mercredi 30 mars 2016

État français : " joue moi du violon, chérie, mais en Afrique"

Anne Gravoin rêvait de jouer avec les plus grands musiciens. Un jour, un homme d’affaires providentiel lui a proposé de créer un orchestre classique dont elle aurait la direction artistique : l’Alma Chamber Orchestra. L'épouse du Premier ministre n’a pas hésité et s’est retrouvée au cœur des réseaux de la Françafrique. Source

Un orchestre qui, au fil des mois, a aimanté l’intérêt d’une mosaïque de personnages, au carrefour de la politique, des affaires, de la diplomatie parallèle, tous gravitant autour de
Mme Valls officiellement par "amour de la musique". On y trouve pêle-mêle : un marchand d’armes proche du président congolais Denis Sassou-Nguesso ; un vieux routier de la Françafrique décoré en juin dernier des insignes d'officier de la Légion d'honneur par Manuel Valls en personne ; un raider boursier reconverti dans la vente de tenues militaires, plusieurs fois épinglé par la justice et l'Autorité des Marchés financiers, qui héberge les bureaux d'Anne Gravoin ; et enfin, un businessman naviguant entre la France et le Koweït…




  • Zouhir Boudemagh : il est le mécène à l'origine de l'Alma Chamber Orchestra, et aussi son président. Un mystérieux homme d'affaires d'origine algérienne, représentant en France du groupe Al Sayer, un conglomérat koweïtien. La légende veut que, dévasté par la mort de sa femme, il ait voulu créer un orchestre classique afin de lui rendre hommage. C'est par l'entremise de Mohamed Mestar, le producteur de Faudel et de Rachid Taha, qu'il fait la connaissance d'Anne Gravoin, à l'automne 2012.
  • Jean-Yves Ollivier : Figure de la Françafrique, il est l'homme de confiance du président du Congo-Brazzaville, Denis Sassou-Nguesso, réélu le 20 mars dans un climat d'extrême tension. Sollicité par Zouhir Boudemagh, Jean-Yves Ollivier a aidé à l’organisation de la tournée de l'Alma Chamber Orchestra en Afrique du Sud, en avril 2015. Avec la Fondation Brazzaville, qu’il préside, il a aussi parrainé le concert de l’orchestre à la Philarmonie de Paris. Il a reçu les insignes d’officier de la Légion d’honneur des mains de Manuel Valls en juin 2015, deux mois après la tournée sud-africaine.
  • Ivor Ichikowitz : président de Paramount, le plus important groupe d'armement en Afrique, ce richissime Sud-Africain est le principal fournisseur d'armes (blindés, avions de combat) de Denis Sassou-Nguesso. Sa Fondation Ichikowitz, partenaire de l'Alma Chamber Orchestra, a pris en charge la logistique et la promotion des concerts donnés à Johannesburg, à Durban et à Soweto.
  • François Gontier : PDG du conglomérat Eaux et Electricité de Madagascar (EEM), il sous-loue des bureaux, avenue Victor-Hugo à Paris, à la société d'Anne Gravoin, AG Productions. Président d'une entreprise qui fournit des tenues militaires aux armées africaines, il a été deux fois condamné par la justice et plusieurs fois poursuivi par l'Autorité des Marchés financiers. Il est aujourd'hui mis en examen pour "exercice illégal de la profession de banquier".
Sollicitée par "l'Obs", Anne Gravoin décrit son rôle, dans un bref courrier électronique, comme celui d'un simple "prestataire". […]