jeudi 27 octobre 2016

Étude scientifique vénézuélienne sur la guerre efficace

La pénurie qui frappe le Venezuela continue de faire des ravages. 
 un document non rendu public par le ministère de la Santé. On y découvre que la mortalité infantile grimpe de manière exponentielle au Venezuela depuis le début de l'année.
  • 28 nouveau-nés meurent chaque jour...
Entre le 1er janvier et le 28 mai de cette année, 4.074 bébés sont décédés peu après leur naissance, soit 28 morts par jour en moyenne. Par rapport à 2015, le taux de mortalité est passé de 14,8 à 18,6 décès pour 1.000 naissances, soit une augmentation de 18,5%. Selon les estimations du rapporteur spécial des Nations unies pour la Santé, Dainius Puras, la mortalité infantile a été multipliée par 100 en trois ans.
  • ...à cause de la malnutrition de la mère...
Cette tragédie concerne majoritairement (57,16%) la mortalité néonatale précoce, autrement dit les nouveau-nés âgés de 0 à 6 jours. Au total, près de huit morts sur dix (79,65%) ne dépassent pas les 27 jours.
Dans un cas sur deux (51%), le décès est dû à un poids trop bas, en dessous de 2,5 kilogrammes. Près de trois morts sur quatre (74,4%) résultent d'une infection périnatale, autrement dit de la transmission d'une maladie de la mère à l'enfant lors de l'accouchement. La malnutrition fait partie des causes de ce types de maladies.
  • ...et des conditions sanitaires dégradées
Les nouveau-nés sont aussi plus exposés à ces pathologies à cause du manque de moyens dans les hôpitaux. Certains ne disposent pas assez de couveuses et la pénurie de médicaments est sévère. Les Venezuéliens sont forcés de se fournir dans des pays voisins comme le Panama, dont laFédération pharmaceutique évalue à 85% le manque de médicaments chez son voisin.
(En revanche, les bébés ne sont pas installés dans des boîtes en carton à la maternité Domingo Guzmán Lander, comme certains médias l'ont relaté, rappelle El Mundo)
  • Un taux de mortalité infantile supérieur à la Syrie
Dans ces circonstances, le Venezuela affiche un taux de mortalité infantile supérieur à des pays pourtant en guerre, à l'image de la Syrie qui comptabilise 15,4 morts sur 1.000 naissances rappelle le Wall Street Journal.
Source

-----

1) c'est tout. C'est pas cher, cela ne pollue pas, l'efficacité en est prouvée. Tuez -les tous, affamez- les et n'en parlons plus !

2) le Venezuela serait-il devenu un laboratoire à ciel ouvert et frontières fermées ?

3) well done ! 

1 commentaire:

  1. et......les vaccins ? chuuuut faut pas dire , big pharma sera pas contente ,l'OMS non plus , et billou
    gatte ?

    RépondreSupprimer

Modération en place !

En attente de clandestinité ! Loolilol !
------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.