lundi 25 avril 2016

Pensée dominante : nier le réel


La vidéo ci-dessous est instructive. Le politiquement correct raye toute référence à la réalité et fausse tellement les réponses que la question surgit : "si nous ne pouvons plus répondre aux questions simples comment résoudre des problèmes complexes ?"

Le jeune homme pose une série de questions. "Et si je te dis que je suis une femme ?" "Que je mesure 1,90 mètre, que je suis chinois, que je suis une femme chinoise".

À chacune des questions une même réponse des interrogés :

 "je te dis c'est super ! Si tu te sens comme ça, aucun problème ! Tu as le droit c'est ton choix!"

Certains répondent "non, je ne peux pas te dire que ça est vrai." Mais ces réponses sont rares.

L'auteur de la vidéo veut appuyer sur le fait que pour être "politiquement correct" on doit accepter les gens comme ils "se définissent" pas comme ils sont.

Le jeune homme assez petit et blanc sera donc accepté par tous comme une grande femme chinoise si tel est son choix. Sans que personne ne lui dise "tu es un homme petit et blanc".

La réalité devient telle que définie par la Doxa et non par les sens ou autres déductions, analyses et conclusions de la pensée.

Big Brother abouti.

Si je dis : "je suis le maître du monde", est ce que ça marche aussi ? Si je dis : "suivez moi, c'est moi qui détiens "la Vérité" ça marche ? Oui. Bien sur ! Personne ne pourra s'opposer à la vision déformée que j'ai de moi même. Ensuite, j'aurai une cour d'adorateurs qui me couvriront d'encens et surtout d'or.

C'est la dérive vers la dictature.


Je suis une petite dame blonde mais aujourd'hui en Californie absolument personne n'a le droit de m'empêcher d'utiliser un urinoir (quitte à en tomber et me à blesser) si je déclare être un chinois de 1,90 mètre. Par respect pour moi.

Respect, vraiment ?