mardi 28 juillet 2015

Des chercheurs de quoi ?

Un taliban  est « étudiant » ou « chercheur ». Voir sur Wikipedia.

On se plaint toujours que les chercheurs ne trouvent rien mais eux, les talibans ont bien trouvé ! À tout détruire ! 

Et aujourd'hui grâce à leurs longues études non seulement l'Afghanistan n'a plus ses bouddhas cinq fois millénaires mais toute une population de SDF ! 


 Avant que les "chercheurs" les fassent sauter en 2001 ! Ça gênait !



Oui, en Afghanistan il y a maintenant des SDF !  Je ne sais pas sur quoi portaient leurs chères études mais il y a du avoir un défaut d'orientation et ce, dès la troisième ! 

À la place des bouddhas, des familles afghanes vivent dans les excavations laissées en accès par la dynamite ! 






Le gouvernement Afghan veut développer.... Le .... Tourisme ! Hum.... Sympa !

Sinon, il reste l'opium et ça, les étudiants talibans se sont bien gardés d'en détruire les plans ! Comme quoi, ils avaient du beaucoup étudier la valeur du $ ! 

En attendant voici ce que verront les premiers touristes, avant qu'on ne mette tous ces gens dans des camps de toile ! 




Des familles sans terre démunies qui survivent aux rudes hivers afghans sans eau courante ni électricité dans ces cavités froides, obscures et humides perchées à plus de 2.500 m d'altitude.

"C'est très dur de grimper jusqu'ici, et de descendre", notamment "avec l'eau que nous devons nous-
même porter jusqu'ici".

Des centaines d'autres familles vivent comme celle d'Hussain dans les cavernes de Bamiyan, une rare oasis de tranquillité peuplée majoritairement de chiites de l'ethnie hazara et largement épargnée par les combats qui n'en finissent plus de secouer l'Afghanistan.
( note de Wendy : racistes les étudiants chercheurs ?) 


Les autorités s'inquiètent des dégâts créés sur le site par la pérennisation de ces abris par les centaines de familles restantes qui y ont installés des portes, fenêtres et extensions brinquebalantes.   Source
( note de Wendy : les autorités feraient bien aussi de s'inquiéter de la qualité de l'enseignement dispensé dans leurs universités ! Pas l'histoire de l'art, dans tous les cas !)