samedi 19 novembre 2016

Dans le noir, un choix.


Source (Life off grid)

Ces gens qui choisissent de vivre dans la nature.

Source : l'accès à l'électricité dans le monde (1,3 milliard vivent dans le noir).

Sans électricité, c'est souvent sans douche. Être survivaliste c'est avant tout être en bonne santé.


Un hobbit.


Bof.


Mince ! 


Rappel : "into the wild". Ça finit mal.


3 commentaires:

  1. Il y a un juste milieu. Les années cinquante, à la ferme des anciens, ce n'était pas si mal et très écolo. Je dirais même, c'était le bonheur, mais fallait se retrousser les manches. Vie difficile ? En attendant dans ma famille, ceux qui ont vécu comme ça sont morts entre 90 et 100 ans. (la gnôle ça aide cela dit ;) )

    Il faut libérer le foncier pour recréer des fermes familiales et foutre la paix aux gens avec les normes de construction. Cela se fera tout naturellement si la bulle immo éclate enfin.

    Et cela ne peut fonctionner qu'avec le lien humain. ORTHO avait donné des pistes intéressantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La gnole et la vie sociale qui n'était pas la même :)

      Oui, il faudrait se pencher sur tout ça sérieusement,,, :)

      Supprimer
    2. On n'aura (peut-être) pas le choix bientôt.

      C'est comme pour la sortie de l'UE, les premiers seront les "gagnants" ! ;)

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.