jeudi 20 octobre 2016

La généralisation de l'emploi low-cost

Le slogan cher à ce blog "payer pour travailler", repris par la presse main stream !

\o/ ! 

----Source

J’ai été frappée par la méconnaissance qu’ont les candidats (aux primaires de la droits à la présidentielle) du marché français du travail. 

- les Français travaillent en moyenne 39 à 40 heures, Comme en Europe. 
- Ils veulent supprimer les 35 heures mais ils auront  bien du mal car les entreprises ont tout à gagner de l’actuelle organisation ultra flexible du travail. 
- Ils expliquent que le dialogue social n’existe pas : or 80% des accords sont négociés… 

- 1,6 million de Français subissent ce temps partiel, soit 20% des travailleurs. 

- pour les cadres, il faut s’arrêter sur le  régime des «forfaits jours». Créé par la loi Aubry de 2000, il concerne aujourd’hui 1,4 million d’actifs et constitue, selon un inspecteur du travail, «une des plus grandes escroqueries sociales qui aient jamais existé» :

- on cesse de compter leur temps de travail. Désormais aux 35 heures, ils en travaillent 50
- Le forfait jour a fait exploser le temps de travail des cadres, notamment ceux qui travaillent en consultants extérieurs sur un marché du conseil surencombré.

 «l’auto- entrepreneur, ou la figure héroïque du travail low-cost». 

-  avec une plafond d’activité de 32 900 euros par an, il ne permet pas à l’auto-entrepreneur de s’enrichir. 

-  lui interdit de déduire ses dépenses. 

- L‘Insee vient de calculer que pour 54% d’entre eux, c’est la seule source d’activité, soit en moyenne 460 euros par mois! Ce 

- un moyen de réduire le coût du travail à des niveaux de pays pauvres, en sortant partiellement les salariés de la protection sociale...

Les contrats aidés :
deux millions actuellement.
- ils servent surtout à faire baisser les chiffres du chômage, que ce soit dans les associations, les préfectures ou les bureaux des impôts. 
- Ils sont plus efficaces dans les entreprises où les jeunes sont formés.
- tous ces contrats partagent la caractéristique d’être low-cost, soit 75% du Smic dans le privé, 33% dans le public. Bref, une main d’œuvre bon marché dans des jobs à faible valeur ajoutée. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans modération.....

Mais : tout commentaire qui ne respecte pas à la lettre la charte ci-dessous sera supprimé sans autre forme de procés.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.