mardi 21 juillet 2015

L'Economie Mondiale : L'huile qui manque dans le moteur



Les cours des matières premières n’en finissent pas de chuter. L’indice Bloomberg qui permet d’avoir un instantané du secteur pourrait aligner une sixième séance de baisse d’affilée, séquence inédite depuis un an, après être tombé hier en séance au plus bas depuis 2002, à un peu plus de 96.



Légende de l'image : Plouffff ( Wendy est très forte en légendes !) 


la chute globale des cours des matières premières, qui touche indistinctement le pétrole, l’or, les matériaux ou la production agricole.  Un analyste voit le baril de Brent repasser rapidement sous 50 dollars le baril.


La dégringolade des cours de l’or explique pour beaucoup l’accès de faiblesse du Bloomberg Commodity Index puisque les contrats à terme sur l’once comptent pour 11,3% de l’indice composé de vingt-deux matières premières.

L’or, une police d’assurance contre la baisse du dollar… Inutile donc

L’or, actuellement autour de 1.100 dollars l’once, évolue sur des plus bas de cinq ans. Le métal précieux a connu hier en Bourse ses quinze pires minutes en deux ans lors de la session asiatique alors que, après six ans de silence, la Chine a dévoilé le montant de ses réserves qui s’élevaient en juin à 1.658 tonnes, en hausse de près de 60% depuis 2009, là où les analystes et stratégistes attendaient plus.

L'or dans la vraie vie avec de ( vrais )chiffres :  Source et plus




 Un mauvais point pour l’once considérée comme une police d’assurance contre une dépréciation du dollar.  

L’économiste Barnabas Gan qui officie chez Oversea-Chinese Banking Corp., classé numéro un des prévisionnistes sur l’or par l’agence Bloomberg, voit l’once tomber à 1.050 dollars d’ici à décembre, ajoutant une baisse de 4,5% à une chute de déjà 6,5% depuis le début de l’année.

L’or et l’argent, « qui sont en fait des devises et non des matières premières », recadre le trader d’une grande banque, « dont leur propre vie consistait auparavant à être une valeur refuge »
souffrent de l’absence de pressions inflationnistes.

Le pétrole Brent pourrait sous 50 dollars dès ce trimestre... (Hum, hum. Note intelligente de Wendy )


si le baril fait un séjour prolongé sous 50 dollars.  « Là, il y aura de la casse. ». Source

Je vous l'ai mis à 40$ cet hiver ( note de Wendy et de son ego surdimensionnés !) 

-----------------
Maintenant un tableau essentiel du Monde juste avant les guerres du manque ! 

@XRayInvestor: Percent profitable oil reserves below $20 - Brent price

#SaudiArabia 62%
#US 0.6%
#Russia 1%

Le pourcentage des réserves par pays producteurs qui est ou sera encore "profitable" d'exploiter sous les 20$.

L'Arabie Saoudite, 62% , la Russie ... 1% ! Les USA... O,6% des réserves qu'on peut penser exploiter sans.... Perdre de l'argent !!!!!!

Pourquoi du manque ? Parce qu'on ne produit déjà plus autant de pétrole de shit quand il est vendu 50$/baril ! Où est l'époque des 120$ le baril ? Pshitttt...
Donc, certains vont manquer de pétrole, sauf l'Arabie Saoudite ! Youpi !