épousent pas celles des bassins des fleuves. Les peuples doivent partager l’eau.
L’agriculture consomme plus de la moitié de l’eau disponible, une proportion qu’il faut réduire si l’on veut boire et se laver dans les années à venir. Les plus riches peuvent importer une nourriture bénéficiant de pluies lointaines, ou dessaler l’eau de mer à grand renfort d’énergie. Les plus pauvres n’en ont guère les moyens. Paradoxalement ils doivent dépenser plus pour obtenir l’eau de la survie. Souvent sale l’eau devient une faucheuse de vie. Quant à l’assainissement, c’est l’oubliée du développement.
il faut trouver les modèles permettant d’ouvrir à tous un accès à l’eau tout en protégeant les forêts, les lacs, les fleuves, les marais, garants de la ressource. L’eau n’est plus une affaire locale, c’est une priorité planétaire. (Note de Wendy : LOL!) 



La gestion des nappes souterraines est calamiteuse. L’exemple le plus frappant est celui de la gigantesque nappe d’Ogallala, aux Etats-Unis, dont l’exploitation a transformé les steppes de sept Etats en grenier à blé et dont la surexploitation conduira à l’effondrement du grenier. Quasiment toutes les nappes françaises sont pompées plus rapidement qu’elles ne se renouvellent.

Est-ce qu’un laboratoire est capable de décrire l’invraisemblable cocktail de tous les produits chimiques présents dans nos eaux ? 


Solution ? Dépopulation.



(Gustave Doré)

Esaïe :

[19] Et Babylone, l'ornement des royaumes, La fière parure des Chaldéens, Sera comme Sodome et Gomorrhe, que Dieu détruisit. [20] Elle ne sera plus jamais habitée, Elle ne sera plus jamais peuplée; L'Arabe n'y dressera point sa tente, Et les bergers n'y parqueront point leurs troupeaux. [21] Les animaux du désert y prendront leur gîte, Les hiboux rempliront ses maisons, Les autruches en feront leur demeure Et les boucs y sauteront. [22] Les chacals hurleront dans ses palais, Et les chiens sauvages dans ses maisons de plaisance. Son temps est près d'arriver, Et ses jours ne se prolongeront pas.

1 commentaire:

  1. Manuel de la source30 décembre 2016 à 21:02

    Votre eau potable, est elle potable?
    L'eau des toilettes doit elle être potable?
    L'eau pour asperger le maïs, doit elle être pompèe dans les nappes phréatiques et pourquoi ne pas faire du blè dur, qui se contente des pluies ?
    Où vont les dizaines de fleuves souterrains, sinon, à la mer ?

    Enfin, comme dans Manon des sources, qui bouche les sources pour obliger les municipalitès à acheter l'eau à véolia?


    Manuel de la source

    RépondreSupprimer

Modération en place !

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.