mercredi 24 août 2016

Un hiatus, une question.

Je pose deux questions idiotes.

Il n'y a plus de mises en chantier de logements sociaux ou très insuffisamment depuis environ 2 ans.

Par :

1) faute de fonds publics.
2) désaffection des investissements privés pour faute de locataires solvables.

L'argent sale dans les années 1990-2000 a bétonné les côtés espagnoles et italiennes, par exemple, mais c'est fini.

Question A :

-où pense-t-on loger les gens ?

Question B :

-où s'investit l'argent "à blanchir" ?

Par contre l'immobilier en province ne vaut plus rien, les taux de crédit sont au plancher, le niveau de vacance des logements est au plus haut.

Les africains de la RP comme des banlieues des grosses agglomérations sont-ils appelés à repeupler nos campagnes ?

Ou à vivre à 10 dans 30 m2 ?


4 commentaires:

  1. "Les africains de la RP comme des banlieues des grosses agglomérations sont-ils appelés à repeupler nos campagnes ?"...euh...grand remplacement...?

    A part ça, le camp d'été "sans blanc", aura bien lieu:
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/08/23/97001-20160823FILWWW00274-un-camp-d-ete-decolonial-fait-polemique.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est le grand remplacement dont tu parles chez moi, c'est fait !

      Le camp d'été truc, je n'ai jamais douté qu'il se fasse !

      Derrière il y a l'alliance de Soros et des frères musulmans.

      Des alliances mouvantes et opportunistes pour toujours davantage de déstabilisation.

      Ce pays ne tient plus qu'à un fil...

      Supprimer
  2. Ils empêchent la bulle immo d'exploser depuis des années pour retarder l'inéluctable. Richesse française en partie virtuelle. Après ça le foncier sera libéré.

    Marrant comme un permaculteur par exemple ne peut pas construire même une yourte dans son champ alors qu'on bétonne à mort pour y entasser des millions africacains...

    Les africains sont aussi une bulle. Les centaines de milliers d'arrivants maintiennent vaguement le bâtiment et la consommation. Ponzi. Boum.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et après, "moi, président" : le déluge.

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.