lundi 31 octobre 2016

Ce super fichier qui va bio-m'étriquer

Hier, au Journal officiel, le gouvernement a publié un décret instituant un fichier monstre commun aux passeports et aux cartes nationales d'identité. Destiné à faciliter établissement et renouvellement de ces titres, en plus de prévenir les fraudes, il va ingurgiter des centaines de millions de données puisées dans toute la population française.

Dans son cœur, évidemment l’état civil, mais aussi la couleur des yeux, la taille, l’adresse, la filiation des parents, l'image numérisée du visage et en principe des empreintes digitales de tous les Français. S’y ajouteront l'image numérisée de la signature du demandeur, l’adresse email et les coordonnées téléphoniques du demandeur qui passe par une procédure à distance, le code de connexion délivré par l'administration, etc.

D’autres données concerneront cette fois le titre : numéro, tarif du timbre, les traces d’une perte, d’un vol, d’une interdiction de sortie de territoire, la mention des justificatifs présentés pour la demande, outre les « Informations à caractère technique relatives à l'établissement du titre » ou encore « l'image numérisée des pièces du dossier de demande de titre ».

Sur le terrain administratif, qui peut accéder à ces traitements ? Évidemment, les services centraux du ministère de l’Intérieur chargés de l’application de la réglementation aux titres. Pourront également le consulter les préfectures, mais aussi les services du renseignement.
Il s’agit de ceux de la police nationale et de la gendarmerie nationale et des agents des nombreux services spécialisés du renseignement, dès lors qu’il s’agira de prévenir ou réprimer les « atteintes aux intérêts fondamentaux de la Nation » et les actes de terrorisme » (L222-1 du Code de la sécurité intérieure).
La direction centrale de la police judiciaire, en lien avec Interpol ou le système d’information Schengen, profitera du même sésame « à l'exclusion de l'image numérisée des empreintes digitales ».

 le gouvernement Valls a donc préféré instaurer une base unique, centralisée, « présentant davantage de risques au regard de la protection des droits et libertés ». Source

----- bien sur les gens honnêtes n'ont pas de souci à se faire ! 
À quand le grand hackage du siècle ! ?!? 




4 commentaires:

  1. A P A R T H E I D !

    effet de la mandale !

    ORTHO

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'effet de la mandale l'effet Mandela

      Beaucoup d'effet et peu effectif malgré l'effectif.
      C'est affectif ?

      Bref, rien. Des donnnées par milliards sans outils de tri tu te les prends et tu les jettes.

      Combien d'entrées de tri ? Allez soyons fous ? 30-50 pas davantage.

      Donc tu Hackers les données avec un seul tri : le compte en banque ou l'identité.

      Il va y en avoir de vols d'identité !!!!!

      Supprimer
  2. Owen,

    Je ne pense pas qu'il faut craindre le hack de cette "data base" pour le vol d'identité. Je ne vais pas expliquer les méthodes d'usurpation d'ID mais quelques connaissances administrative et un peu de social engineering et vous l'avez votre ID. Et puis sans se casser la tête une fausse pièce ID est encore plus simple à trouver, après ça va dépendre de l'objectif de cette nouvelle ID. Tu veux une nouvelle ID Wendy, je pense que dans le quartier tu peux la trouver. Si tu es dans le triangle Marx/Chapelle/Chateau, c'est limite pignon sur rue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :)

      Oui, Owen, dans mon quartier on trouve tout ! :)

      Non, en fait je pense qu'ils vont faire un tri à gros maillage.

      Plus de 66 millions de français à entrer dans la machine.

      Un tri large. Découper la population par âge, par religion, par niveaux d'études et financier etc...

      Des groupes à problèmes plus surveillés, par exemple.

      Mais le maillage en 2016 ne peut pas être bien plus serré et les poissons passeront à travers les mailles du filet.

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.