vendredi 1 juillet 2016

"L'Europe était fermée de l'intérieur"

Comme un lieu d'aisance.



Kalergi, grand démocrate, père fondateur de l'Europe.


C'est marrant, mais dès qu'on parle "castes", races inférieures ou supérieures. Tri des humains, différences morphologiques ou sanguines, tout le monde comprend !

Chacun se pensant lui-même "supérieur" n'a plus qu'une idée en tête : devenir l'élite des autres.

Ça ne serait pas si dangereux ça serait purement comique. Plus c'est idiot, mieux ça passe ! 

Il n'y a pas d'inférieur et de supérieur, il y a des vivants et des morts.

Cette Europe, construite sur des bases idéologiques totalement stupides et vénales ne peut survivre. L'Europe tombera. 

Elle n'aura été qu'un des multiples instruments d'asservissement des peuples que le vulgum pecus supporte depuis le commencement des temps.

On se souvient de Spartacus mais nous avons oublié l'empereur romain qui sévissait à son époque. Le peuple aime la flatterie. 






"Le dernier salon où l'on cause".

Kalergi sur Wikipedia.
En 1925, il précise sa pensée dans un livre appelé Praktischer Idealismus[2]dont les positions méritent d'être mieux connues. En effet, elles sont d'un caractère très dérangeant; dérangeant par l'utilisation d'une terminologie purement raciste, bien que philo-sémite, et donc historiquement datée et socialement perturbante. Il parle par exemple pour l'Europe de la nécessité d'une "geistigen Führerrasse Europas[3]" (p. 32), soit d'une élite intellectuelle, au sens d'une race des seigneurs; en même temps que d'une "eurasisch-negroide Zukunftsrasse[4]" (p. 22) soit d'une future race à inventer, une race unique, indifférenciée, métissée et brassée "d'eurasien-négroide"[non neutre]. Dans sa conception, il défend un projet de séparer une élite éclairée qui se reproduirait par un principe de "Freie Ehe (...) aus den göttlichen Gesetzen erotischer Eugenik[5]", c'est à dire d'union libre, fruit des lois d'un Eugénisme divin où c'est la personnalité qui compte, et non plus l'appartenance à un peuple; les autres devant se satisfaire de leur condition de "Minderwertige[5]", c'est à dire de race inférieure... Il y fait également une critique radicale du sentiment national et recommande "eine Soziale Eugenik[6]" et culturel, c'est à dire un eugénisme social et culturel indolore et progressif favorisant l'émergence d'une société[7] de caste inégalitaire, radicalement à deux vitesses, et un modèle juridique social adapté.



1 commentaire:

  1. karlergie étais un malade mentale un métis eurasien marié a une juive

    et ses idées ont trouvé éco auprès de riche banquier juif de new York car elles correspondait parfaitement aux idées suprématiste et mondialiste de l'élite juive .

    RépondreSupprimer

Modération en place !

En attente de clandestinité ! Loolilol !
------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.