jeudi 22 septembre 2016

Hausse de 10% du fait religieux en entreprise

Air France, c'est un steward à barbe noire qui refuse de serrer la main de ses collègues féminines. A l'AJ Auxerre, c'est un footballeur qui se prive de jouer pour cause de ramadan. Ailleurs, c'est une auto-école qui a instauré des cours de conduite non-mixtes. Et chez un particulier, c'est une aide aux personnes âgées qui s'interdit de sortir le jambon du réfrigérateur au nom de sa religion…
En quatre ans, le "fait religieux" en entreprise a progressé de manière "significative". C'est ce que révèle la quatrième étude sur ce thème réalisée conjointement par l'Institut Randstad, spécialiste des ressources humaines, et l'Observatoire du fait religieux en Entreprise (OFRE).
Intitulée "la forte hausse du fait religieux en entreprise en 2016 acte sa banalisation", elle a été rendue publique ce jeudi. En un an, les manifestations liées à ce phénomène ont augmenté de 10%.

La religion est de plus en plus présente au travail. Et les "cas conflictuels" aussi, lesquels se traduisent tant par le refus de travailler avec des femmes que par le prosélytisme.

"Ainsi, pour la première fois en quatre ans, la part des managers rencontrant régulièrement le fait religieux au travail est majoritaire", soulignent les auteurs de l'étude. Il atteint 60%. Contre 50%, un an plus tôt.
"Il y a donc davantage de tensions autour du fait religieux au travail", note le document. D'autant que les observants et pratiquants se montrent particulièrement prompts à menacer d'accusation de discrimination religieuse ou raciale un manager tenté d'intervenir (dans 81% des cas). La remise en cause de la légitimité de l'entreprise s'observe dans 56% des situations relevées et le refus de discuter dans 27%.
"La prise en compte du fait religieux au travail nécessite plus que jamais de savoir agir avec courage et fermeté face aux cas inacceptables", affirme Lionel Honoré, professeur des Universités et directeur de l'Observatoire du fait religieux en entreprise.

Et pour la discrimination à l'embauche aucun rapport. C'est clair. :))

Ingéré et donc ingérable ! 
Mais, au fait, sont-ils tenus de par leur religion de travailler tous ces gens ? 
Peut-être pas. Si le travail est Haram on tient une piste ! :)

Comme d'habitude on écrit "fait religieux" alors que ce sont des faits uniquement musulmans. 
On recule le jour où il va falloir trancher et donc se fâcher tout rouge. On atermoie.


Vu le nombre de chômeurs... En même temps....:)
Et si on parlait tous la même langue l'échange en serait facilité :


:) 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans modération.....

Mais : tout commentaire qui ne respecte pas à la lettre la charte ci-dessous sera supprimé sans autre forme de procés.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.