mercredi 27 juillet 2016

Algérie : la moitié des terres agricoles inexploitées

(Agence Ecofin) - Lors d’une visite de travail samedi dans la wilaya de Mascara, le ministre algérien de l’Agriculture, du Développement local et de la Pêche, Abdeslam Chelghoum, a révélé que 48% des terres agricoles du pays sont inexploitées. En cause les particuliers, mais également l’Etat qui compte remédier à cette situation par un plan global de réhabilitation du foncier agricole.
A cet effet, un comité ministériel a été mis sur pied afin de réfléchir aux les voies et moyens d'exploiter les terres agricoles abandonnées, dont les terres en jachère (non irriguées). Une urgence et surtout une situation « inacceptable compte tenu de la nécessité pour l'Algérie d'exploiter tous ses moyens en vue d'assurer la sécurité alimentaire », s’est indigné le ministre.

En réaction, le gouvernement compte bien déployer des efforts pour « la sensibilisation des propriétaires des terres sur l'importance de les exploiter de la meilleure manière en utilisant les techniques modernes dans la production agricole, à l'instar de l'irrigation moderne pour augmenter le rendement et réduire le recours à l'importation, voire même exporter », a expliqué Chelghoum.  
Les résultats des travaux du comité sont attendus fin août. En attendant, le ministre a exhorté les agriculteurs possédant des terres irriguées à prioriser la culture des produits de base comme les céréales, les légumes et les légumes secs.
Souha Touré Source

Un manque d'eau ? Oui.

4 commentaires:

  1. Bah, les colons sont partis avec la volonté de cultiver la terre.

    Rappel : le modèle économique de l'islam n'est pas le labeur.

    C'est dans un premier temps la razzia sur les polythéistes (sourate 'le butin') puis dans un second temps la taxation des dhimmis (juifs et chrétiens) assujétis par la conquête et le sabre.

    L'empire ottoman s'est effondré économiquement quand la jizia et le haradj ont été abolits suite au succès de l'insurrection grecque au Péloponnèse qui menaçait d'enflammer le reste des Balkans, le Liban, l'Egypte, la Syrie, l'Arménie, les iles grecques, Chypre, la Crète, Constantinople, l'Asie mineure, le pont Euxin, Ninive etc... Partout où il y avait des dhimmis en majorité et où aujourd'hui Daesh les terrorise pour restaurer ces taxes mafieuses.

    Face au déséquilibre financier de l'empire (l'homme malade de l'Europe, comme on disait) les occidentaux ont créé la Banque Ottoman, banque centrale privée avec un certain Baladur comme directeur. (le monde des bankocrates est petit).

    Une Banque Ottomane chargée de préter à l'état en change de concessions industrielles (Orient express par exemple).

    En un siècle, l'empire ottoman s'est effondré de l'intérieur, perdant non seulement ses provinces bakaniques mais aussi le Magheb, l'Egypte, la Perse puis le Liban et les pays arabes.

    L'effondrement s'est arreté quand les Turcs se sont appropriés par le génocide des ex-dhimmis qui -dans leur esprit- étaient devenus des traitres puisqu'ils ne payaient plus le racket, l'ensemble de la péninsule de l'Anatolie.

    Cet état d'esprit n'est pas circonstancié a une période historique. C'est le fondement économique posé par Mahomet quand ses compagnons lui ont fait remarqué qu'en conquérant la Mecque, ils avaient détruit leur précédant modèle économique qui consistait a faire des razzia sur les pélerins polythéistes qui allaient à la Mecque.

    Allah lui même ayant fondé la dhimmitude (et aussi islamisé le pélerinage à la Mecque qui remplace Jérusalem comme centre sacré de l'Islam) ce modèle économique est indéboulonnable.

    C'est pourquoi on voit les 'savants' de l'islam proposer sans rire de lancer deux trois razzia sur l'occident pour se refaire une santé et économique en rapportant richesses et esclaves de chez les zinfidels, comme au bon vieux temps.

    Et c'est pourquoi, à peine refondé de bric et de broc, le 'califat' tente de relettre en place la taxation des dhimmis et l'extension territoriale chez les futurs dhimmis payeurs de taxes.

    Mais bon, parait que cépaçalislam.

    Pour avoir connu la dhimmitude pendant 500 ans et pour être les premiers à avoir pu s'en debarasser, les Grecs vous disent :

    sicestçalislam.

    C'est même que ça. Soumettre et racketter. Comme la Mafia.
    Spirituellement c'est le néant. Des érections éternelles et 72 minoux auto-cicatrisant et autres balivernes pour frustrés sexuels et soulards honteux.

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi travailler alors qu'ils ont le RSA, l'allocation d'adulte handicapé (!!!) et plus, en France. Et puis les pôôôvres, faut pas leur en vouloir, c'est à cause de la colonisation évidemment. Ne jamais oublier que ce sont de pôôôvres victimes exploitées par les méchants blancs et aujourd'hui par les méchants jaunes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'en rajoute pas !

      Il y a des algériens qui travaillent en France et qui se sentent français plus qu'algeriens même s'ils s'en défendent parfois...

      Supprimer
  3. Mais c'est l’Andalousie; je reconnais l'arbre, je sens, pas d'humiditè dans l'air, le soleil grâcieux, vous assomme gentiment, mais avec force et précision avec un bambou de 150.

    tiens je rentre à la maison, j'aurai de l'eau fraîche de la source, une Limiñana et de l'air frais.

    PACHA ORTHO

    RépondreSupprimer

Bon week-end à tous ! modération en place !

-------

Je détruis toutes les menaces ou injures. C'est donc normal de voir certains commentaires disparaître.

Je laisse cependant des espaces ouverts pour les grossièretés et autres gracieusetés, par exemple ici :

http://www.wendy-leblog.com/2017/08/qui-sont-ces-gens-qui-veulent-la-peau.html

Donc, pas de frustration possible !
------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.