mercredi 30 novembre 2016

l'EI et l'Eau, l’œuf ou la poule ?

 Mossoul : pénurie d'eau catastrophique

La situation est jugée « catastrophique » par l'ONU. Mossoul, lieu d'une bataille décisive entre les forces irakiennes et l'État islamique, est victime de pénuries. 

Déjà en manque de vivres et d'électricité, des centaines de milliers d'habitants de cette ville sont désormais privés d'eau. « Près d'un demi-million de civils, qui ont déjà du mal à se nourrir chaque jour, sont désormais privés d'eau potable saine ».

source

 rappel :

L’EI, depuis sa conquête des principaux barrages, a de fait utilisé les ressources en eau du Tigre et de l’Euphrate à des fins stratégiques. Afin de faciliter les mouvements de ses troupes, l’EI avait ainsi volontairement diminué le niveau des eaux des fleuves via le barrage de Ramadi. Un usage plus offensif fut également l’augmentation du débit de l’eau : dans le nord du pays, les forces de Daech ont inondé certaines zones sous contrôle de l’armée irakienne, afin d’empêcher leur progression sur le terrain.
D’autres modes opératoires vont davantage viser la population civile. Ainsi, parallèlement à l’avantage stratégique qu’elle présente pour les forces de l’EI, la réduction du débit d’eau via le barrage de Ramadi en juin 2015 avait considérablement diminué l’approvisionnement en eau et en électricité, provoquant des coupures importantes dans tout le sud du pays. Or, l’économie et surtout l’alimentation de la population irakienne dépendent largement de sa production agricole domestique. Pour les dirigeants de la province d’al-Anbar, ces utilisations ont des conséquences majeures sur une population qui se trouvait déjà dans une situation de carences hydriques critiques. Lorsque le barrage de Mossoul était tombé sous contrôle de Daech, des fermes proches appartenant au gouvernement avaient par ailleurs été inondées, forçant le départ de plus de 40 000 Irakiens . Mais un usage d’autant plus dangereux a également été observé : la pollution de l’eau, dont ont témoigné des civils irakiens dans le sud du pays. source

 Ouvrages hydrauliques irakiens. plus ici

le stress hydrique endémique dans la région :


En regard des conflits qui déchirent le Moyen-Orient, la question de l’eau peut sembler « secondaire », ajoutent-ils. Mais, observent les auteurs, la sécheresse inédite qui a frappé la Syrie entre 2006 et 2010, conjuguée à la « mauvaise gestion chronique » des nappes phréatiques, a « forcé 1,5 million de personnes, principalement des paysans et des éleveurs, à quitter leurs terres et à migrer vers les zones urbaines ». Ce qui a « amplifié la déstabilisation générale de la Syrie » et « probablement contribué aux troubles qui ont alimenté la guerre civile ». source

Le Moyen-Orient menacé de pénurie d’eau dans le prochain quart de siècle

Une étude américaine souligne les risques de « déstabilisation » liés à la raréfaction des ressources hydriques de la région.


Les guerres de l’eau et la « guerre contre le terrorisme »

Le lien entre les pays du Moyen-Orient et du Maghreb, où les Etats-Unis mènent actuellement un engagement militaire pluriannuel contre le groupe « Etat islamique » (EI), c’est d’être touchés par la sécheresse.source
Avant que la guerre civile n’éclate en Syrie, 60 % du pays connaissait une sécheresse dévastatrice qui a conduit plus d’un million d’agriculteurs majoritairement sunnites à migrer vers les villes côtières dominées par la secte alaouite au pouvoir, ce qui a alimenté les tensions sectaires qui ont abouti à des troubles et à un cycle de violence.


 Le Moyen-Orient est le théâtre d’un subtil paradoxe. Avec 1 % de l’eau de la Terre pour 6 % de sa population, il souffre de stress hydrique. Or, cette situation ne l’empêche pas de gaspiller l’eau dont il dispose dans une agriculture globalement sous-développée.

Source

 
ISIS et l'eau en Irak

Une autre source sur l'Irak

Une autre page des clefs du moyen orient 

sur un vieil article du blog de Wendy 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Modération en place !

En attente de clandestinité ! Loolilol !
------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.