samedi 17 septembre 2016

Inde : le cycle de l'eau devient le cercle vicieux de la faim

C’est une crise de l’eau qui dégénère en conflit meurtrier dans le sud de l’Inde. A l’origine des émeutes qui ont déjà fait deux morts et qui paralysent Bangalore, la capitale du Karnataka, la rivalité entre les deux Etats voisins Karnataka et du Tamil Nadu pour accéder au fleuve Cauvery irriguant leur territoire. Des dizaines de bus ont été incendiés, des commerces ont été attaqués et près de 400 émeutiers ont été arrêtés. Le couvre-feu décrété par la police de Bangalore a été levé mercredi 14 septembre au matin, mais les rassemblements de plus de cinq personnes y restent interdits. Des habitants originaires du Tamil Nadu ont été la cible des manifestants.
Source




.......Le fleuve Cauvery, long de 800 kilomètres, prend sa source au Karnataka et traverse trois autres Etats, dont celui du Tamil Nadu, l’un de ses grands bénéficiaires. Si le conflit sur le partage des eaux dure depuis plus d’un siècle, il est cette fois exacerbé par deux nouveaux phénomènes : la faible mousson de cet été dans le sud-est du pays, qui pourrait être une conséquence du changement climatique, et la généralisation de la culture du riz, rentable, mais fortement consommatrice en eau. D’après les données publiées par la Commission centrale sur l’eau (CWC), les niveaux des réservoirs au début du mois de septembre étaient inférieurs de respectivement 30 % et 49 % à la moyenne saisonnière au Karnataka et au Tamil Nadu. Lequel n’a reçu de son voisin qu’un maigre filet d’eau, mettant en péril des milliers d’hectares de cultures.



......Paradoxalement, les millions de paysans sont en train de tarir une ressource qui les fait vivre. Au Tamil Nadu, les besoins en irrigation dépassent à eux seuls les ressources aquifères disponibles. Les autorités de l’Etat ne cessent de tirer le signal d’alarme quant à l’épuisement des nappes phréatiques. Elles sont en surexploitation sur près de la moitié du territoire.

 « Les paysans de la région se sont tournés vers la culture du riz qui consomme énormément d’eau, car elle est plus lucrativeL’Etat favorise sa culture en les vendant à des prix réduits via son système de distribution alimentaire destiné aux moins fortunés. » Les politiques publiques ont aussi une responsabilité dans la crise actuelle.



-----faire cuire du riz sans eau ? On essaye ? Surpopulation devient dépopulation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.