dimanche 16 octobre 2016

Les multi-incompétences baissent les coûts de construction

À Angers un balcon s'effondre. Des morts.

Depuis les grecs et les romains antiques quand on construit un balcon ou une terrasse on n'oublie pas de soutenir ces constructions aériennes avec un corbeau ou une console.

Le béton armé est utilisé pour monter les murs des immeubles dits modernes mais certainement pas pour soutenir dans le vide une charge quelconque en toute sécurité.






On voit bien les trous laissés par les tiges métalliques du béton armé.
À mon avis on retrouve à l'intérieur de l'immeuble les même tiges qui soutiennent les planchers.
Un plancher n'est pas un balcon et le poids ne se repartit pas de la même façon.
Il n'y a pas de murs porteurs dans lesquels ficher les tiges métalliques par définition sur un balcon. 

 Avant...

Un corbeau.


Un balcon sur console.



L'Incompétence c'est la mort.


13 commentaires:

  1. L'incompétence c'est la mort...comme partout....

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Wendy cela faisait plusieurs semaines que je m’étais séparé d’internet et je m’en suis passé depuis, et depuis hier j’ai retrouvé ses fonctions (qui ne m’avait pas manquées en somme) et je suis de nouveau regardant envers ton blog.
    Etant Maitre d’œuvre la manière dont tu expose le problème n’est qu’à moitié complète.
    Effectivement depuis la nuit des temps, Grecs, Romains et ou autres bâtisseurs le calcul des charges est primordial dans le(s) système(s) constructif(s).
    Hors depuis l’apparition du béton dans la construction les modes de calculs ont changés, il va de soit également pour les balcons en porte à faux, ce n’est pas le matériau en lui-même qui fait sa consolidation mais sa mise en œuvre si elle respecte les contraintes que l’on veut lui appliquer, à savoir lui rajouter un ferraillage qui va faciliter sa distorsion.
    Dans le cas d’un balcon en porte à faux nul besoin de console ou corbeau ou autre appuis si dans le calcul du ferraillage de celui-ci, son dimensionnement dans le mur attenant qui va lui servir de contre torsion est suffisant, autrement dit un calcul extérieur de balcon suspendu dépend du ferraillage du mur qui le soutient.
    Le béton est une valeur sure si on l’emploi avec les calculs et les fers qui lui sont propres.
    Le reste n’est qu’une question de gains comme pour la passerelle de l’aéroport « Charles de Gaulle » qui s’était effondrée car l’entreprise qui avait le marché avait préférée sous estimée la structure (donc gain d’argent) contre la sécurité.
    Ha pognon quand tu nous tiens !!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nico La

      (Le correcteur automatique ne prend pas )

      Bref, tes explications sont précieuses.

      En l'occurrence personne n'a fait l'étude de portée ou celle ci n'a pas été respectée...

      Merci beaucoup !

      Supprimer
  3. Cela s'appelle un vice de construction et fera probablement l'objet d'un long procès pour déterminer les responsabilités du maître d'ouvrage et du maître d’œuvre et comme d'habitude l'assureur contestera sa garantie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En théorie l'archi et le maître d'œuvre ou l'un ou l'autre est rémunéré au forfait ou au temps passé pour la surveillance du chantier.

      Même si l'entreprise est moldave il doit vérifier si le cahier des charges est respecté...

      Des morts... = du pénal éventuellement.

      Supprimer
  4. Absence d'arrachage des gardes corps scellés dans les murs.
    Moisissures noires vraiment anormales probablement dû à un probable dégâts des eaux,capillarité...
    Fissure,infiltration et gel en hiver.
    Les Fers béton semblent plutôt léger.
    Cet accident est incroyable.
    Encore des familles dans le deuil pour rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En deuil à cause de m'apprête au gain et aux incompétences !

      Personne et tout le monde est responsable.

      Supprimer
    2. Lire : âpreté aux gains...

      Supprimer
  5. A mon avis c'est surtout le contremaître qui était un sacré débile. Les ouvriers ont du lui dire de poser quelque chose pour répartir les efforts, et il ne les a sûrement pas écouté pour des raisons «esthétiques».

    RépondreSupprimer
  6. Faut voir aussi à combien ils se tenaient sur un si petit balcon. C'est dingue comme les gens ont tendance à s'agglutiner sur un balcon. Je vois les jeunes de mon étage.

    RépondreSupprimer
  7. http://www.next-up.org/images/Arracher_des_electrons_Oxydant_Corrosion_original_DSC04860.jpg


    http://www.next-up.org/Newsoftheworld/2016.php#1

    RépondreSupprimer
  8. Salut,
    Le balcon est obligatoirement relié à la dalle intérieure par des hourdis négatifs (en gros le balcon rentre en partie à l'intérieur), ce qui ne semble pas être le cas ici.

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.