mercredi 30 mars 2016

L'homme sans racine

"Il y a une théorie moderne qui consiste à rendre les  gens plus mobiles. Je pense que c’est pour les empêcher de s’enraciner".

Henry Vincenot

"Ils ne savaient même pas ou s'asseyaient leurs pères ou leurs grand-pères". 
"Ça me paraît ahurissant ces gens qui coupent franchement leurs amarres, comme ça.."


L'anti-Attali et son "homme nomade".

---------

[Et pour les plus érudits un rappel : "Rhizomes" la pensée construite de la deconstruction. Deleuze et Ghattari. J'ajouterais bien Le Clézio...

Lire ici , un rappel.

« Ils sont apparus, comme dans un rêve, au sommet de la dune, à demi cachés par la brume de sable que leurs pieds soulevaient. » .....« Ils étaient nés du désert, aucun autre chemin ne pouvait les conduire. Ils ne disaient rien. Ils ne voulaient rien. Le vent passait sur eux, à travers eux, comme s'il n'y avait personne sur les dunes. ».....
 « le regard vide et brillant de fièvre et de folie »..... « chaque pas qu'il faisait était comme la mort d'une personne, qui effaçait ses souvenirs ; comme si la traversée du désert devait tout détruire, tout brûler dans sa mémoire, faire de lui un autre garçon.  La main du guerrier aveugle le poussait en avant ( ... ) »

Extraits de "Désert" de J.M. Le Clézio.  

Et pour finir une parole de Camus ? Oui. Sur la deconstruction sociale qui a suivi la deconstruction de la ruralité : 

 « Né pauvre, dans un quartier ouvrier, je ne savais pourtant pas ce qu'était le vrai malheur avant de connaître nos banlieues froides. Même l'extrême misère arabe ne peut s'y comparer, sous la différence des ciels. Mais une fois qu'on a connu les faubourgs industriels, on se sent à jamais souillé, je crois, et responsable de leur existence.»......]