dimanche 17 juillet 2016

Pétrole, pic, or et guerres

C'est dimanche donc, un peu de temps pour des choses sérieuses, non ?

;)

Source en anglais chez Mr Ugo Bardi et Une source indémodable en français , dont Mr Bardi s'est largement inspiré tout en y apportant sa touche personnelle inimitable ! Merci Mr Louis Arnoux !

Car, comme vu sur ce blog des centaines de fois, c'est bien le pic pétrolier, le choc pétrolier actuel qui nous précipite dans les tourmentes, les violences, les famines et les guerres. Sans oublier "notre insoutenable légèreté", nos passions et nos aveuglements.

Ci-dessous : Le pourquoi du comment et l'inéluctable destruction du système par le manque d'énergie "gratuite".

-------



Depuis 2007, le mythe de l’économie et de la finance au service de l’humanité tombe en morceau. L’humanité s’autodétruit car le monde est incapable de gérer ses problèmes vitaux: la menace nucléaire, la dégradation de la biosphère, la régulation de l’économie mondiale, les famines, les conflits politiques, ethniques et religieux.

Pour survivre, un mythe nécessite deux choses:
– que les gens y croient;
– qu’il masque ce qui se passe réellement.
Dans tous les domaines, crises après crises fracturent les croyances et font tomber les masques.

Au coeur des choses, il y a aujourd’hui un déficit d’énergie nette (énergie brute extraite des ressources fossiles, nucléaires ou renouvelables moins les coûts énergétiques dépensés pour obtenir cette énergie et moins les pertes) et le retour sur investissement énergétique (EROI) est sur le déclin.

Ce concept fondamental est ignoré des économistes et du grand public. Le EROI répond à la question suivante: « combien d’unités d’énergie est-ce que j’obtiens pour une unité d’énergie investie ? ». Un enfant comprend que si le chiffre est inférieur à 1 (je pompe moins d’un baril de pétrole lorsque je dépense 1 baril de pétrole pour faire le puits, les pipelines, l’entretien, le raffinage, etc.) les ennuis commencent.

Il y a 60 ans, 1 unité d’énergie investie rapportait 60 unités d’énergie. L’EROI était donc de 60. En 2030, ce ratio sera de l’ordre d’une unité rapportée pour une unité d’énergie investie. Il n’y aura donc plus d’énergie nette pour faire quoi que ce soit d’autre.




L’énergie et le peak oil aux désastreuses conséquences.

Les réserves en pétrole ont été surestimées de 30 % et aux rythmes actuels environ 10 % de la demande va manquer vers 2015, et plus de 50 % en 2030. Le gaz, le charbon et l’uranium suivent le même schéma et les livraisons de toutes les énergies fossiles atteindront leur sommet d’ici 10 à 15 ans. Or nous ne sommes pas prêts pour la transition.

L’offre de nourriture est menacée et l’utilisation actuelle de l’énergie est insoutenable même avec le progrès technique. Il faut changer radicalement notre façon de produire et consommer. Or les décideurs dans des secteurs tels que celui de l’énergie, des transports ou de la communication… sont incapables d’aborder un tel virage du fait d’un problème de formation et d’un manque d’équipement pour faire face à un tel changement.



Les décideurs font preuve d’ignorance aussi bien dans leurs politiques que dans les affaires lorsqu’il s’agit des problèmes énergétiques. Toute personne qui s’inquiète de sa survie et de celle de sa famille devrait savoir que:

1. L’énergie est vitale et n’a pas de substitut. Stopper le flux énergétique et c’est la mort.
2. L’énergie est le seul point d’ancrage tangible de la valeur d’une monnaie. Le prix de l’or est le reflet des prix de l’énergie de par sa rareté, sa stabilité et le besoin énorme en énergie pour en extraire. Au cours des 140 dernières années, le ratio du prix d’un baril de pétrole sur le prix d’une once d’or est resté stable alors que le prix du pétrole a atteint des sommets record.
3. L’économie est construite autour de mythes et de rituels qui, aujourd’hui, sont déconnectés des défis de notre temps.
4. L’offre annuelle de toutes les énergies fossiles a atteint son pic ou est sur le point de le faire. Après un pic, le déclin est inexorable. 1% de production de pétrole en moins se traduit par 1% de PIB en moins. Bientôt, le PIB reculera plus vite que l’offre de pétrole.
5. Il y a 60 ans, le ratio EROI était de 1 unité d’énergie investie pour 60 unités d’énergie obtenue en retour. Aujourd’hui, 1 unité d’énergie investie ne rapporte plus que 3 unités.
6. Avant 2030, le ratio EROI pourrait chuter à 1 unité d’énergie pour 1 unité d’énergie investie donc il n’y aura plus d’énergie nette. Les ressources fossiles faciles d’accès ont été exploitées et les coûts grimpent tandis que la quantité d’énergie utilisable décline.
7. La crise financière résulte de l’insolvabilité de l’énergie. Les gens vivent au-dessus de leurs moyens depuis bien trop longtemps.
8. Il n’existe en réalité pas de banquier qui puisse renflouer ceux qui manquent de joules (énergie), pas de too big to fail dans ce jeu où les joueurs ignorent les vraies règles, et plus dure sera la chute.
9. Les énergies fossiles sont de plus en plus rares tandis que l’énergie solaire est en quantité illimitée. Bien qu’actuellement aucune technologie déjà sur les marchés ne puisse rivaliser avec les équipements utilisant les énergies fossiles, un petit nombre de technologies émergentes peuvent nous permettre d’atteindre rapidement un stade 100% solaire et durable pour moins cher que le fossile ou le nucléaire. C’est dans ce domaine encore trop ignoré des investisseurs et des décideurs qu’il faut se concentrer d’urgence.


Dans ce contexte de crise énergétique, les cours de l’or ne sont pas dans une bulle, ce sont le dollar et les autres monnaies qui déclinent et ne valent presque plus rien face à l’or.

Texte de ..... 2011 !!!! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.