mardi 29 septembre 2015

"chérie, où t'as mis mon disque dur ?"

BrainGate est un système d'implants neuronaux mis au point par la société de bio-technologie Cyberkinetics en 2003, en collaboration avec le département de Neurosciences à l'université Brown.

Plus sur Wikipedia

Maintenant nous en sommes au Brain Gate 2 !

( logo de l'homme augmenté) 

Le transhumanisme peut se définir comme étant une façon de penser qui préconise l’utilisation des sciences et de la technologie afin d’améliorer les caractéristiques physiques et mentales des humains.



En fait, ce courant ne considère pas les handicaps, la souffrance, la maladie, le vieillissement et la mort comment étant des aspects désirables à la condition humaine. Il faut donc compter sur les biotechnologies et autres techniques émergentes pour aller au-delà de ces aspects «limitatifs». Pour arriver à cette version « améliorée » de l’humain, l’utilisation des nanotechnologies avancées, du génie génétique, de la psychopharmacologie, des thérapies anti-âges, d’interfaces neurales, d’outils de gestions de l’information ou de molécules d’amélioration de la mémoire sont tous des éléments nécessaires. Le premier usage du concept de « transhumanisme » remonterait à 1957 mais son sens que nous connaissons présentement serait apparu dans les années 1980, lorsque des « futurologues américains » ont mis en place le mouvement de transhumanisme. Tel que mentionné précédemment, le transhumanisme peut être considéré comme un post-humanisme ou sinon comme une forme d’activisme caractérisé par une volonté de changement significative. Source




L’essai clinique pilote de BrainGate2 utilise le système expérimental BrainGate initialement développé à l’Université Brown, dans lequel un minuscule dispositif composé d’une grille de 96 électrodes est implantée dans le cortex moteur – une partie du cerveau qui est impliquée dans le mouvement volontaire. Les électrodes sont suffisamment proches pour permettre à des neurones individuels d’enregistrer l’activité neuronale associée, avec le mouvement prévu. Un ordinateur externe traduit les modèles d’impulsions d’une population de neurones, dans des commandes pour contrôler les appareils et accessoires fonctionnels, tels que les bras robotiques DLR et DEKA utilisés dans l’étude maintenant rapportée dans Nature. Source




Donc :
Deux personnes paralysées équipées d'électrodes insérées dans le cerveau sont parvenues à contrôler par la pensée le curseur d'un ordinateur, un progrès vers la mise au point d'appareils pour rendre plus autonomes des personnes handicapées.
 Le travail dont il est ici question représente "une avancée vers l'un de nos buts ultimes qui est de permettre à un utilisateur (paralysé, ndlr) de contrôler à volonté un ordinateur en déplaçant un curseur et en cliquant". Source

Et dans l'autre sens ça marche aussi ! ton ordinateur te contrôle par la pensée ! Super !