lundi 27 juillet 2015

"Aimons-nous sous l'évier"

Ce pourrait être un programme politique ou une activité du dimanche matin, cela reste une chanson de Pauline Carton qui fut une de mes idoles quand j'étais enfant et que ma grand mère me chantait ça:


... En dansant la "polka piquée"! Excusez du peu !

(NB : je n'avais pas le droit de la chanter en public !)

----------


Puisque j'en suis aux "vieilles choses", la suite :

En 1930 et depuis 1912, il y avait un chanteur nommé "Gaston Ouvrard". Son style de chansons et de spectacles s'appelait le "Comique Troupier".

N'oubliez pas que les gens sortaient énormément le soir, bien davantage que maintenant et que les salles de spectacles parisiennes étaient pleines.

Les pauvres étaient debout, en haut, au poulailler ou au paradis, prêts des cintres ( d'où le film "les enfants du paradis" ) et  les riches dans des "loges".

Les spectacles commençaient vers 18 h ou 19 h, le soir, "après l'turbin" ( comme le dit la chanson ) et donc, permettaient d'être réveillés et en forme le lendemain pour gagner les ateliers.

Ateliers où, bien que seuls ceux qui étaient ponctuels conservaient leur travail, personne n'avait encore posé au mur ... La fameuse pointeuse infamante.




( encore des allusions coquines !) 


Le comique troupier consistait à glorifier l'armée français de l'entre deux guerres et à jouer sur "la gauloiserie".

Exemple, cette chanson : " à cause de bilboquet".



Certains diront hâtivement que la France n'était à cette époque qu'un ramassis d'obsédés sexuels.
Et que ceci explique cela. À savoir notre déconfiture.

:)

----- addentum :

C'est d'autant plus interressant quand on sait qu'à la même époque la femme française était dans un carcan institutionnel et religieux qui l'éloignait des études et même de la gestion de ses propres biens.

La femme honnête ne sortait jamais "en cheveux", revêtait un voile de deuil le cas échéant ou portait un "mouchoir de tête" à la campagne. ( jeter un œil à ça : Quand les femmes françaises étaient voilées)





Vêtement de deuil 



Mouchoir de tête "classique" en France rurale. Jusqu'à l'après deuxième guerre mondiale.


De plus avoir un enfant hors mariage était considéré comme une honte et une faute qui rejaillissait sur toute la famille et l'assurance pour "la pécheresse" d'une mise au ban de sa communauté.

Il y avait bien une profonde césure entre la France des villes et des campagnes. La ruralité étant la règle à l'époque car les ouvriers d'usines étaient bien moins nombreux que les travailleurs des champs, propriétaires ou ouvriers agricoles loués à la journée, au mois ou à l'année. On disait "journaliers".


Lire les œuvres splendides de Madame Thyde Monnier.  Si, bien sur, quelqu'un a pensé à les rééditer. ... Et comme la révolution est subtile et les éditeurs aussi.... Un doute m'étreint ..
À la bibliothèque prêt de chez vous, par contre vous avez une chance, personne d'autre n'aura emprunté l'un de ses merveilleux romans....
:) 

( à lire ; "rue haute")