samedi 15 octobre 2016

Un peu d'Afrique à travers quelques textes

Un petit point "vie en Afrique" via la sociologie (textes des années 1963 à nos jours).

Il est tout à fait intéressant de constater que les africains que nous accueillons sont nés dans une société actuellement en décomposition mais extrêmement différente de la notre.

J'emploie le verbe "accueillir" qui est mal approprié puisque ce monde n'a plus de frontière. 

On ne vient plus ni on ne va plus nulle part, on y "passe" avec plus ou moins de bonheur.

Qui accueille qui ? Bien malin qui pourra le dire d'ici à 10 ans.....

Si ce rythme de métissage à marche forcée perdure l'acculturation ne sera pas uniquement africaine mais mondiale.

Enfin, pas pour tout le monde, comme de coutume....: "la diversité c'est pour les goyims". 

;) 

Un roi et son griot.

Comme quoi, la propagande a toujours été pratiquée partout. 




















------------
1) La société tribale et clanique africaine observée jusque dans les années 1970

2) Corps et métissage

3) Famille africaine, en déconstruction. (À lire )

4) Complexité de la famille africaine traditionnelle

Le nombre d'enfant, une richesse , démographie

La femme dans les sociétés primitives 1963  (à lire) 

5) L'éducation en Afrique (à lire) 

1. Le caractère communautaire des sociétés africaines traditionnelles n’est pas toujours bien apprécié. Le grand savant Cheikh Anta Diop (1981) lui-même en a un jugement négatif puisqu’il met en cause « les structures sociales communautaires sécurisantes qui enlisent nos peuples dans le présent et l’insouciance du lendemain, l’optimisme, etc., tandis que les structures sociales individualistes engendrent chez les Indo-Européens l’inquiétude, le pessimisme, l’incertitude du lendemain, la solitude morale, la tension vers le futur et toutes ces incidences bénéfiques sur la vie matérielle, etc. » (p. 72). Mais, contrairement à cette opinion diopiste, il convient de dire que la peur de la sorcellerie et les rites propitiatoires montrent que l’ « inquiétude » existe bel et bien chez les Noirs africains à côté du stéréotype connu de la « gaieté ». Cette inquiétude existe aussi parce que les sociétés d’Afrique Noire – qui sont généralement de bas niveau technologique- sont constamment menacées par la sécheresse et la famine. Dans ces conditions difficiles toutes les prières tendent à concilier les forces surnaturelles, précisément parce qu’elles ne peuvent pas les dominer. La tension vers la vie, considérée comme la valeur suprême, traduit d’une autre manière l’angoisse existentielle.
2. L’éducation traditionnelle, parce qu’elle est parfaitement adaptée au milieu, favorise l’intelligence concrète plutôt que les facultés d’abstraction. N’y voyons pas quelque incapacité congénitale, mais simplement le fait que le milieu ne développe que les capacités nécessaires à ses exigences propres. Il est scientifiquement acquis que tous les êtres humains élaborent partout les mêmes structures cognitives de base, mais la prédominance de certains types de connaissance sur d’autres varie selon les problèmes auxquels est confronté ou se confronte chaque groupe. De même, la plupart des systèmes de croyance traditionnelle africaine insiste sur la signification à attribuer aux choses et non sur l’explication fondée sur l’expérimentation et la vérification : on préfèrera l’interprétation symbolique à la mesure. Le recours fréquent à des explications de type magique, interdits ou tabous, permet certes de maintenir une harmonie dans la communauté et correspond peut-être au niveau d’explication possible ou permise, mais freine beaucoup les possibilités d’acquisition de connaissances, sur la base d’une seine curiosité et d’un esprit de recherche.
3. Malgré le dynamisme qui peut être lié à la participation effective aux activités de la société, on peut regretter avec le sage Moumouni (1967) qu’à ce niveau , l’éducation traditionnelle : « n’offre ni cadre, ni support à des progrès ultérieurs par l’intégration et la généralisation graduelle de nouvelles expériences et connaissances » (p. 38). L’éducation traditionnelle d’Afrique Noire insiste beaucoup sur le mouvement descendant de la transmission des expériences des aînés aux cadets, ce qui ne facilite pas toujours l’expression du dynamisme des jeunes générations. Une exploitation maximale des connaissances disponibles en Afrique devrait être tridimensionnelle, établir un équilibre entre les trois mouvements possibles de circulation : descendant, ascendant et horizontal.
4. Enfin, l’ambiance orale dans laquelle se pratique l’éducation traditionnelle d’Afrique Noire impose inévitablement des limites dans la transmission du patrimoine. Bien sûr les maximes et les proverbes, les griots, certaines manifestations et cérémonies socio-culturelles aident à la sauvegarde de l’essentiel mais est-ce suffisant ? A ce propos, l’analyse du professeur Lê Thành Khôi nous paraît très éclairant : « L’oralité intègre, l’écrit différencie l’éducation des autres activités sociales. Dans le premier cas, toute action éducative est en même temps une action économique, religieuse, politique, etc., puisque c’est par l’observation, l’imitation, la parole, que le jeune s’instruit auprès des anciens. Dans le second cas, l’écrit consignant l’information dans des textes, la rend autonome et par là rend autonome l’apprentissage qui n’est plus lié à une action et à la présence d’un instructeur. Ce détachement ou cette distanciation peut être un inconvénient si l’individu ne se fonde plus sur la pratique, mais aussi un avantage puisqu’il permet de s’abstraire et de conceptualiser. Or l’abstraction stimule l’esprit critique. (…) Il est plus difficile de déceler les failles d’un verbe éloquent que celles d’un texte écrit sur lequel on peut réfléchir. L’écrit favorise également l’esprit critique en mettant à sa disposition les opinions d’un grand nombre d’auteurs sur le même sujet » (op. cit., pp. 118-119 – c’est l’auteur qui souligne). Soulignons aussi que la société orale est une société close parce que l’oralité restreint la communication à ceux – et uniquement à ceux-là – qui parlent la même langue. La pédagogie, outre qu’elle est répétitive, est également close parce qu’elle requiert la relation physique entre le formateur et l’apprenant dans une situation concrète, qu’elle exclut toute auto-éducation par des médias de longue portée (livres, internet, etc.), qu’elle ne s’ouvre pas aux courants internationaux. De plus, elle ne permet pas d’accumuler le savoir au-delà d’une certaine limite. Puisque celui-ci se transmet oralement, il est à la merci de la mémoire humaine et de la mort, et les sages gardiens des traditions n’y peuvent pas grand-chose. D’où aussi notre grande tristesse devant le drame de « nos bibliothèques qui brûlent avec la mort de nos anciens ». L’écriture représente une capacité immense d’emmagasiner les connaissances, de les conserver et de les répandre. Ce n’est pas un hasard si la science s’est développée avec l’écriture et seulement avec elle.

24 commentaires:

  1. Ces photos sont magnifiques!!!

    Magnifiques parce que les hommes et les femmes qui en sont l'objet sont fiers et beaux.

    Beaux parce qu'ils sont eux, différents, multiples (divers) : pas la même ethnie, pas la même culture, pas la même couleur (pour certains ils ont tous noirs mais il y beaucoup de différence de couleur même entre eux).

    C'est cette diversité qui rend les choses appréciables et belles, car la diversité amène l'interrogation, la curiosité, l'envie de connaître.

    La diversité, ne veut pas forcément dire la mixité, bien que ce soit dans l'ordre des choses (mais pas obligatoire) pas comme cette mondialisation qu'on veut nous faire gober comme si il n'y avait pas de différences entre les peuples : on est tous pareils!!

    Ben non!! Et tant mieux!

    ça serait saoulant de n'avoir comme oiseaux que des pigeons!!

    Si on devient tous pareils, franchement ce sera moins drôle!! Qu'est-ce qu'on pourra bien échanger??? Le nouveau téléphone portable Iphone26??


    Marmotte

    RépondreSupprimer
  2. Le DAILY MAIL dénonce la saleté et la diversité à PARIS qui perd sa réputation de capitale romantique. http://www.dailymail.co.uk/news/article-3839636/Footage-shows-Paris-covered-rubbish-left-African-migrants.html

    RépondreSupprimer
  3. Aujourd'hui on a remis la statue de Saint Martin de Tours à sa place...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Issu de Mars", dieu de la guerre chez les romains. Mort un 8/11, il y a 1700 ans et fêté un 11/11...

      Supprimer
  4. Joël LaBruyère et les Brigandes - Unabomber
    https://www.youtube.com/watch?v=leNM6QetbtQ

    Ce mec a de grosses couilles. :)

    RépondreSupprimer
  5. Enfin, pas pour tout le monde, comme de coutume....: "la diversité c'est pour les goyims". Ah bon ! Vous voulez venir voir où j'habite chère wendy ? Vous pensez que la masse des juifs sont préservés du désastre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :))

      Je pensais que d'autres auraient réagi ! :))

      Non, les juifs ne sont pas préservés.

      Par contre ils peuvent partir en Israël ce qu'ils font en masse.

      Il ne reste plus que 500.000 juifs en France.... C'est honteux.

      Le français moyen, lui, goy, est enchaîné à ce pays.

      Supprimer
    2. "Plus que" ?
      Vous n'avez pas l'air de comprendre ce que c'est 500 000 juifs. C'est plus qu'il n'y en a jamais eu, plus qu'en Russie. C'est le troisième pays avec le plus de
      juifs après Israël et les EU.

      " plus que 500 000" je crois rêver.

      "

      Supprimer
    3. Quand on lit certaines déclarations, cela fait bondir et permet de désigner les responsables de cette invasion migratoire et cette diversité forcée imposées à l'europe : Rabbin Emanuel Rabinovich (discours proféré au Conseil d’Urgence des Rabbins d’Europe, à Budapest 12 janvier 1952) :«Nous révélerons ouvertement notre identité aux races d’Asie et d’Afrique. Je peux déclarer avec assurance que la dernière génération d’enfants blancs est maintenant née. Nos commissions de contrôle, dans l’intérêt de la paix et de l’élimination des tensions inter-raciales, interdiront aux Blancs de se marier aux Blanches. Les femmes blanches doivent cohabiter avec des membres des races sombres, l’Homme Blanc avec la femme noire. Ainsi, la race blanche disparaîtra, car le mélange du noir avec le Blanc signifie la fin de l’Homme Blanc, et notre plus dangereux ennemi deviendra un simple souvenir. Nous nous embarquerons pour une ère de dix mille ans de paix et d’abondance, la Pax Judaïca, et notre race régnera sans aucune concurrence sur le monde. Notre intelligence supérieure nous permettra aisément de rester les maîtres d’un monde de peuples sombres»

      Supprimer
    4. On comprend mieux pourquoi ils ne font rentrer que des kerlouches....

      Supprimer
    5. Hier, je suis tombé sur l'émission de salut les terriens et d'un dialogue musclé entre le juif Michel Cymes et un type qui donnait des conseils pour une alimentation plus saine en fustigeant les pesticides et autres traitement anti cancer classique...on a bien vu qui était le haineux des deux....

      Supprimer
    6. Il préconisait entre autre le jeune, et une alimentation la moins acide possible...le juif Cymes est devenu fou!...

      Supprimer
    7. Les goys aussi sont des traîtres et des abrutis, c'est bien fait pour leur gueule aussi...

      Supprimer
    8. À anonyme 6:53

      Une source STP ?

      Supprimer
    9. Anonyme répond : William Guy Carr / les plans de la synagogue de Satan PDF en 49pages (voir discours du rabbin p10 à 14) http://www.histoireebook.com/index.php?post/Carr-William-Guy-Les-plans-de-la-synagogue-de-Satan

      Supprimer
    10. Merci pour le lien.

      Mais ce n'est pas daté. C'est un pamplhet

      Supprimer
  6. HS:
    le site Vive l’Europe vient d’ouvrir:
    http://www.vivaeuropa.info/index.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne fonctionne que si je désactive ad-block==> Poubelle direct !!

      Supprimer
    2. C'est toi qui vois. Si tu veux pas y aller rien t'y oblige.
      Je donne juste l'info pour le nouveau site de Conversano.

      Supprimer
  7. amusant aussi https://twitter.com/hashtag/openbordersforisrael

    RépondreSupprimer
  8. Anta Diop n'est pas un scientifique mais un militant.

    RépondreSupprimer

Bon week-end à tous ! modération en place !

-------

Je détruis toutes les menaces ou injures. C'est donc normal de voir certains commentaires disparaître.

Je laisse cependant des espaces ouverts pour les grossièretés et autres gracieusetés, par exemple ici :

http://www.wendy-leblog.com/2017/08/qui-sont-ces-gens-qui-veulent-la-peau.html

Donc, pas de frustration possible !
------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.