dimanche 16 octobre 2016

"Sauvez le climat, roulez en Ferrari !"

Il existe encore des gens sérieux sur terre : le rapport Batho fait correctement l’analyse de la situation en matière d’émissions réelles des moteurs thermiques et propose des mesures efficaces et intelligentes : suppression programmée des avantages du diesel pour permettre aux acteurs économiques de changer de pied – on est loin des postures politiques et communicantes de la Mairie de Paris – organisme de contrôle réellement indépendant et mesurant les émissions réelles de véhicules réels…

Mais il y a quand même eu négociation avec les constructeurs : en gros, ceux-ci ont accepté toutes les mesures proposées… en l’échange de quelques subventions et crédits d’impôt pour financer la R&D de la voiture autonome et connectée. Il est en effet très difficile pour un constructeur de faire face simultanément aux investissements relatifs :
  1. au renouvellement de sa gamme
  2. à l’abandon du diesel et au développement de l’hybride et de l’électrique
  3. au développement de la connectivité et de l’intelligence embarquée de l’automobile
Les petits constructeurs sont obligés de faire l’impasse sur un, voire deux de ces chapitres. L’exemple le plus flagrant est Ferrari qui ne fera ni voiture électrique ni voiture autonome : impossible pour cette filiale sportive de Fiat-Chrysler de récupérer les travaux menés pour les véhicules-de-monsieur-tout-le-monde…



Il y a en plus une petite difficulté supplémentaire dans l’histoire : une voiture très connectée et très autonome, ça consomme ! En effet, il faut une sacrée puissance de calcul pour faire tourner les algorithmes d’intelligence artificielle, qui reposent sur ce qu’on appelle des réseaux de neurones et qui nécessitent, pour assurer le temps réel, de « tourner » sur des sortes de super-cartes graphiques très gourmandes en énergie : voyez la chaleur dégagée par un PC de gamer en plein tournoi en réseau… Sur votre future voiture, il faudra peut-être consacrer 5 à 10 ch de la puissance moteur – ou de la batterie – pour alimenter le cerveau de silicium qui vous permettra enfin de quitter la route des yeux.
----dans cette affaire le plus surprenant pour moi c'est que l'auteur nous déclare : qu' "Il existe encore des gens sérieux sur terre". 
Ouffff ! Pour le reste où allons-nous trouver l'énergie nécessaire à la dé-carbonisation ? 
Dans le nucléaire ? Nulle part ? Dans le solaire ? Personne ne le sait. Et ce ne fut pas faute de se
 creuser la cervelle ! TOD ferma suite au constat de l'impossibilité à trouver une réponse viable à cette question.
Au final je crains que ceux qui roulent en Ferrari, continuent de rouler pendant que les autres décarboneront :


Aerobar Films en lien permanent. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans modération.....

Mais : tout commentaire qui ne respecte pas à la lettre la charte ci-dessous sera supprimé sans autre forme de procés.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.