jeudi 10 novembre 2016

Orthographe : "Dépasser les clivages partisans".

MDR !!!! Mais kézako "les clivages partisans" quand il s'agit de l'orthographe ????

Vraiment on aura tout entendu !

L'orthographe est un ensemble de règles. Des règles d'orthographe. C'est tout. Soit tu les connais soit tu ne les konné pas !

À quoi cela peut-il bien servir ? À être précis. Car la langue française est très subtile, donc extrêmement précise.

Comme une montre d'horloger, un mécanisme en quelque sorte.

Quand je lis ceci :

".....Où les élèves pèchent-ils ? Les erreurs lexicales, bien qu’en augmentation, restent les moins fréquentes. Dans une langue réputée parmi les plus compliquées, c’est l’orthographe grammaticale qui perd les écoliers.
En revanche, on n’observe pas de dégradation en compréhension de l’écrit. ...."
Source

Je vous le dis tout net : c'est faux et archi-faux !!!! Enlevez les accords grammaticaux des verbes dans le texte ci-dessous et il devient incompréhensible. Donc il cesse d'être intéressant car illisible.

La langue française est vraiment discriminante ! 


L'Orthographe :


Etymologie, du grec qui signifie "qui écrit bien"; il dérive de deux mots qui indiquent droit et écrire ; l'art d'écrire correctement.

Écrire correctement cela signifie être précisément compris par le lecteur. Énoncer une idée et une seule qui pourra être ensuite partagée pour être transmise. Cette idée là et pas une autre. Évidement cela demande une discipline et un apprentissage. 

J'ajoute que, de la même façon, pour lire et comprendre un énoncé de problème en mathématique ou en physique il vaut mieux maîtriser l'orthographe grammatical. Jdcjdr.


Changeons de langue ! C'est trop difficile de rester précis surtout quand on ne tient pas à transmettre. 



Un exemple de texte qui ne supportera pas des approximations orthographiques :
Gallimard, 1919 (Volume 3 : À l’ombre des jeunes filles en fleurs (1), pp. 7-218).

Ma mère, quand il fut question d’avoir pour la première fois M. de Norpois à dîner, ayant exprimé le regret que le Professeur Cottard fût en voyage et qu’elle-même eût entièrement cessé de fréquenter Swann, car l’un et l’autre eussent sans doute intéressé l’ancien ambassadeur, mon père répondit qu’un convive éminent, un savant illustre, comme Cottard, ne pouvait jamais mal faire dans un dîner, mais que Swann, avec son ostentation, avec sa manière de crier sur les toits ses moindres relations, était un vulgaire esbroufeur que le Marquis de Norpois eût sans doute trouvé, selon son expression, « puant ». Or cette réponse de mon père demande quelques mots d’explication, certaines personnes se souvenant peut-être d’un Cottard bien médiocre et d’un Swann poussant jusqu’à la plus extrême délicatesse, en matière mondaine, la modestie et la discrétion. Mais pour ce qui regarde celui-ci, il était arrivé qu’au « fils Swann » et aussi au Swann du Jockey, l’ancien ami de mes parents avait ajouté une personnalité nouvelle (et qui ne devait pas être la dernière), celle de mari d’Odette. Adaptant aux humbles ambitions de cette femmel’instinct, le désir, l’industrie, qu’il avait toujours eus, il s’était ingénié à se bâtir, fort au-dessous de l’ancienne, une position nouvelle et appropriée à la compagne qui l’occuperait avec lui. Or il s’y montrait un autre homme. Puisque (tout en continuant à fréquenter seul ses amis personnels, à qui il ne voulait pas imposer Odette quand ils ne lui demandaient pas spontanément à la connaître) c’était une seconde vie qu’il commençait, en commun avec sa femme, au milieu d’êtres nouveaux, on eût encore compris que pour mesurer le rang de ceux-ci, et par conséquent le plaisir d’amour-propre qu’il pouvait éprouver à les recevoir, il se fût servi, comme un point de comparaison, non pas des gens les plus brillants qui formaient sa société avant son mariage, mais des relations antérieures d’Odette. 

2 commentaires:

Modération en place !

En attente de clandestinité ! Loolilol !
------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.