mercredi 21 octobre 2015

Alimentation mondiale : une hausse nécessaire de 70% de la production

La population mondiale devrait atteindre 9,3 milliards d’hommes à l’horizon 2050. 

D’après l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), une hausse de 70% de la production céréalière à cette échéance est nécessaire pour nourrir la population.

"Cela représente soixante-dix kilos supplémentaires à produire par hectare et par an. 
Or en quarante années, nous avons doublé la production, passant de 1,2 milliard de tonnes par an à 2,4 milliards de tonnes. Ce doublement de la production a été réalisé à surfaces constantes, avec des progrès de rendement effectués seulement sur la moitié des surfaces", a indiqué, dans le cadre de l’Exposition universelle de Milan (Italie), le président du Groupement national interprofessionnel des semences et plants (Gnis), Pierre Pagesse.



"Les semences constituent une clef pour augmenter la production alimentaire et pour lutter contre l’insécurité alimentaire, la malnutrition et la faim. Il s’agit d’une base pour le développement de nouvelles cultures et des variétés, indispensable pour protéger la biodiversité agricole, et clef pour assurer l'adaptation au changement climatique", a pour sa part ajouté Samuel Kugbei, spécialiste de la politique semencière à la FAO. "Il faut harmoniser les politiques pour faciliter leur commerce international".
"Pourquoi les agriculteurs n’utilisent-ils pas forcément de bonnes semences ?", s’est interrogé le secrétaire général de l’Association africaine du commerce des semences, Justin Rakotoarisaona.
 "Il faut savoir qu’en raison du coût de ces produits, seuls les agriculteurs ayant une visée commerciale pour leurs cultures s’y intéressent. Acheter des semences n’est pas forcément la priorité pour des agriculteurs qui, financièrement, sont en difficulté ou font du surplace."

Source

(Manquent pas d'air !)