mardi 29 novembre 2016

le Peak des minéraux


Les données montrent que la quantité de pétrole découverte au cours des dernières décennies est bien inférieure à la quantité qui est produite, une évaluation qui n'est pas modifiée par certaines découvertes récentes, très médiatisées et trop soulignées. source

La situation est à peu près la même avec la plupart des ressources minérales; Les rapports continuent à produire des chiffres rassurants : "des décennies de disponibilité, au moins".  

Mais le nombre de découvertes diminue, bien en deçà du taux de remplacement qui serait nécessaire pour maintenir la production en cours. (figure d'André Diederen)


le prix de toute marchandise est directement lié à son coût. Il coûte de l'argent pour produire quoi que ce soit et rien n'est produit qui ne puisse engendrer un profit quand il est vendu.  

Donc, dans le cas des minéraux, les coûts d'extraction continuent d'augmenter parce que, bien sûr, nous avons extrait les ressources les moins chères en premier. 

 À un moment donné, nous constaterons que nous ne pouvons plus nous permettre de payer ces coûts de production induits. Et quand quelque chose coûte plus cher que ce que vous pouvez vous permettre de payer, vous pouvez dire que vous en «manquez».

La tarte minérale se rétrécit. 





 Price of oil and economic activity in USA from Art Berman:
I surmise that costs of certain kinds of production do not allow much if any profit margin e.g. light tight oil - unless the cash return from sales is historically high. Technology can only reduce a certain amount the inherent costs. Recent N American sources are not like old Saudi Arabian onshore giant fields in their early days.


------------------------

la bonne nouvelle est pour "le climat" ! fini les mines et les forages ! youpi !

retour à l'âge de pierre ! super !  

7 commentaires:

  1. Et si l'épuisement des ressources minières était une bonne nouvelle ???
    Fin des guerres pour ses fameuses ressources
    Fin de l'obsolescence programmée
    Fin de la pollution
    Retour à la nature et des formes de civilisations plus proches d'elles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on mange du pétrole......par exemple....
      jdcjdr

      Supprimer
    2. Le problème c'est la transition. Sera-t-elle violente ou s'étalera-t-elle sur la durée avec pourquoi pas des alternatives technologiques. Mais si la période pétrole se finit sans guerre nucléaire, on pourrait commencer à revivre.

      On a des acquis technologiques comme l'internet qui permettent d'aller au delà. Un des exemples possibles :

      http://www.initiative-monnaie-pleine.ch/info-en-3-minutes/

      Il faut refaire de la politique et virer le statu-quo. Fion, Mollande et compagnie sont le statu-quo. Mort au politiquement correct et à l'avenir de merde que ces pantins nous promettent !

      Mais faut se bouger le cul en commençant par se changer soi-même et réorienter sa vie. Travailler pour créer du condret, du positif et du durable. Retrouver notre souveraineté individuelle et nationale. Croyez-moi c'est possible.

      Supprimer
    3. je pense que la transition peut être très longue.

      MAIS : nous ne sommes pas à l'abri d'une énorme crise financière ou d'une attaque nucléaire.

      nous sommes trop nombreux par rapport au système dans lequel nous vivons.

      changer le système ? oui, certes mais comme tu le sais, les gens ne changent pas de proie pour l'ombre.

      aucun discours n'est vraiment cohérent.

      partager les ressources naturelles, oui, mais comment ?

      les technologies sont aussi un problème dans le problème car elles sont avides d'énergies de terres rares, de ressources...

      dans un premier temps pendant la transition et nous y sommes je vois bien :

      1% de nantis et 99% d'esclaves.

      quand les esclaves ne mangeront plus, Spartacus viendra.

      et ce sera la fin de la transition et le début du nouveau monde.

      en attendant, il nous faudra survivre tout en restant justes avec autrui ce qui va être très difficile...

      Supprimer
    4. Il faut prendre des risques et montrer l'exemple. Il en restera quelque chose, catastrophes ou pas. Il faut expérimenter pour donner des alternatives. Moi, j'ai choisi le domaine agricole et ça ne s'improvise pas. Si les gens devaient survivre avec un potager suite à une catastrophe et bien... je pense que la majorité n'y arriverait pas. Ca ne s'improvise pas comme tout un tas d'autres domaines.

      Il faut le tenter malgré et pendant que les 1% sont là qu'ils restent ou giclent à l'avenir.

      Continuer à turbiner et brasser du vent en attendant la bombe et/ou un sauveur, c'est suicidaire.

      Supprimer
    5. Pour rappel, on vit le même effondrement, mais avec un retard, que l'URSS. Avec moins de résilience individuelle et à priori aucun autre bloc sur lequel s'appuyer.

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.