mardi 30 août 2016

Tadjikistan : les suicides des mères avec leurs enfants

Le Tadjikistan La source de l'info.

Trop de bonheur sans doute...


-----

Mariées jeunes et aussitôt placées dans les familles de leur mari, les jeunes Tadjikes subissent souvent de mauvais traitements dans leur belle-famille, dont elles dépendent entièrement. 

Et le chômage :
"Nos hommes ne trouvent pas de travail pour nourrir leurs familles nombreuses et des disputes ont lieu à la maison".


L'ampleur de la crise économique et financière qui touche le pays a eu des conséquences sociales dramatiques pour nombre d'habitants. 

Le Tadjikistan est le pays le plus dépendant des transferts d'argent envoyés par ses émigrés à leur famille, selon la Banque mondiale, or ces flux monétaires ont diminué de deux-tiers en 2015 à cause de la crise économique russe, causée par la chute des cours du pétrole et les sanctions occidentales contre Moscou pour son rôle dans le conflit ukrainien. 




L'Etat tadjik est en effet très tributaire de l'économie de son grand voisin russe. Près de la moitié de la population masculine du Tadjikistan travaille en Russie, notamment dans le secteur de la construction. 
Mais depuis janvier 2014, le somoni, la monnaie nationale du pays, a perdu 40% de sa valeur face au dollar et le gouvernement tadjik a dû solliciter l'aide d'institutions financières internationales pour garder à flot son système bancaire. 
"Si auparavant nos problèmes sociaux étaient liés au fait que nos hommes partaient à l'étranger et vivaient de longues périodes sans voir leur famille, maintenant le problème est qu'ils restent à la maison sans gagner d'argent".
 "La violence contre les femmes augmente. De manière générale, le niveau d'agressivité et de cruauté dans la société est en hausse".


------
Comme partout, les mêmes causes entraînent les mêmes effets.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.