mardi 22 novembre 2016

Areva : Chine, Kazakhstan et Japon entrent au capital

Ils injecteront un peu plus d’un milliard d’euros et détiendront 33% du géant de l’atome. Ils pourront même choisir des administrateurs au conseil.

Le  chinois CNNC, le japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et Kazatomprom injecteront chacun environ 400 millions d’euros dans le géant du nucléaire. Et recevront, en contrepartie, 11% du capital aux côtés de l’État français qui en conservera 67%. Les pouvoirs publics financeront le solde, soit un peu moins de 4 milliards d’euros.

En parallèle, Areva mène avec ses futurs partenaires des discussions pour signer des accords commerciaux. Notamment avec Kazatomprom pour sceller l’accès à leurs gisements d’uranium. De son côté, l’État planche aussi sur un rachat des parts des actionnaires minoritaires actuels qui pèsent environ 13% du capital. Au premier rang desquels le Koweit (4,82%), EDF (2,24%), les salariés (1,23%), Total (0,95%) et les 4% d’actions cotées. Une opération qui conduira à un retrait de la Bourse, cinq ans après y être entré, et coûtera une centaine de millions d’euros.
Source
-------
Non, rien....Sinon que les documents falsifiés pas Areva pourraient faire baisser le prix ???....


Au Creusot... Faillite et 6000 pages de documents sous loupe...
Ce sont les japonais qui referont les cuves...

Fin du nucléaire français...

3 commentaires:

  1. Charles de Gaulle 2.0. Quand ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand le Bouthan voudra des parts d'Areva ?

      Supprimer
    2. Quand toute forme de socialisme, de communisme, de marxisme aura été éradiqué et que seul l'ultra nationalisme sera toléré.

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.