vendredi 24 juillet 2015

Pan-européanisme, métissage forcé et vieilles badernes !


:))

En fait cette idée vient d'un monsieur Kalergi, dont on ne parle pas pas assez.

Le comte Richard Nikolaus Eijiro von Coudenhove-Kalergi est né le16 novembre 1894 à Tōkyō au Japon et mort le 27 juillet 1972 à Schruns en Autriche, est unhomme politiqueessayistehistorien et philosophe d'origine austro-hongroise par son père et japonaise par sa mère. De nationalité tchèque dès 1919 (après la chute de l’Empire d’Autriche-Hongrie) puis française en 1939. C'est l'un des premiers à avoir proposé un projet moderne d'Europe unie. Il peut être considéré, au sens large, comme l'un des pères de l'Europe dont il est un initiateur et un militant important.

Quelques autres éléments

La Société Européenne Coudenhove-Kalergi a décerné le premier prix européen à Angela Merkel en 201
La Société Européenne Coudenhove-Kalergi a décerné le premier prix européen à Angela Merkel en 2010.

Le prix Coudenhove-Kalergi a été décerné au président du Conseil européen Herman von Rompuy
Le 16 novembre 2012 le prix Coudenhove-Kalergi a été décerné au président du Conseil européen Herman von Rompuy pendant un congrès spécial qui s’est déroulé à Vienne pour célébrer les 90 ans du mouvement paneuropéen. Derrière lui on pouvait voir le symbole de l’union paneuropéenne : une croix rouge qui domine un soleil doré, symbole qui était celui de l’ordre de la Rose-Croix.

Pourquoi faut-il toujours suivre de vieux plans ridicules alors que tout change tout le temps ? 
Pourquoi seulement de sombres psychopathes accèdent-ils au "pouvoir"?
Pourquoi ce type est-il écouté ? Je ne sais pas, tout ceci n'a pas forcément de sens.
Pourquoi nous traînons-nous ces laquais du pouvoir ?

Attention : un "Aléa" est toujours possible....


Trouvé sur la Voix de la Russie (2014) , le texte résumé ci-dessous :

1) Le continent eurasiatique, la Russie en premier lieu, a vocation à être absorbée par les Etats-Unis d’Europe en s’adaptant au modèle étatique qui les unit et à leur conception des mœurs. La Grande-Bretagne est appelée à faire partie intégrante de cette structure homogène mais en tant qu’Etat-observateur doué d’une plus grande autonomie politique que les autres Etats de la Pan Europa

2) Selon Kalergi, s’il est une « race » susceptible de faire concurrence aux USA, c’est bien la race européenne ou … « Blanche ».

3) il faut détruire le sentiment patriotique et/ou nationaliste 

4). S’il faut donc neutraliser la puissance européenne en fracturant son identité et ses valeurs, le métissage forcé est une solution efficace et radicale. Il sera à ce moment-là question d’un génocide ethnique et civilisationnel progressif, indolore et surtout définitif. Dans un premier temps, Kalergi appelle à la destruction de la famille en tant qu’institut caduc et donc bon à croupir dans les oubliettes de l’Histoire. Les déviations sexuelles les plus osées seront banalisées.

5) Pour ce qui est du métissage, on s’aperçoit que cette idée obsessionnelle s’appuie sur une thèse aussi raciste qu’infondée. S’appuyant sur des observations dont nul ne semble connaitre l’origine, Kalergi affirme que la cruauté des métisses n’a d’égal que leur servilité. Par conséquent, cette 
nouvelle « race » serait facile à manipuler. Elle ne se révoltera jamais, en tout cas tant que les mangeoires seront pleines.

6)  bien sur ôter toute liberté 

Conclusion :

Les bizarreries de la politique immigrationniste que l’on relève ces dernières décennies, les atteintes portées à la famille, notamment à la famille nombreuse, l’introduction absurde de la théorie du genre, l’allègement sélectif des programmes d’Histoire et la diabolisation systématique de tout ce qui a trait au sentiment patriotique sont autant de faits démontrant la réalisation, point par point, de l’alpha à l’omega, d’un Plan vieux de 90 ans