lundi 24 octobre 2016

Syrie : deux tirs américains à l'uranium appauvri confirmés

Source

Les 18 et 23 novembre 2015. Des tirs à l'uranium appauvri.
Notamment le 18/10/15 sur un convoi de camions de pétrole qui aurait pu être bombardé par un type d'arme différent tant la matière visée était inflammable. :

La frappe la plus inhabituelle que ICBUW a identifiée a eu lieu le 18 Novembre, quand les Etats-Unis ont attaqué 283 pétroliers stationnés, pourtant un type de munitions alternatifs 30mm de l’A-10 – un explosif incendiaire rond – aurait probablement été suffisant pour détruire les pétroliers chargés de pétrole. Les images publiées de la frappe sont indicatives de l’utilisation de l’UA 30mm.

Alors, pourquoi ? la politique de la terre brûlée de Genghis Khan !!!!!!! 



Et l'Iran dans cette dead-zone ? ......! 

Les américains, en 2016, admettent l'utilisation de l'UA en deux occasions seulement. Ce que beaucoup jugent comme une déclaration tronquée et un chiffre sous-estimé.

----- rappel :


En dépit de l’opprobre international entourant l’emploi d’uranium appauvri dans les conflits, les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et Israël ont fait barrage en octobre  2015 à une résolution 
de l’ONU, soutenue par 143 pays, visant à règlementer l’usage d’armes et de munitions contenant de l’uranium appauvri.


Sir Hugh Beach, un général britannique à la retraite, ex-commandant en chef adjoint des forces terrestres britanniques (1976-77), met en garde les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, contre l’usage de ce type d’armes. Leur utilisation, dit-il, serait « une victoire de propagande pour leurs adversaires » .Quand on sait ce qui est arrivé en Irak lors de la 2ème guerre du Golfe – et tout particulièrement à Falloujah –il faut craindre le pire pour les populations civiles.

Rappel essentiel :


L’URANIUM APPAUVRI : CHEVAL DE TROIE DE LA GUERRE NUCLEAIRE
Par Leuren Moret, juillet 2004. Source



l'usage des armes à l’uranium appauvri par les Etats-Unis, défiant tous les traités internationaux, annihilera doucement toutes les espèces sur terre y compris l’espèce humaine, et pourtant ce pays continue à le faire en pleine connaissance de leur potentiel destructeur.



Extrait :



Un rapport indépendant établi en 2003 par le Comité Européen sur le Risque des Radiations (ECRR) pour le Parlement Européen, déclare sur la base d’études de Tchernobyl que le risque lié à la basse-radioactivité est de 100 à 1.000 fois supérieur aux estimations du Comité International pour la 
Protection contre les Radiations basées sur des études erronées conduites par les US. Se référant aux effets extrêmement meurtriers des radiations sur les systèmes biologiques, Dr Rosalie Bertell, l’une des 46 experts internationaux en radiations du rapport de l’ECRR, le décrit ainsi :
« Le concept d’annihilation de l’espèce signifie une fin relativement prompte et délibérément induite de l’histoire, de la culture, de la science, de la reproduction biologique et de la mémoire. C’est l’ultime rejet humain du cadeau de la vie, un acte qui nécessite un nouveau mot pour le décrire : omnicide.  »
Le "Manhattan Project 1943" modèle pour l’uranium appauvri
Dans une note déclassée au Général Leslie R. Groves, datée du 30 Octobre 1943, trois des plus importants physiciens du Projet Manhattan, Dr James B. Conant, A.H .Compton et H.C. Urey, firent 

leurs recommandations, en tant que membres du Sous-Comité de l’Exécutif S-1, sur l’ "Usage de Matériaux Radioactifs comme Arme Militaire." :
« Utilisé comme gaz de guerre, le matériau serait pulvérisé en particules de taille microscopique pour former de la poussière et de la fumée et mis à feu au sol par des lance-projectiles, des véhicules de terrain, ou des bombes aériennes. Sous cette forme, il serait inhalé par le personnel. La quantité nécessaire pour causer la mort de la personne qui inhale le matériau est extrêmement petite… Il n’y a pas de méthodes de traitement connues à de telles blessures… cela traversera un filtre de masque à gaz standard en quantités assez grandes pour être extrêmement dommageables. »

Comme Contaminant de Terrain :
« Pour être utilisé de cette manière, le matériau radioactif devrait être répandu sur le sol soit par voie aérienne ou à partir du sol, si en territoire contrôlé par l’ennemi. Afin d’interdire le terrain à l’un ou l’autre côté, excepté aux dépends d’exposer du personnel aux radiations malfaisantes…Des endroits ainsi contaminés par le matériau radioactif seraient dangereux jusqu’à ce que la lente décomposition naturelle du matériau s’effectue…pour le terrain courant il n’y a pas de méthodes de décontamination connues. Le développement de vêtements de protection efficaces pour le personnel ne semble pas possible. …Des réservoirs ou des puits seraient contaminés ou la nourriture empoisonnée avec un effet similaire à celui résultant de l’inhalation de la poussière ou de la fumée. »

Exposition interne :
« …Les particules inférieures à 1 micron se déposeraient plus probablement dans les alvéoles où soit elles resteraient indéfiniment, soit elles seraient absorbées par le système lymphatique ou le sang…pourraient pénétrer le système gastro-intestinal à partir de l’eau polluée, ou de la nourriture, ou de l’air. …pourraient être prélevées des poumons ou du système G-I par le sang et ainsi, distribuées à travers le corps. »
Les deux produits de fission et le déchet uranium appauvri issus du Projet Bombe Atomique devaient être utilisés dans le cadre de ce plan. La nature pyrophorique de l’uranium appauvri, qui le fait 
commencer à brûler à la très basse température de la friction dans le canon de l’arme, en fit dès lors et jusqu’à maintenant une arme à gaz radioactif idéale. Il était aussi plus disponible parce que la quantité d’uranium appauvri produite était beaucoup plus grande que la quantité de produits de fission produite en 1943.
La Grande-Bretagne pensait à l’utilisation de gaz empoisonné sur l’Irak bien avant 1991 :




« Je suis fortement favorable à l’utilisation de gaz empoisonné contre les tribus non-civilisées. L’effet moral devrait être bon…et il répandrait une vive terreur…  »(Winston Churchill commentant l’usage de gaz empoisonné contre les Irakiens après la Première Guerre Mondiale).

2 commentaires:

  1. « Je suis fortement favorable à l’utilisation de gaz empoisonné contre les tribus non-civilisées. L’effet moral devrait être bon…et il répandrait une vive terreur… »(Winston Churchill) choquant bien sûr mais discutable quand on voit l'état de l'Europe. Eux ou nous, à nous d'y penser vite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En l'occurrence eux c'est nous.

      L'UA se promène sur la terre porté par les vents. Comme l'uranium de Fukushima porté par les courants marins.

      Churchill est coupable de meurtres de masse autant européenne qu'orientale.

      La terre est un écosystème fermé. Au final nous respirons tous le même air empoisonné et nous buvons tous la même eau.

      Avec un effet retard mais.... Cumulatif !!!!!!!!

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.