samedi 30 avril 2016

Ces hymens mystérieusement brisés

ENQUÊTE - Réparer ou s'y opposer ? Des chirurgiens confrontés à la tradition de la virginité des futures mariées, le plus souvent musulmanes, se retrouvent face à de vrais cas de conscience. Certains demandent une action publique pour mettre fin à cette pratique jugée archaïque et sexiste.


À la clinique Mozart, c'est ce qu'on appelle pudiquement «la période des futures mariées». La saison des mariages approche, et avec elle, les coups de fil angoissés de jeunes femmes soudain très pressées. Toutes ou presque ont la même histoire: une famille musulmane traditionaliste, un «grand amour» révolu et désormais, une seule obsession: se faire refaire une virginité. «En ce moment, j'ai une quinzaine de demandes de reconstruction d'hymen par semaine, explique Raoudha, chargée de relation avec la clientèle de cette clinique de Nice. Pour certaines, c'est la triple peine! Élevées en France, elles doivent quitter leur amoureux et se résoudre à un mariage arrangé au bled. Avec toute la belle-famille qui attendra le drap taché de sang derrière la porte…»
«Dans certaines cultures, les ...

----rien à ajouter. Si l'amour sincère et la réussite d'un mariage dépendent d'un petit morceau de membrane, se reporter directement à Shylock.


Cet article a été publié dans l'édition du Figaro du 90% reste à lire.

2 commentaires:

  1. Les chûtes de savonettes, ça vous change un homme... ;-)

    RépondreSupprimer
  2. D'un côté on veut interdire le voile à tout prix et de l'autre on autorise ce genre de pratique hypocrite et éthiquement répugnante ?! Y'a des trucs que je comprendrais jamais...

    Je plains le pov' gars qui croit faire une bonne affaire...

    Ce monde est fou !

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.